Newco2 : La Réunion-Mayotte-Marseille en A330-200…

La Réunion, Mayotte et la métropole reliées… Air Austral en parle depuis quelques temps et les projets se multiplient. Son projet de ligne directe entre Mayotte et Paris sans escale prévue en 2016 avait l’année dernière rendu obsolète celui de la compagnie Newco qui comptait, elle, effectuer des rotations entre Pierrefonds, Paris et Marseille en faisant escale à Mayotte et en Egypte. Mais cette dernière veut proposer un projet Newco 2, selon Les Nouvelles de Mayotte, qui comprendrait Pierrefonds mais proposerait également des vols directs entre Mayotte et Marseille.

Selon la compagnie, l’importante communauté mahoraise du sud de la France rendrait de tels vols rentables. La liaison serait assurée par un A 330-200.

Une question se pose malgré tout, selon le journal mahorais. Celle des quatre mois de la saison des pluies durant lesquels la piste de Dzaoudzi ne serait pas conforme. La mise en conformité est prévue d’ici 2017. L’obstacle n’empêcherait peut-être pas la concrétisation du projet.

SOURCE : zinfos974

Corsair sur le point d’être vendue

L’investisseur serait européen et selon PNC contact, il s’agirait soit d’IAG (dont Qatar Airways vient de racheter 10 % du capital et qui possède déjà British Airways et la compagnie espagnole Iberia), pour fusionner l’entité avec OpenSky, soit d’Air Contractor, société irlandaise propriétaire de Aer Lingus.

Selon La Tribune, aucune de ces pistes n’est pas la bonne. Le repreneur serait en fait Air Caraïbes.

En septembre 2013, des informations de presse avaient fait état de discussion entre les deux compagnies, partenaires commerciaux depuis 2012 entre Paris et les Antilles et la Réunion. « Le rachat de Corsair par Air Caraïbes, qui affiche une très bonne santé financière, permettrait de rationnaliser l’offre sur la Réunion et les Antilles, deux axes qui souffrent de surcapacités avec la présence de deux autres acteurs, Air France et XL Airways » selon nos confrères.

Reste à confirmer la reprise par AC et à estimer le coût social de l’opération. Aujourd’hui, Corsair compte près de 1250 salariés après plusieurs restructurations ces dernières années.

SOURCE : Réunion Première

Air Austral fait durer le suspens concernant le renouvellement de sa flotte

Le 12 décembre 2014, le conseil de surveillance d’Air Austral s’était réuni afin de parler du développement de sa flotte. Mais aucune décision officielle n’a été prise alors que l’année 2015 débute. D’après Air&Cosmos, Marie-Joseph Malé, le président de la compagnie, confiait « étudier toutes les solutions pour le renouvellement du parc long-courrier à l’horizon 2022. » Le représentant du transporteur estime avoir besoin d’appareils de capacité intermédiaire afin d’assurer une liaison direct vers Bangkok au départ de La Réunion.
Des long-courriers, comme le Boeing 787-8 ou l’Airbus A350 pourraient être ainsi acquis par l’entreprise régionale. Le but de ces achats : éviter de desservir la capitale de la Thaïlande avec un Boeing 737 avec escale à Chennai, mais aussi relancer des destinations comme l’Australie ou Nouméa. Malgré ces intentions affichées, « aucune décision actée ou rendue publique » n’a été prise pour le moment, indique Air Austral.
A noter qu’en juillet dernier, Air Mauritius avait commandé six Airbus A350 XWB à l’occasion du salon aéronautique de Famborough. Deux A350-900 supplémentaires ont également été loués par la compagnie mauricienne. Les appareils seront utilisés sur les lignes européennes, mais aussi asiatiques et australiennes où Air Austral souhaite se relancer.
SOURCE : IMAZPRESS

Whiksy et hôtesse

mignonette

Une hôtesse de l’air a été interpellée par les services de la douane à l’aéroport de Paris Charles de Gaulle. Les agents avaient découvert des bouteilles de whisky miniatures à l’intérieur de son sac, rapporte lexpress.mu.

Pas de lingots d’or, ni de billets de 500 euros en pagaille lovés dans ses parties intimes, mais des mignonnettes de whisky retrouvés dans son sac à main : c’est ce qui a valu à l’hôtesse de l’air de la compagnie Air Mauritius de se faire interpeller par les autorités aéroportuaires de l’aéroport Charles de Gaulle. Les agents des douanes « ont fouillé son sac à main et y ont trouvé des bouteilles de whisky miniatures qu’elle comptait probablement ramener dans sa chambre d’hôtel », révèle L’express de l’Île Maurice. De son côté, la compagnie aérienne révèle avoir ouvert une enquête sur ce phénomène, des bruits de couloir révélant que cela pourrait être une pratique courante parmi le personnel navigant commercial d’Air Mauritius.

 

[Source: http://www.air-journal.fr ]

« Petits secrets entre compagnies »

secret

Les voyages en avion font l’objet depuis l’apparition des vols commerciaux de nombreux fantasmes et autres légendes urbaines. Il y a par exemple l’idée largement répandue selon laquelle y aurait une place plus sûre que les autres qui augmenterait les chances de survie en cas d’accident. Ou celle des avions qui rejettent les excréments en plein vol.

Mais les avions ont aussi une multitude de petits détails et autres secrets que la grande majorité des passagers ignorent et qui font pourtant partie du quotidien des dizaines de milliers de pilotes, hôtesses et stewards sillonnant la planète tous les jours. Sur le site communautaire américain Reddit, des internautes ont eu l’idée de demander à ceux qui ont travaillé ou travaillent pour des compagnies aériennes de partager ces «secrets» avec le commun des mortels.

Le résultat est une liste d’affirmations étonnantes, et parfois inquiétantes pour ceux qui ne sont pas très à l’aise en avion, que nous avons vérifiées avec un pilote de ligne, membre du Syndicat des pilotes d’Air France (Spaf) avec plus de 20 ans d’expérience et d’un steward de la même compagnie qui sert les passagers depuis 15 ans de les confirmer, ou de les infirmer, pour vous.

Il n’y a que 15 minutes d’oxygène dans les masques qui tombent en cas de dépressurisation de la cabine

VRAI. Ou pour être plus précis, 13 minutes. Cela peut paraître très peu, mais pas de panique, il y a une bonne raison à cela. En cas de dépressurisation de la cabine quand l’avion se trouve à son altitude de croisière (plus de 10.000 mètres pour les long courriers, un peu moins pour les vols courts), la pression atmosphérique descend de manière brutale et l’air se vide de son oxygène, créant des conditions insupportables pour les organismes humains.

Le pilote doit donc faire redescendre au plus vite l’avion à 10.000 pieds d’altitude (environ 3.000 mètres), et il ne lui faut pas plus de 13 minutes pour effectuer cette descente, ce qui explique les 13 minutes d’oxygène des masques.

Le circuit d’oxygène destiné aux passagers en cas de dépressurisation, appelé oxygène de subsistance, n’est pas le seul à bord des avions. Un système de premier secours est également à disposition, qui permet d’assurer un apport d’oxygène à un passager atteint d’un problème cardiaque par exemple pendant toute la durée d’un vol.

Le chiffre de 15 minutes ne sort pas de nulle part: c’est le temps minimum légal que doit durer l’oxygène disponible pour les pilotes, pour qui des précautions particulières sont prises. Ce minimum s’applique à chacun de ceux qui occupent le poste de pilotage, qui peut contenir jusqu’à 4 personnes, dont deux pilotes.

Les pilotes disposent aussi d’appareils de protection respiratoire, avec des masques prenant tout le visage pour permettre de respirer l’oxygène de protection à 100% quand l’air de la cabine est pollué par un incendie ou des composants chimiques et que les pilotes doivent éviter à tout prix de respirer l’air ambiant.

Si on éteint les lumières dans un avion qui atterrit de nuit, c’est pour habituer les yeux des passagers en cas d’évacuation d’urgence.

VRAI. En cas de feu dans un moteur par exemple, il faut couper le courant principal de l’avion à l’atterrissage. L’appareil n’est alors plus éclairé que par un système d’éclairage de secours peu puissant. Etant donné qu’une évacuation doit en théorie s’effectuer en 90 secondes, il n’y a pas de temps à perdre avec l’acclimatation des yeux des passagers à l’obscurité.

Pour ce qui est de l’obligation de relever les volets des hublots lors d’un atterrissage de jour, il s’agit plutôt de permettre au personnel de cabine de voir ce qu’il se passe à l’extérieur en cas de problème. En cas d’atterrissage forcé, un feu peut se déclencher dans une des ailes, où le kérosène est stocké. Le personnel doit pouvoir voir ce qui se passe à l’extérieur pour évacuer du côté opposé à l’incendie.

 

Les pilotes font atterrir les avions de manière plus brutale quand il pleut pour éviter l’aquaplaning

VRAI. Si votre avion se pose un peu brutalement par temps de pluie, ce n’est pas parce que le pilote est mauvais: en cas de pluie, les pilotes recherchent un atterrissage plus ferme pour éviter l’aquaplaning. De manière générale, les pilotes ne sont pas censés chercher à faire l’atterrissage le plus doux, aussi appelé «kiss landing», car celui-ci peut faire augmenter la distance d’atterrissage de l’avion.

Les pilotes tentent avant tout d’atterrir au point de toucher prévu, chose plus facile à faire quand ils arrivent avec plus d’angle. L’avion freinant par ailleurs bien plus vite au sol qu’en l’air, il est plus facile de maîtriser sa distance d’atterrissage en touchant le sol plus tôt.

 

Les téléphones portables allumés ne sont pas dangereux

VRAI ET FAUX. Laisser son téléphone portable allumé lors du décollage et de l’atterrissage ne fera pas s’écraser l’avion. En revanche, cela crée des interférences et perturbe les communications radio des pilotes avec les contrôleurs, qui entendent le même bruit que lorsqu’un téléphone portable posé sur une télévision reçoit un appel.

 

Les deux pilotes ont des plateaux repas différents pour éviter les intoxications alimentaires simultanées

VRAI. C’est une règle d’or. Les repas des deux pilotes doivent être confectionnés sur des chaînes différentes, qu’il s’agisse des repas à bord mais aussi de ceux qui précèdent un vol.

 

Le vol est retardé ou annulé si la machine à café ne fonctionne pas

FAUX. Chez Air France, seuls les vols long-courriers sont équipés de machines à café, qui sont réservées aux passagers des classes les plus chères. S’il arrive que la machine à café ne fonctionne pas, on sert des cafés «américains» aux passagers de ces classes, et aux pilotes.

 

Sur les 747 d’Air France, les sièges fenêtre de la classe éco du pont supérieur ont un peu plus de place (et de place pour ranger des choses, pour les jambes) que les autres. Vous pouvez les avoir si vous faites votre check-in tôt

VRAI. Il y a bien un peu plus de place sur le pont supérieur des 747, où l’empâtement est légèrement supérieur. Il y a aussi un coffre sous le hublot ce qui fait qu’on a plus de place pour ranger ses affaires dans les places côté fenêtre du pont supérieur. Ce gain de place s’est réduit depuis qu’Air France a refait les cabines de ses 747 l’année dernière.

Mais la plus grande différence entre les deux ponts sur ce modèle résidait jusqu’à l’année dernière dans le fait que les sièges du pont supérieur avaient des écrans individuels, alors que ceux d’en bas partageaient des écrans centraux, et ne pouvaient donc pas choisir leur film en plus de moins bien voir. Depuis la rénovation des cabines, tous les sièges ont des écrans individuels.

 

Si vous commandez un repas spécial (casher, diabète, végétarien, etc) vous l’avez avant les autres

VRAI ET FAUX. Sur Air France, les personnes qui commandent un repas spécial (en moyenne entre 10 et 15 sur un vol de 300 passagers, dont la plupart sont des repas enfants), reçoivent bien leur plateau avant les autres, notamment pour que les enfants puissent manger rapidement, ce qui profite aux autres repas spéciaux. En revanche, les plateaux ne contiennent pas les plats chauds, qui arrivent eu même moment pour tout le monde.

 

Les avions peuvent voler avec un seul moteur si besoin

VRAI. Tous les avions modernes sont conçus pour pouvoir voler, et même décoller, avec un moteur en panne. Les pilotess’entraînent régulièrement sur des simulateurs pour voler ou atterrir avec un seul moteur.

 

On peut déverrouiller les toilettes de l’extérieur

VRAI. S’il semble logique que les stewards puissent ouvrir la porte des toilettes de l’extérieur en cas d’urgence ou si quelqu’un est coincé à l’intérieur, peu de passagers savent qu’ils peuvent le faire eux-mêmes. Le système diffère selon le type d’avion..

 

[Source : http://www.slate.fr ]

La première grosse fusion aérienne de l’Indianocéanie?

agriculture-maurice-13-9c4f5

Les compagnies du monde entier sont aujourd’hui obligées de revoir leurs stratégies.

La crise économique mondiale et les aléas du prix du pétrole obligent les compagnies à se poser de nouvelles questions.

Après American Airlines/US Airways et Emirates/Qantas, serait-ce aujourd’hui le tour de la zone Océan Indien?

[Source: http://www.temoignages.re]

« En savoir plus… »