Première et affaires : une comparaison des palaces du ciel

Alors que de plus en plus de compagnies aériennes cèdent aux charmes de la classe Premium Economy, comment comptent-elles aujourd’hui attirer des passagers à voyager en Affaires et Première ? En sublimant leurs offres, en allant toujours et encore vers … Lire la suite

Airbus A350 la nouvelle star des airs!

Plus spacieux, silencieux, léger et surtout plus écologique que tous ses prédécesseurs et concurrents, l’A350 a été conçu pour devenir LA référence mondiale en matière d’aviation civile. Aujourd’hui dominé par l’éternel rival Américain Boeing, le marché des avions long courrier … Lire la suite

10 things airlines are doing to make flying coach more comfortable

Modern air travel has become increasingly unpleasant as airlines continue to shrink seat sizes to fit more passengers on board — and this is especially true in economy class. But not all airlines are heading in this direction. In fact, many … Lire la suite

Systèmes de divertissement et WiFi pour les A350 d’Air Caraïbes

Air Caraïbes prépare l’arrivée de l’Airbus A350-900 XWB dans sa flotte pour la fin de l’année prochaine : elle a choisi lors du salon du Bourget un système de divertissement en vol et de connectivité WiFi qui sera fourni par Thalès. L’équipementier … Lire la suite

Chine : entraînement militaire pour les futures hôtesses!

stewardess-training8.jpg

Il n’y a pas que les concours de beauté et le mannequinat en qipao pour les hôtesses de l’air chinoises. Sur le point de devenir agents de bord à cette école professionnelle à Chengdu, province du Sichuan, elles doivent suivre une formation rigoureuse, apprendre le combat au corps-à-corps et des méthodes pour maîtriser les passagers hors de contrôle .

stewardess-training7.jpg

Chengdu East Star Airlines Travel College est l’une des écoles en Chine qui sélectionne et forme des « agents de sécurité de l’air » qui, en dehors de servir des boissons et collecter des sacs vomitoires avec grâce et l’équilibre, doivent être bien versés dans le combat, la survie et les compétences militaires.

stewardess-training6.jpg

stewardess-training5.jpg

Pendant la formation, les « femmes de fer » rampent à travers des tranchées boueuses, apprennent à dompter les passagers indisciplinés et même à briser des assiettes à mains nues.

stewardess-training4.jpg

Plus personne ne tentera de voler les couverts à bord!

stewardess-training2.jpg

« Lorsque survient une urgence en vol, les agents de sécurité doivent réagir et résoudre le problème immédiatement. Par conséquent, la formation sur la vitesse de réaction et la capacité anti-terrorisme est essentielle, » a déclaré Gu Yingzhi, le doyen du College, dans un rapport du China Daily.

stewardess-training3.jpg

Hong Kong Airlines formait déjà ses agents de bord dans les arts martiaux pour faire face aux situations d’urgence.

stewardess-training.jpg

SOURCE : shanghaiist. Traduit de l’original par la team acoiblog.

Le nouveau système de Boeing pour dormir en vol

SOON you may be actually able to sleep in economy if the latest design by Boeing has its way.

The aviation company has been issued a patent for a “Transport Vehicle Upright Sleep Support System” that it says would solve all the problems associated with sleeping on planes.

635035-f1165ccc-dd8d-11e4-90d8-bc21b5c83438Looking like a backpack, the contraption is attached to the back of the plane seat allowing passengers to lean forward and rest their face and chest on it for a few hours of sleep.

According to the patent, the head cushion will have a “face relief aperture” for the eyes, mouth, nose and chin and a hole for breathing. There will also be sleeves that open up in front to support the passengers arms and a chest cushion for extra comfort.

Boeing says this system is superior to the personal neck pillow currently employed by many passengers. This pillow is “not a highly successful option due to the natural tendency of a sleeper to relax their muscles and fall to a more horizontal position, thus awakening the passenger,” according to the patent.

Obvious questions arise in terms of safety and practicality, especially considering the already tight quarters of economy cabins. But if this is the answer to sleeping on planes, we’re on-board.

VOIR LA VIDEO.

Perso, nous avons tendance à penser que ce seront les navigants qui l’expérimenteront! Pour le plus grand bonheur du… porte-feuille bien sûr!

SOURCE : news.com.au

Nouvelles couchettes – New cabin crew rest area

A NEW design for cabin crew rest areas on planes has been revealed and its set to make you super jealous.

Zodiac Galleys Europe, a business unit of Zodiac Aerospace, has produced lower deck mobile crew rests for Airbus A330s and A340s since the 90s and was asked by the manufacturers to design a completely new concept for the next generation of aircraft.

The new rest areas offer more privacy and better comfort. Picture: Zodiac Aerospace.

The new rest areas offer more privacy and better comfort. Picture: Zodiac Aerospace. Source: Supplied

Speaking to 30 flight attendants from four different continents, the designers set out to improve the cost and weight of the original design and to enhance the user experience.

“The resulting design offers more privacy and comfort features while keeping the highest safety standards.

Innovative material and lighting solutions where implemented to achieve a better perception of space.

Each crew bunk comes equipped with a personal service unit (PSU) that offers the user a complete set of personal comfort features including in-flight entertainment and air conditioning,” said Zodiac Aerospace.

Each cabin will have its own entertainment unit. Picture: Zodiac Aerospace.

Each cabin will have its own entertainment unit. Picture: Zodiac Aerospace. Source: Supplied

Designed for the next generation of long-range aircraft, the design will be revealed at the Aircraft Interiors Expo in Hamburg tomorrow.

We expect cabin crew on these flights shouldn’t have any complaints.

We hope they spare a thought for the cramped economy passengers. Picture: Zodiac Aerospac

We hope they spare a thought for the cramped economy passengers.

Picture: Zodiac Aerospace. Source: news.com.au

Emirates recrute massivement

La compagnie de Dubai a annoncé 11.000 nouvelles embauches dans les 12 prochains mois dont la moitié pour assurer le service à bord de ses avions.

Alors même qu’Air France cherche toujours à compresser davantage sa masse salariale pour réduire ses coûts d’exploitation, le plus redoutable de ses concurrents invite les professionnels du secteur à rejoindre ses rangs.

Emirates a annoncé ce jeudi 19 février son intention d’embaucher 11.000 personnes d’ici mars 2016. Cet ambitieux programme d’embauches équivaut à 6% de ses effectifs actuels. Dans son communiqué, le groupe de Dubai précise que près de « la moitié de ces nouveaux recrutements seront affectés au personnel de bord » d’Emirates. La compagnie se prépare à accueillir 20 nouveaux avions dans sa flotte. A titre de comparaison, Air France employait fin 2013 un peu moins de 14.000 hôtesses et stewards.

Une multitude de candidatures issues de 227 pays!

Le groupe de Dubai, qui emploie au total 75.000 salariés, ne devrait pas avoir trop de difficultés à recruter de nouveaux venus. En 2014, pour les 2.000 postes à pouvoir au sein du groupe, la direction des ressources humaines assure avoir reçu 500.000 candidatures en provenance de 227 pays.

Une grande partie des demandes ont été enregistrées sur son site en ligne. Sur ses comptes Twitter et Facebook, elle traite, en moyenne, 1.500 demandes par mois en relation avec les emplois qu’elle est susceptible de proposer.

SOURCE : BFMTV

Air Caraïbes bientôt devant Air France

Après deux ans de fiançailles, Air Caraïbes va finalement mener Corsair à l’autel. Son principal actionnaire, le groupe Dubreuil, a décidé de se porter acquéreur de Corsair. La date des noces sera connue le 19 février, à l’issue du CCE de Corsair. Si tout se passe bien, leur union donnera naissance au nouveau numéro 2 du ciel français, derrière Air France et ses filiales Hop et Transavia, avec un trafic total d’environ 2,4 millions de passagers et plus de 800 millions d’euros de chiffres d’affaires. Mais en devenant numéro 1 sur cet axe, ce sera surtout la première fois qu’une compagnie française dépassera Air France sur l’une de ses principales liaisons.

Sur le papier, les futurs mariés Corsair et Air Caraïbes ont de nombreux points communs : de taille relativement proche – 350 millions d’euros de chiffres d’affaires et 1,23 million de passagers pour Air Caraïbes contre 483 millions et 1,23 millions de passagers pour Corsair – les deux compagnies se connaissent bien. Depuis 2012, elles commercialisent conjointement leurs vols au départ d’Orly sur les Antilles et La Réunion. Ensemble, elles représentent 52 % de parts de marché sur l’axe métropole/Antilles, contre 43 % pour Air France et 5% pour XL Airways. Elles exploitent également le même type d’appareil – l’Airbus A330 – et puisent toute deux la majeure part de leur clientèle sur le marché antillais, principalement.

Cependant, en dépit de ces similitudes, leurs situations sont très différentes. Si Air Caraïbes est la plus rentable des compagnies françaises, n’ayant connu qu’une seule année de pertes en dix ans, Corsair n’a pas fait de bénéfices depuis 2009, malgré les plans d’économies successifs. Si la part de marché d’Air Caraïbes sur l’axe transatlantique n’a cessé de croître, celle de Corsair, naguère principal concurrent d’Air France, n’a cessé de décliner. Alors qu’en 2014, Marc Rochet, le PDG d’Air Caraïbes, annonçait triomphalement lune commande de six Airbus A350 pour préparer l’avenir, Corsair était toujours incapable de se prononcer sur le remplacement de ses Boeing 747, censés quitter la flotte en 2017.

L’union d’Air Caraïbes et de Corsair ne sera donc nullement un mariage entre égaux, mais plutôt la reprise d’un perdant par un vainqueur. Avec les conséquences que cela implique pour Corsair. Même si les intentions du repreneur sont les meilleures, le regroupement des deux compagnies produira inévitablement des doublons. Compte tenu de la faiblesse actuelle du trafic sur les Antilles, en baisse de 0,6 % en 2014, ce rachat devrait également s’accompagner d’une réduction de l’offre commune, avec la sortie des Boeing 747. Enfin, il n’est pas sûr que les lignes de Corsair sur l’Afrique et Montréal intéressent Air Caraïbes. Jusqu’à présent, Air Caraïbes n’avait pas jugé bon d’étendre l’accord commercial à ces destinations hors DOM. Au contraire, son PDG, Marc Rochet, s’est toujours montré prudent concernant les projets de développement d’Air Caraïbes hors de sa zone d’influence. « Je préfère investir dans notre flotte plutôt que dans des stratégies aventureuses », expliquait-il. Autant d’interrogations qui font planer de lourdes menaces sur les effectifs de Corsair, au sortir d’un plan social. In fine, Air Caraïbes se retrouverait ainsi en quasi-duopole sur les Antilles et en position de force face à Air France, avec des coûts de fonctionnement très inférieurs et dans trois ans, des A350 offrant un gain de consommation de 25 % sur les Boeing 777 d’Air France.

Nous ne manquerons pas de vous tenir informés du voyage de noces!

SOURCE : les échos

XL Airways embarque des tablettes pour divertir ses passagers

 

Depuis quelques semaines, XL Airways a mis la tablette à l’honneur pour divertir ses passagers. Les terminaux mobiles diffusés sont conçus comme des systèmes prêts à emploi qui embarquent une offre de films récents, de dessins animés, de jeux ou de magazines numériques. Un choix plus économique pour elle que les coûteux systèmes de divertissement intégrés au siège (IFE).

« Les voyageurs d’aujourd’hui sont des nomades ultraconnectés. Ils veulent profiter de leur vol pour regarder le film encore à l’affiche ou divertir leur enfant » explique Laurent Magnin, PDG de la compagnie aérienne.

Le service est offert aux passagers de la classe haut de gamme (Galaxie) de la compagnie. Il est proposé à la location, à 10€ en classe économique. Ces tablettes Samsung (Galaxy Tab Pro) ont été personnalisées par un prestataire (Interactive Mobility).

Pour la compagnie aérienne low cost, ce choix est clairement économique. Elle ne souhaitait pas opter pour les systèmes de divertissement intégrés dans les sièges. De son point de vue,  « ceux-ci sont des sources de coûts considérables pour les compagnies, que ce soit pour l’installation, la maintenance ou tout simplement le transport de ce matériel qui leste sensiblement les avions ».

Plus gênant, selon elle, « ces systèmes ne sont pas évolutifs et doivent donc être remplacés régulièrement au cours de la vie d’un avion de ligne. »

Une pierre directe dans le jardin de Panasonic Avionics et de Thalès qui a racheté LiveTV. Ils comptent parmi les principaux fabricants de systèmes de divertissement embarqué qui équipent les avions des grandes compagnies traditionnelles. Pour certains spécialistes, ils représenteraient un investissement de quelques dizaines de milliers de dollars par siège.

XL Airways n’est pas la première à lancer un service de prêt de tablettes. Air Canada Rouge (la filiale low cost de la compagnie canadienne) propose, sur certains vols long-courrier, des locations d’Ipad. Certaines autres proposent même ce service sur des vols court-courrier, comme la compagnie australienne Qantas, qui prête des iPAd sur sa flotte régionale de Boeing 717.

D’autres compagnies aériennes tablent aussi sur le fait que les voyageurs amènent leur propre tablette à bord. British Airways met ainsi à disposition de ses passagers un système de fixation,  à bord de sa nouvelle cabine Euro-Traveller.

SOURCE : BFMTV

Corsair sur le point d’être vendue

L’investisseur serait européen et selon PNC contact, il s’agirait soit d’IAG (dont Qatar Airways vient de racheter 10 % du capital et qui possède déjà British Airways et la compagnie espagnole Iberia), pour fusionner l’entité avec OpenSky, soit d’Air Contractor, société irlandaise propriétaire de Aer Lingus.

Selon La Tribune, aucune de ces pistes n’est pas la bonne. Le repreneur serait en fait Air Caraïbes.

En septembre 2013, des informations de presse avaient fait état de discussion entre les deux compagnies, partenaires commerciaux depuis 2012 entre Paris et les Antilles et la Réunion. « Le rachat de Corsair par Air Caraïbes, qui affiche une très bonne santé financière, permettrait de rationnaliser l’offre sur la Réunion et les Antilles, deux axes qui souffrent de surcapacités avec la présence de deux autres acteurs, Air France et XL Airways » selon nos confrères.

Reste à confirmer la reprise par AC et à estimer le coût social de l’opération. Aujourd’hui, Corsair compte près de 1250 salariés après plusieurs restructurations ces dernières années.

SOURCE : Réunion Première

Lutte contre le terrorisme, ce qui va changer dans les aéroports

La mise en place d’un registre français de passagers aériens devrait être opérationnel en septembre. Les mesures de contrôle des bagages cabine vont être renforcées à partir du 1er mars. Les bagages seront fouillés et passés au détecteur de traces d’explosifs.

Si depuis les attentats qui ont frappé la France début janvier, les aéroports français ont bénéficié du renforcement du plan Vigipirate au niveau Alerte Attentats (patrouilles notamment), il n’y a pas eu pour autant de renforcement des mesures de sûreté aéroportuaires à proprement parler.

« Nos mesures ont atteint un très haut niveau et la menace est différente aujourd’hui »,  a expliqué ce mardi Paul Schwach, directeur de la Direction du Transport Aérien à la DGAC (direction générale de l’aviation civile), lors de l’assemblée générale du Board Representatives Airlines (BAR), l’association qui représente la quasi-totalité des compagnies aériennes étrangères présentes en France ainsi que quelques transporteurs tricolores.

La loi antiterroriste concerne l’aviation

Pour autant, le gouvernement français et l’Union européenne vont mettre en place au cours des prochains mois plusieurs mesures de sûreté, dont certaines risquent de compliquer encore davantage le voyage aérien.

Promulguée début janvier, la loi antiterroriste concerne le transport aérien sur deux points. Elle donne tout d’abord la possibilité au gouvernement d’interdire à des citoyens français de quitter le territoire afin d’empêcher le départ des candidats au Jihad en Syrie.

Alors que Bruxelles tente d’arracher au Parlement européen un accord permettant de créer un registre européen des passagers aériens (PNR), comme l’ont fait les Etats-Unis, l’administration française travaille elle aussi sur un projet un dispositif similaire de PNR français.

« Il devrait être opérationnel en septembre », a précisé Paul Schwach. Les compagnies aériennes auront donc l’obligation de transmettre les données des passagers à la police. « L’objectif est notamment d’avoir accès aux listes de passagers sur une trentaine de destinations en zone Shenghen », rappelle un cadre d’une compagnie aérienne.

Contrôles renforcés dans les aéroports étrangers

Autre point de la loi antiterroriste qui va faire l’objet d’un décret dans les prochains jours, le gouvernement aura la possibilité d’imposer aux compagnies aériennes desservant la France des mesures complémentaires de contrôle des passagers, des bagages ou de surveillance des avions dans l’aéroport de départ, à l’étranger. Un peu à la manière des Emergency Amendments américains.

« Un projet délicat en raison de son caractère extraterritorial », reconnaît Paul Schwach. « Depuis deux ans, nous avons mené un certain nombre d’audits dans des pays étrangers, en Afrique notamment, qui ont montré que ces pays ne sont pas du tout aux standards internationaux en termes de sûreté, si des analystes de risque confirment qu’il y a un risque au départ de certains aéroports, la France pourra imposer aux compagnies de mettre en place des mesures complémentaires », a-t-il ajouté.

Les bagages de cabine fouillés ou passés au détecteur d’explosifs

A cette loi antiterroriste, vont s’ajouter des mesures européennes pour répondre à la menace d’explosifs improvisés. Autrement dit précise Paul Schwach, « des appareils qui contiennent peu de matériaux métalliques et qui, par conséquent, sont mal détectés aux rayons X ». A partir du 1er mars, un contrôle supplémentaire pour les bagages de cabine sera mis en place. Outre la passage au poste d’inspection filtrage (PIF), un certain nombre de bagages (le pourcentage préconisé est confidentiel) seront soit fouillés manuellement soit passés au détecteur de traces d’explosifs. A partir de septembre, le passage au détecteur d’explosifs deviendra obligatoire dans les grands aéroports. Des mesures qui promettent de belles files d’attentes et une hausse des coûts pour les transporteurs.

Fini de prendre l’avion sans voir son identité vérifiée?

Plusieurs professionnels du secteur s’attendent à d’autres mesures. Et notamment un rétablissement du contrôle automatique de l’identité du passager au moment de l’embarquement sur les vols en zone Shenghen. En effet aujourd’hui, il est en effet possible de faire un aller-retour Paris-Genève ou Paris-Toulouse, par exemple, (deux itinéraires testés par La Tribune) sans que l’identité du passager, qui s’est enregistré sur Internet, soit une seule fois contrôlée ! Depuis 2010 en effet, l’Union européenne a considéré que la vérification de la concordance des noms du passager entre la pièce d’identité et le billet d’avion n’était pas une mesure de sûreté sur les vols Shenghen. La France a appliqué cette mesure. Les compagnies peuvent certes vérifier mais n’y sont pas obligées.

« Comme quasiment aucune compagnie ne le fait, nous avons arrêté. Nous nous alignons sur nos concurrents », confie-t-on au sein d’un transporteur.

Sur des vols de courte distance, les demi-tours des avions entre les atterrissages et les décollages sont très rapides et l’embarquement doit l’être également.

La convention de Shenghen permet de revenir sur cette réglementation.

SOURCE : La Tribune

Le meilleur moment pour acheter un billet d’avion au meilleur prix

aj_aéroport billet

Quel est le meilleur moment pour réserver son billet afin d’obtenir le tarif le plus bas ? Selon le moteur de recherche voyages Momondo.fr, qui a passé au crible plusieurs milliards de tarifs dans sa base de données, le bon moment idéal serait 53 jours avant le départ.

Pour avancer cette date de 53 jours avant le départ, Momondo assure avoir compulsé 7,5 milliards de tarifs, sur les 100 trajets les plus demandés.

En réservant son billet à 53 jours avant leur vol, l’usager peut parfois économiser jusqu’à 29% sur le prix total du billet. Egalement, toujours selon Momondo, il vaut mieux s’envoler un mardi, jour le moins cher de la semaine, qu’un samedi qui est sans surprise la journée la plus saturée de la semaine. Enfin, il vaut mieux prendre un vol en soirée pour avoir un tarif bas, les liaisons aériennes proposées dans la journée, surtout dans l’après-midi, étant bien plus chères. Ainsi, le coût d’un vol aller-retour entre Paris et Bangkok, en même classe, peut varier de 400 euros, selon le jour du départ et l’heure du départ.

SOURCE : Air-journal

L’ « effet Piketty », reflet de la société ?

Les sièges d'un A350. REUTERS/Fabian Bimmer.The Economist consacre cette semaine un court article d’analyse au récent débat sur l’inclinaison des sièges dans les avions, et trace dans le titre de ce dernier, «Piketty Airways», un parallèle avec l’un des livres d’économie les plus discutés de la période récente, Le Capital au XXIe siècle de Thomas Piketty. Pourquoi? Parce que de la même façon que les richesses se sont concentrées, le confort dans les avions aussi:

«Aujourd’hui, ceux qui se trouvent dans la zone la plus économique de l’avion ont à peine la place d’ouvrir leur exemplaire du récent livre de Thomas Piketty déplorant une ère d’inégalités inédites. Et pourtant, les compagnies aériennes pensent qu’il y a encore de la marge pour comprimer davantage de corps en classe éco et que les passagers, malgré leurs protestations, le toléreront en échange de billets moins chers. Pendant ce temps-là, la classe affaires deviendra de plus en plus confortable.»

Ce n’est pas la première fois qu’une telle analogie est tracée par la presse anglo-saxonne. En mai, le magazine de gauche The American Prospect avait ainsi consacré un article à «la guerre contre les 99%» des individus les moins fortunés menée par les compagnies aériennes, en citant là aussi en exemple Piketty et un autre économiste français spécialiste des inégalités, Emmanuel Saez:

«La disposition égalitaire des sièges a disparu depuis longtemps de quasiment toutes les compagnies, [au profit d’un] modèle que nous baptiserons le modèle Piketty-Saez. Bien sûr, les compagnies aériennes ne sont absolument pas responsables de la polarisation actuelle des revenus et des patrimoines. Mais néanmoins, la disposition de leurs sièges la reflète de plus en plus, avec chaque jour davantage de place et de confort accordés aux passagers des classes affaires (dont les dépenses augmentent en proportion) et de moins en moins d’espace et de services –voire plus du tout– pour les passagers des classes économiques.»

Ce constat avait néanmoins été nuancé, à l’époque, par Megan McArdle, de BloombergView, qui avait pointé dans un post de blog qu’on n’était pas en face d’une opposition entre l’élite et les classes populaires (ceux qui souffrent le plus de cette situation, expliquait-elle, sont les membres des classes moyennes qui voyagent régulièrement pour affaires mais à qui leurs employeurs ne peuvent plus payer des billets en classes affaires) et que le fait de faire voyager plus de personnes par avion avait participé de la démocratisation du trafic aérien, autrefois réservé à cette même élite.

Source : SLATE

L’ultra-léger siège Titanium Seat certifié

air-journal-siege-titanium-seat-expliseat

Le Titanium Seat de la société française Expliseat a obtenu sa certification auprès de la FAA qui confirme que le siège le plus léger du monde respecte les normes de sécurité de l’aviation américaine.

A peine 5 mois après sa certification par l’Agence Européenne de Sécurité Aérienne, le Titanium Seat est désormais autorisé à voler à bord de toutes les compagnies aériennes du monde. Pesant à peine 4 kilos, le Titanium Seat est 50% plus léger que les modèles existants qui équipent les cabines économiques. Outre son poids ultra-léger grâce à l’intégration de matériaux composites, le Titanium Seat est facile à produire et à entretenir, avec seulement 30 pièces par siège au lieu de 500 pièces sur un siège classique.

« Cette certification atteste non seulement de la robustesse et de la performance de nos sièges mais confirme qu’innovation technologique et confort des passagers peuvent aller de pair avec exigence de sécurité. Il s’agit du premier siège avec une structure en composite à être certifié », explique Benjamin Saada, Président d’Expliseat.

« Les Amériques et les Etats-Unis constituent un de nos marchés stratégiques dans le cadre de notre expansion à l’international, et la certification du siège par les autorités américaines de l’aviation va nous permettre d’exporter outre-Atlantique ce concentré d’innovations qu’est le Titanium Seat », se félicite Jean-Charles Samuelian, Directeur Général.

 Le siège « ultra-light » constitué de titane et matériaux composites est désormais prêt pour naviguer à bord des compagnies américaines. Sa robustesse (30 pièces au lieu de 300 en moyenne) et son confort (5 cm supplémentaires au niveau des jambes) sont des réponses concrètes apportées aux compagnies aériennes et aux voyageurs.

SOURCE : Air Journal

La valise connectée

Un nouveau dispositif va être testé par Air-France-KLM à la fin de l’année. Composé de deux appareils électroniqueseTag et eTrack, il permettra d’acheminer les bagages avec un suivi renforcé tout en donnant la possibilité au passager de suivre en temps réel son bagage de soute.

Le groupe Air France-KLM s’est associé à KPN et Fast Track Company pour concevoir, et commercialiser à terme, deux petits appareils électroniques traceurs de bagage.

L’eTag et l’eTrack auront donc pour objectif de soulager les passagers stressés par l’idée de voir égarer leurs bagages tout en permettant à Air France-KLM de réduire ses coûts dans les processus d’enregistrement et d’acheminement des voyageurs et de leurs bagages.

L’eTag est une étiquette électronique, s’accrochant à l’extérieur du bagage et affichant les informations du vol du passager dès que celui s’est enregistré en ligne. L’eTrack est doté d’un système GPS et d’une connexionGSM et Bluetooth permettant au passager de savoir à tout moment (à l’exception des phases de décollage et d’atterrissage où ses fonctions se désactivent) l’endroit précis où il se trouve. En cas de perte par exemple sur un aéroport de transit, il devient facile à la compagnie de traquer précisément le bagage.

Le système qui fonctionne via une inscription sur le compte de fidélisation d’Air France-KLM FlyingBlue sera commercialisé à l’issue d’une phase de tests fin 2014 auprès de certains voyageurs. Son prix est aujourd’hui inconnu, mais d’autres compagnies ayant le système Flying Blue, pourraient être tentés de l’utiliser, Air France annonçant des séries limitées de valises Samsonite avec les deux appareils intégrés.

Rappelons aussi que Lufthansa s’est elle aussi lancée dans la valise intelligente avec son service Hometag, un système moins ambitieux mais permettant au passager d’éditer son étiquette tout en l’équipant d’une puce RFID (identification radio rapide) qui contient une copie complète de ces informations, accélérant encore la dépose bagage – et facilitant son suivi une fois le voyage commencé.

Les bagages égarés ou retardés coûtent chaque année quelque 2,6 milliards de dollars  aux différentes compagnies aériennes selon selon une étude SITA (Société internationale de télécommunications aéronautiques) avec un taux de 8,83 bagages perdus ou retardés pour 1 000 passagers, ce taux restant en Europe plus élevé que la moyenne (9,4 bagages perdus ou retardés pour 1 000 passagers).

SOURCE : AIR JOURNAL

Air France parie sur une nouvelle classe affaires

Chaque siège coûte 55.000 euros pièce. Si l'on y ajoute les «accessoires», le coût des études et de l'immobilisation des appareils pour qu'on les équipe, l'addition s'élève à 100.000 euros par siège.

Il ne s’agit là que d’un siège d’avion en classe affaires. Mais celui qu’Air France présente ce mardi et que Le Figarodévoile en avant-première a réclamé quatre ans de réflexion. C’est l’arme pour reconquérir les clients envolés chez les concurrents. Un soin tout particulier qui doit marquer le grand retour d’Air France dans la compétition des business class sur les vols long-courriers. Dans cette course, les compagnies asiatiques et moyen-orientales ont détrôné leurs concurrentes européennes. Lufthansa a lancé un chantier identique qui durera deux ans. KLM, compagnie sœur d’Air France, a déployé le sien l’été dernier tout comme Singapore Airlines… Une bataille sans fin dont l’enjeu est stratégique.

La clientèle des classes «avant» (les premières et la classe affaires) pèse lourd pour Air France: 4 milliards d’euros par an, soit la moitié du chiffre d’affaires de l’activité long-courrier, la plus rentable de la compagnie. Pourtant sur les 15  millions de passagers d’Air France sur ces vols long-courriers, seulement 1,6 million d’entre eux ont voyagé en classe affaires en 2013. On ­comprend pourquoi Air France a décidé d’investir près de 200 millions d’euros pour la seule clientèle affaires – sur les 500 millions consacrés à la montée en gamme de la compagnie alors qu’elle est engagée dans un plan d’économies.
Le meuble qui enserre le siège compte un coffre de rangement qui se ferme, un casque audio vraiment antibruit, une tablette assez grande.

Les millions sont vite dépensés dans un projet comme celui-ci: chaque siège – fabriqué par l’équipementier français Zodiac – coûte 55.000 euros pièce! Si l’on y ajoute les «accessoires» (le meuble qui l’enserre, le programme de divertissement à bord), le coût des études et de l’immobilisation des appareils pour qu’on les équipe, l’addition s’élève à 100.000 euros par siège.

Moduler les cabines

Comme les autres compagnies, Air France applique à son nouveau siège la règle des «3F» – full flat, full privacy et full access – soit: lit plat, intimité totale, libre accès à l’allée. Sur chaque rangée, quatre sièges seulement seront disposés de face dans la cabine, contre sept sièges auparavant. Les places seront moins nombreuses dans cette catégorie.

Comme c’est déjà le cas dans de nombreuses compagnies, les passagers pourront s’isoler de leur voisin grâce à une petite cloison mobile. Le siège transformé en lit est – enfin – totalement plat. Pour faire vraiment la différence avec ses concurrentes réputées pour la qualité de leur classe affaires (Emirates, ­Cathay…), Air France a veillé à de nombreuses attentions: un coffre de rangement qui se ferme, un casque audio vraiment antibruit, une tablette assez grande, un oreiller moelleux, une couette… Au total, la conception du siège a été retouchée six ou sept fois, à la suite des remarques de passagers «cobayes». Du jamais-vu et… six mois de retard. Air France a prévu d’équiper 44 Boeing 777 dès le mois de mai. Le premier devrait arborer sa nouvelle cabine blanc et bleu en juin pour New York.

Le siège transformé en lit est totalement plat.
 

Priorité sera donnée aux appareils équipés de la plus ancienne version du siège business, celui qui faisait glisser le passager vers le bas. Le déploiement devrait être achevé mi-2016. Ce nouveau siège démontable permettra de moduler les cabines selon les saisons. Dès l’été 2015, il sera possible de réduire le nombre de rangées en classe affaires pour accroître celles de la classe économie. C’est une option déjà expérimentée chez Lufthansa.

[ Source : http://www.figaro.fr ]

Les questions récurrentes de l’avion

question

 

Pourquoi peut-on acheter du liquide (parfum, vin…) aux boutiques duty free après les contrôles de sécurité ?

Si les bouteilles d’eau ou de shampoing sont interdites dans les avions, c’est pour éviter l’introduction d’explosifs liquides. Toutefois, selon Air France, les liquides qu’on achète en duty free sont considérés comme sécurisés(traçabilité, bouteilles scellées, sacs fermés…)

telephone avion

Il parait que les passagers doivent éteindre leur téléphone une fois à bord car des interférences avec les appareils de vol pourraient être dangereuses. En réalité, personne n’a jamais pu vérifier si la présence d’un téléphone allumé perturbait vraiment l’avion…

Afin d’être sûres qu’il n’y a aucun risque, les compagnies aériennes devraient tester tous les modèlesde téléphones portables existant… A l’intérieur des avions, mais aussi à proximité des tours de contrôle !

Plutôt que de se lancer dans un test aussi complexe et coûteux, elles préfèrent appliquer un principe de précaution.

 

hubloy

On pourrait se dire que c’est pour une raison triviale : les hôtesses ont oublié de le faire avant qu’on arrive, le pilote veut qu’on profite du décollage… En fait, les raisons sont purement pratiques et sécuritaires.

En effet, au décollage ou à l’atterrissage, le personnel de bord abesoin que les stores des hublots soient ouverts afin de pouvoir s’apercevoir le plus rapidement possible s’il y a un problème à l’extérieur de l’avion. Ainsi, il n’y a aucun angle mort ou presque.

 

repas avion

 

Vous en êtes sûr, c’est un complot ! Chaque fois que vous posez votre plateau-repas sur la tablette accrochée au dossier du siège de devant, l’hôtesse demande au passager qui s’y trouve de redresser son siège, et hop ! Tout est renversé.

Le personnel de bord demande de redresser leur siège pour des questions de sécurité. Si tous les dossiers sont à 90°, c’est bien plus facile de sortir de sa place, même avec la tablette dépliée.

De plus, cette position réduit la distance entre votre tête et le siège de devant, et donc la force de l’impact en cas de turbulence !

 

nourriture

 

La nourriture d’avion, c’est peut-être ce qui vous effraie le plus à chaque voyage. Insipide ou dégoûtante.

La nourriture d’avion n’est pas si mauvaise que ça. La pressurisation de l’appareil modifie la perception des goûts et des odeurs d’environ 30%. Par ailleurs, le bruit environnant jouerait également un rôle.

La plupart des compagnies tiennent compte de ces modifications dans la préparation de leur repas.

 

POUR LE RESTE DES QUESTIONS, VOIR L’ARTICLE ORIGINAL 

[Source : Linternaute]

Transport de cigarettes, nouveau réglemment

clopes

Le ministère vient de mettre à jour la nouvelle réglementation valable depuis le 1er janvier 2014 : chaque voyageur de la communauté européenne pourra transporter depuis un pays de la communauté européenne 10 cartouches de cigarettes au lieu de 5 auparavant.

Selon le site gouvernemental et selon une directive émanant de la direction de l’information légale et administrative, les critères d’emport de cigarettes sont devenus plus favorables au sein de l’Union européenne. Depuis le 1er janvier 2014, chaque passager peut transporter en France depuis un pays de l’Union européenne 10 cartouches de cigarettes (soit 2 000 cigarettes) ou 2 kg de tabac à fumer ou 1 000 cigares ou cigarillos.

Par exemple, si vous rapportez dans vos bagages 10 cartouches de cigarettes, 2 kg de tabac à rouler et 1 000 cigares, vos marchandises seront présumées comme détenues à titre personnel (sauf éléments de preuve contraires). En revanche, si vos bagages contiennent 11 cartouches de cigarettes, 1 kg de tabac à rouler et 500 cigares (ou toute autre quantité dépassant celles autorisées par catégories de tabacs ci-dessus), ladouane recherchera si vous transportez ou non les tabacs à des fins commerciales (pour les revendre).

Pour cela, elle examinera aussi votre activité professionnelle et les raisons pour lesquelles vous détenez du tabac, le lieu où se trouvent les tabacs et éventuellement le transport que vous avez utilisé, tout document concernant les tabacs que vous transportez.

Toujours selon le ministère, si la douane considère que vous détenez à titre commercial du tabac, vous aurez le choix entre  :

– payer des droits de consommation (780 € par exemple pour la détention de 20 cartouches de cigarettes) et une amende,

– ou renoncer à vos marchandises (qui seront dès lors saisies par la douane) et payer une amende.

Rappel important : hors Union européenne, l’emport reste limité à deux cartouches de cigarettes.

Cette nouvelle mesure pourrait priver l’Etat chaque année d‘1 milliard d’euros de recettes fiscales par an selon Europe 1.

 

[Source : air-journal]

CNI valable 15ans !

cni

 

Bonne nouvelle pour les voyageurs majeurs en direction de l’Union européenne et de quelques autres pays dont la SuisseAndorreMonacol’Islandel’Albanie, laSerbie, la Turquie… à compter du 1er janvier 2014, la durée de validité de la carte nationale d’identité passe de 10 à 15 ans pour les personnes majeures (plus de 18 ans).

La validité de la carte d’identité s’allonge de 5 ans. Sont concernées les nouvelles cartes d’identité sécurisées (cartes plastifiées) délivrées à partir du 1er janvier 2014 à des personnes majeures ainsi que les cartes d’identité sécurisées délivrées (cartes plastifiées) entre le 2 janvier 2004 et le 31 décembre 2013 à des personnes majeures.

Attention prévient le gouvernement français, cette prolongation ne s’applique pas aux cartes nationales d’identité sécurisées pour les personnes mineures. Elles seront valables 10 ans lors de la délivrance. Inutile de vous déplacer dans votre mairie ou votre consulat. Si votre carte d’identité a été délivrée entre le 2 janvier 2004 et le 31 décembre 2013, la prolongation de 5 ans de la validité de votre carte est automatique. Elle ne nécessite aucune démarche particulière. La date de validité inscrite sur le titre ne sera pas modifiée.

Voici les pays qui acceptent la carte nationale d’identité comme document de voyage :

-depuis les pays de l’Union européenne : Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Roumanie, Royaume-Uni, Slovaquie, Slovénie, Suède, République tchèque ;

– depuis les pays de l’Espace Schengen : Islande, Liechtenstein, Norvège, Suisse 

 

[Source : air-journal]

 

Un siège modulable selon la taille du passager !

morph

Le cabinet de design britannique Seymour Powell a développé un concept de siège d’avion modulable en fonction de la taille des passagers, rapporte un article paru dans l’Usine Nouvelle.

Un enfant n’a pas besoin d’un siège XXL tandis qu’un passager en surpoids nécessite plus d’espace, raisonne Seymour Powell. Pour mettre en œuvre ce principe, le cabinet de design a imaginé un système de banquette modulable en largeur baptisé « Morph » qui permet d’adapter la taille de chaque siège au gabarit du passager assis. Démonstration du concept « Morph » en vidéo (en anglais).

« VIDÉO ICI »

[Source: http://www.air-journal.fr ]