Exclu : les nouvelles cabines des B.777-300ER COI / CILA d’Air France!

Les chantiers de rénovation des cabines Air France battent leur plein. Du moins sur le papier puisque comme on l’a déjà vu les B777-200 de la compagnie ont tous été rénovés, tous comme les 777-300 devenus « BEST ». Quant aux -300, affectés … Lire la suite

Corsair dévoile sa nouvelle classe Business

Après Air Austral c’est au tour de Corsair, ce mardi, de présenter ses nouveautés. Lors des festivités organisées pour les 35 ans de Corsair, le directeur de la compagnie, Pascal de Izaguirre, avait annoncé l’introduction d’une nouvelle classe Business. Le transporteur … Lire la suite

La montée en gamme d’Air Austral

La compagnie réunionnaise basée à l’aéroport de Saint Denis-Roland Garros annonce une montée en gamme avec des nouveautés majeures en termes d’offre et de services, notamment avec un produit entièrement repensé coïncidant avec l’arrivée dès le 9 octobre prochain, de ses nouveaux Boeing 777-300ER, transformés, … Lire la suite

Bataille entre Air Mauritius et Air Asia

C’est le 4 octobre prochain qu’Air Asia effectuera son vol inaugural entre Maurice et la Malaisie. Déjà, cette compagnie d’aviation mène une campagne de marketing agressive, même si les billets pour ce premier vol sont tous vendus. Compagnie low-cost, Air … Lire la suite

Le Dreamliner d’Air Austral arrive : les premières images de la cabine?

La compagnie aérienne Air Austral va se doter de deux nouveaux appareils révolutionnaires. Une délégation importante de la compagnie aérienne réunionnaise est présente à Seattle (aux Etats-Unis) pour récupérer un Boeing 787-8. Une grande première en France pour cet avion … Lire la suite

Plus d’infos sur le direct Mayotte/Paris dès le 10 juin 2016

Jean-Marc Grazzini, membre du comité exécutif d’Air Austral et DGA chargé des affaires commerciales, était à Mayotte en fin de semaine. Ce fut l’occasion de faire un point sur la compagnie qui vient de clore une 2ème année en positif … Lire la suite

Le GST : le nouvel outil personnalisant le service à bord, par Delta

Delta Air Lines vante un nouveau procédé intéressant : un outil high-tech utilisé en vol, pouvant aider à personnaliser et rendre plus humain le service des PNC. Le nouvel outil « Guest Service Tool » (GST) est intégré dans les nouvelles phablettes Sleek Lumia 1520. L’objectif est de donner … Lire la suite

Première et affaires : une comparaison des palaces du ciel

Alors que de plus en plus de compagnies aériennes cèdent aux charmes de la classe Premium Economy, comment comptent-elles aujourd’hui attirer des passagers à voyager en Affaires et Première ? En sublimant leurs offres, en allant toujours et encore vers … Lire la suite

Zodiac prône le face-à-face dans les monocouloirs

Zodiac Aerospace a obtenu le brevet recherché pour le Projet HD31, qui propose une configuration de sièges face-à-face pouvant augmenter dans les monocouloirs Airbus ou Boeing à la fois le nombre de passagers et l’espace entre les rangées. Concept exploratoire … Lire la suite

Airbus A350 la nouvelle star des airs!

Plus spacieux, silencieux, léger et surtout plus écologique que tous ses prédécesseurs et concurrents, l’A350 a été conçu pour devenir LA référence mondiale en matière d’aviation civile. Aujourd’hui dominé par l’éternel rival Américain Boeing, le marché des avions long courrier … Lire la suite

10 things airlines are doing to make flying coach more comfortable

Modern air travel has become increasingly unpleasant as airlines continue to shrink seat sizes to fit more passengers on board — and this is especially true in economy class. But not all airlines are heading in this direction. In fact, many … Lire la suite

Systèmes de divertissement et WiFi pour les A350 d’Air Caraïbes

Air Caraïbes prépare l’arrivée de l’Airbus A350-900 XWB dans sa flotte pour la fin de l’année prochaine : elle a choisi lors du salon du Bourget un système de divertissement en vol et de connectivité WiFi qui sera fourni par Thalès. L’équipementier … Lire la suite

Le nouveau système de Boeing pour dormir en vol

SOON you may be actually able to sleep in economy if the latest design by Boeing has its way.

The aviation company has been issued a patent for a “Transport Vehicle Upright Sleep Support System” that it says would solve all the problems associated with sleeping on planes.

635035-f1165ccc-dd8d-11e4-90d8-bc21b5c83438Looking like a backpack, the contraption is attached to the back of the plane seat allowing passengers to lean forward and rest their face and chest on it for a few hours of sleep.

According to the patent, the head cushion will have a “face relief aperture” for the eyes, mouth, nose and chin and a hole for breathing. There will also be sleeves that open up in front to support the passengers arms and a chest cushion for extra comfort.

Boeing says this system is superior to the personal neck pillow currently employed by many passengers. This pillow is “not a highly successful option due to the natural tendency of a sleeper to relax their muscles and fall to a more horizontal position, thus awakening the passenger,” according to the patent.

Obvious questions arise in terms of safety and practicality, especially considering the already tight quarters of economy cabins. But if this is the answer to sleeping on planes, we’re on-board.

VOIR LA VIDEO.

Perso, nous avons tendance à penser que ce seront les navigants qui l’expérimenteront! Pour le plus grand bonheur du… porte-feuille bien sûr!

SOURCE : news.com.au

XL Airways embarque des tablettes pour divertir ses passagers

 

Depuis quelques semaines, XL Airways a mis la tablette à l’honneur pour divertir ses passagers. Les terminaux mobiles diffusés sont conçus comme des systèmes prêts à emploi qui embarquent une offre de films récents, de dessins animés, de jeux ou de magazines numériques. Un choix plus économique pour elle que les coûteux systèmes de divertissement intégrés au siège (IFE).

« Les voyageurs d’aujourd’hui sont des nomades ultraconnectés. Ils veulent profiter de leur vol pour regarder le film encore à l’affiche ou divertir leur enfant » explique Laurent Magnin, PDG de la compagnie aérienne.

Le service est offert aux passagers de la classe haut de gamme (Galaxie) de la compagnie. Il est proposé à la location, à 10€ en classe économique. Ces tablettes Samsung (Galaxy Tab Pro) ont été personnalisées par un prestataire (Interactive Mobility).

Pour la compagnie aérienne low cost, ce choix est clairement économique. Elle ne souhaitait pas opter pour les systèmes de divertissement intégrés dans les sièges. De son point de vue,  « ceux-ci sont des sources de coûts considérables pour les compagnies, que ce soit pour l’installation, la maintenance ou tout simplement le transport de ce matériel qui leste sensiblement les avions ».

Plus gênant, selon elle, « ces systèmes ne sont pas évolutifs et doivent donc être remplacés régulièrement au cours de la vie d’un avion de ligne. »

Une pierre directe dans le jardin de Panasonic Avionics et de Thalès qui a racheté LiveTV. Ils comptent parmi les principaux fabricants de systèmes de divertissement embarqué qui équipent les avions des grandes compagnies traditionnelles. Pour certains spécialistes, ils représenteraient un investissement de quelques dizaines de milliers de dollars par siège.

XL Airways n’est pas la première à lancer un service de prêt de tablettes. Air Canada Rouge (la filiale low cost de la compagnie canadienne) propose, sur certains vols long-courrier, des locations d’Ipad. Certaines autres proposent même ce service sur des vols court-courrier, comme la compagnie australienne Qantas, qui prête des iPAd sur sa flotte régionale de Boeing 717.

D’autres compagnies aériennes tablent aussi sur le fait que les voyageurs amènent leur propre tablette à bord. British Airways met ainsi à disposition de ses passagers un système de fixation,  à bord de sa nouvelle cabine Euro-Traveller.

SOURCE : BFMTV

Air France multiplie les options payantes sur les sièges éco

Rangées de sièges dans un Boeing 777 d'Air France © (D.R)

20 euros de plus pour avoir un siège à l’avant de l’avion, 30 pour réserver à l’arrière. Depuis le 23 janvier, Air France propose deux nouvelles options payantes pour bénéficier d’un petit peu de confort supplémentaire. Aucune amélioration n’est en revanche proposée sur les sièges sans supplément…

Sur les 422 places éco du Boeing 777-300, 50 sièges sont à option. Une nouveauté qui permet à la compagnie aérienne de faire rentrer de nouveaux revenus sans dépenser puisque les sièges classiques en classe économique ne bénéficient eux d’aucune amélioration particulière.
Cette pratique commerciale venue du modèle low cost a encore de beaux jours devant elle. A compter du 1er Avril, d’autres sièges sont annoncés comme payants par Air France.

SOURCE : Réunion 1ère

L’ « effet Piketty », reflet de la société ?

Les sièges d'un A350. REUTERS/Fabian Bimmer.The Economist consacre cette semaine un court article d’analyse au récent débat sur l’inclinaison des sièges dans les avions, et trace dans le titre de ce dernier, «Piketty Airways», un parallèle avec l’un des livres d’économie les plus discutés de la période récente, Le Capital au XXIe siècle de Thomas Piketty. Pourquoi? Parce que de la même façon que les richesses se sont concentrées, le confort dans les avions aussi:

«Aujourd’hui, ceux qui se trouvent dans la zone la plus économique de l’avion ont à peine la place d’ouvrir leur exemplaire du récent livre de Thomas Piketty déplorant une ère d’inégalités inédites. Et pourtant, les compagnies aériennes pensent qu’il y a encore de la marge pour comprimer davantage de corps en classe éco et que les passagers, malgré leurs protestations, le toléreront en échange de billets moins chers. Pendant ce temps-là, la classe affaires deviendra de plus en plus confortable.»

Ce n’est pas la première fois qu’une telle analogie est tracée par la presse anglo-saxonne. En mai, le magazine de gauche The American Prospect avait ainsi consacré un article à «la guerre contre les 99%» des individus les moins fortunés menée par les compagnies aériennes, en citant là aussi en exemple Piketty et un autre économiste français spécialiste des inégalités, Emmanuel Saez:

«La disposition égalitaire des sièges a disparu depuis longtemps de quasiment toutes les compagnies, [au profit d’un] modèle que nous baptiserons le modèle Piketty-Saez. Bien sûr, les compagnies aériennes ne sont absolument pas responsables de la polarisation actuelle des revenus et des patrimoines. Mais néanmoins, la disposition de leurs sièges la reflète de plus en plus, avec chaque jour davantage de place et de confort accordés aux passagers des classes affaires (dont les dépenses augmentent en proportion) et de moins en moins d’espace et de services –voire plus du tout– pour les passagers des classes économiques.»

Ce constat avait néanmoins été nuancé, à l’époque, par Megan McArdle, de BloombergView, qui avait pointé dans un post de blog qu’on n’était pas en face d’une opposition entre l’élite et les classes populaires (ceux qui souffrent le plus de cette situation, expliquait-elle, sont les membres des classes moyennes qui voyagent régulièrement pour affaires mais à qui leurs employeurs ne peuvent plus payer des billets en classes affaires) et que le fait de faire voyager plus de personnes par avion avait participé de la démocratisation du trafic aérien, autrefois réservé à cette même élite.

Source : SLATE

Prix du meilleur service en classe affaires pour Air Seychelles

Air Seychelles reçoit le prix du meilleur service en classe affaires, pour l’Océan Indien par la World Travel Awards

La compagnie aérienne nationale des Seychelles, Air Seychelles, a reçu le prix du meilleur service en classe affaires, et aussi bien que le niveau de service de son équipage pour l’Océan Indien, par la World Travel Awards.

L’annonce a été faite en fin de semaine lors de la cérémonie, de Gala, du World Travel Awards Afrique et Océan Indien, qui a eu lieu à Abuja, au Nigeria.

Dans un communiqué, Air Seychelles a précise que ce prix renforce encore son statut de leader comme transporteur dans la région de l’Océan Indien et au-delà.

«En classe affaires sur nos deux gros-porteurs Airbus A330-200 nous offrons des sièges inclinables à l’horizontale, un concept à tout moment de dîner, des divertissements personnels à la demande en vol, tout ce que l’on peut attendre d’une compagnie aérienne de premier plan.

De même, nos 140 membres d’équipage incarnent l’essence même du style de Seychelles, le créole, la chaleur et l’hospitalité dont les îles sont synonymes », a déclaré le CEO d’Air Seychelles, Manoj Papa.

«La raison de notre succès, c’est d’être toujours en avance sur ce que nos clients attendent de nous. »

Commentant ce succès, Joël Morgan, le président du conseil d’Air Seychelles, également ministre de l’Intérieur et des Transports des Seychelles, a attribué cette reconnaissance, aux efforts de l’équipe d’Air, les le partenariat stratégique de la compagnie aérienne Etihad Airways, et l’innovante approche adoptée pour être le meilleur.

Etihad, le transporteur des Émirats Arabe Uni, a acheté une participation de 40 pour cent, de la compagnie aérienne nationale des Seychelles en 2012.

Les World Travel Awards, créés en 1993, reconnaissent les organisations des meilleures offres de voyages dans le monde à travers un vote global par les professionnels du voyage de 171 pays.

Les prix sont remis pour l’excellence dans la prestation de services dans les différentes catégories de l’industrie du voyage et du tourisme au monde, y compris les services aériens, les services de location de voiture, des spas, des agences de voyages et tour-opérateurs, des hôtels parmi d’autres.

Les prix sont d’abord donnés sur une base régionale, ensuite les vainqueurs sont qualifiés pour la grande finale.
La grande finale cette année aura lieu en novembre.

«Les World Travel Awards reconnaissent et récompensent les meilleures organisations de voyage et Air Seychelles ne fait pas exception. La croissance et le développement de la compagnie aérienne dans un si court laps de temps n’a rien de moins que spectaculaire », a déclaré Graham Cooke, le président du World Travel Awards.

En matière d’entreprise de transport aérien de la région, Air Mauritius a reçu le prix de la première compagnie aérienne de l’Océan Indien tandis qu’Ibrahim Nasir l’aéroport international des Maldives est le premier aéroport de l’Océan Indien.

SOURCE : Seychelles News Agency

La nouvelle Première d’Air France

LA NOUVELLE PREMIÈRE D’AIR FRANCE, UNE SUITE HAUTE COUTURE

mercredi 7 mai 2014

Air France dévoile aujourd’hui, au cours d’un événement exceptionnel à Shanghai, sa nouvelle suite La Première. Nouvelle étape du vaste projet de montée en gamme de son offre long-courrier ‘Best and Beyond’, la suite La Première équipera progressivement 19 Boeing 777-300 d’Air France à partir de septembre 2014.

une_Best_and_Beyond_Premiere_630x0

 

Télécharger le dossier de presse
Voir la vidéo du siège La Première
Voir la vidéo du concept La Première
Télécharger les vidéos en HD

PLUS QU’UN FAUTEUIL, UNE SUITE PRIVATIVE

La nouvelle cabine La Première, véritable écrin, accueille désormais quatre suites individuelles exclusives à bord des Boeing 777-300 long-courriers d’Air France. A bord, chacune promet une intimité préservée et permet de s’isoler partiellement ou totalement, dans un confort absolu.

Bien-être, repos et sérénité voyagent en harmonie, pour un moment d’exception. Une fois installé, l’hôte de La Première est comme chez lui. Le large fauteuil s’adapte à chaque morphologie et invite immédiatement à la détente et au repos. Chacun profite d’un écran tactile personnel de 24 pouces (61 cm) à l’image Haute Définition, l’un des plus grands jamais proposé à bord.

UN LIT DIGNE DES PLUS GRANDS HÔTELS

A l’image d’un séjour dans un palace, s’endormir dans l’une des suites La Première est une expérience totalement exclusive. En un instant, le fauteuil se décline en un véritable lit, totalement horizontal et long de plus de deux mètres. Les accoudoirs deviennent alors entièrement escamotables et offrent un vaste espace de 77 cm de large.

Lorsque le client est prêt à s’endormir, les membres d’équipage installent un matelas sur le fauteuil, pour un confort toujours plus irréprochable. Ils disposent ensuite un large oreiller et une couette Sofitel My Bed®. L’oreiller est recouvert d’une taie en fil de coton peigné pour une douceur absolue, l’assurance de profiter d’un sommeil totalement réparateur.

UNE SUITE OUVERTE OU TOTALEMENT PRIVÉE, LE LUXE DE DÉCIDER

Air France habille chacune de ses suites de rideaux épais, retenus par des embrasses en cuir. Concept unique et audacieux, ils permettent de s’isoler totalement ou partiellement, selon son envie. Une fois les rideaux complétement fermés, la sensation d’être comme chez soi est sans égale, totalement enveloppé dans sa cabine privée. La suite La Première devient ainsi un vaste espace totalement privé avec 3 m2 disponibles pour chacun.

La suite peut également se vivre à deux. En face du fauteuil, un siège confortable, un ottoman, permet au client d’inviter un hôte, le temps d’une conversation ou d’un repas. La suite devient salon, restaurant, espace de travail, etc. Tout est permis dans cet espace modulable à l’envi.

UN ESPRIT HAUTE COUTURE

Air France sublime l’élégance à la française et l’exprime grâce au choix des textures et matières, toujours guidée par l’obsession du confort absolu. Les parois de la cabine « façon cuir » créent une ambiance feutrée. Le cuir, de haute qualité, se retrouve sur l’appui-tête et les accoudoirs. Un épais tissu doux et tramé recouvre le siège. Il rappelle le tweed et apporte un élégant cachet à l’ensemble de l’espace. Les nombreux rangements sont capitonnés de suède. Surpiqûres, accents boisés, touches métalliques, la suite est sophistiquée, jusque dans les moindres détails.

« Notre nouvelle suite La Première est, parmi toutes nos nouvelles offres, celle qui porte au plus haut notre engagement pour l’excellence et l’art du voyage à la française. Elle exprime notre volonté de reconquête et notre ambition mondiale. » a déclaré Frédéric Gagey, président-directeur général d’Air France.

EN UN CLIN D’ŒIL

Conçue pour Air France par le fabricant B/E Aerospace, la nouvelle suite La Première est unique au monde. Son allure haute-couture est née de la collaboration entre le designer, Priestmangoode, et Brandimage, agence de conseil en design et branding.

. 76 sièges installés dans 19 Boeing 777-300
. Une cabine exclusive composée de 4 suites
. Un concept unique, chaque suite habillée de rideaux ajustables
. Une suite conçue dans des matériaux nobles : cuir, tissus tramés, suède, etc.
. Un fauteuil à large assise, aux formes ergonomiques, avec fonction appui-lombaires intégrée
. Un accès direct à l’allée centrale
. Un vaste lit totalement horizontal
. Une console épurée aux rangements intégrés
. Une vaste table et un ottoman pour accueillir un hôte pendant le voyage
. Une cloison relevable et des rideaux ajustables, pour choisir son degré d’intimité
. Un plaid et un coussin « boudoir » disponibles dès l’installation à bord
. Matelas, coussin et couette chaude pour des nuits sereines
. Un vestiaire individuel
. Un écran tactile de 24 pouces Haute Définition et télécommande tactile
. Les hublots électriques se baissent d’une simple pression du doigt
. Des accessoires comme chez soi : lampe de chevet, oreiller, plaid, etc.

DIMENSIONS CLÉS

. Longueur du lit : 2,01 m
. Largeur du lit : 77 cm
. Largeur d’assise : 57 cm
. Longueur totale de la suite : 2,30 m
. Espace total disponible : 3 m2

SOURCE : AIR FRANCE CORPORATE

Air France parie sur une nouvelle classe affaires

Chaque siège coûte 55.000 euros pièce. Si l'on y ajoute les «accessoires», le coût des études et de l'immobilisation des appareils pour qu'on les équipe, l'addition s'élève à 100.000 euros par siège.

Il ne s’agit là que d’un siège d’avion en classe affaires. Mais celui qu’Air France présente ce mardi et que Le Figarodévoile en avant-première a réclamé quatre ans de réflexion. C’est l’arme pour reconquérir les clients envolés chez les concurrents. Un soin tout particulier qui doit marquer le grand retour d’Air France dans la compétition des business class sur les vols long-courriers. Dans cette course, les compagnies asiatiques et moyen-orientales ont détrôné leurs concurrentes européennes. Lufthansa a lancé un chantier identique qui durera deux ans. KLM, compagnie sœur d’Air France, a déployé le sien l’été dernier tout comme Singapore Airlines… Une bataille sans fin dont l’enjeu est stratégique.

La clientèle des classes «avant» (les premières et la classe affaires) pèse lourd pour Air France: 4 milliards d’euros par an, soit la moitié du chiffre d’affaires de l’activité long-courrier, la plus rentable de la compagnie. Pourtant sur les 15  millions de passagers d’Air France sur ces vols long-courriers, seulement 1,6 million d’entre eux ont voyagé en classe affaires en 2013. On ­comprend pourquoi Air France a décidé d’investir près de 200 millions d’euros pour la seule clientèle affaires – sur les 500 millions consacrés à la montée en gamme de la compagnie alors qu’elle est engagée dans un plan d’économies.
Le meuble qui enserre le siège compte un coffre de rangement qui se ferme, un casque audio vraiment antibruit, une tablette assez grande.

Les millions sont vite dépensés dans un projet comme celui-ci: chaque siège – fabriqué par l’équipementier français Zodiac – coûte 55.000 euros pièce! Si l’on y ajoute les «accessoires» (le meuble qui l’enserre, le programme de divertissement à bord), le coût des études et de l’immobilisation des appareils pour qu’on les équipe, l’addition s’élève à 100.000 euros par siège.

Moduler les cabines

Comme les autres compagnies, Air France applique à son nouveau siège la règle des «3F» – full flat, full privacy et full access – soit: lit plat, intimité totale, libre accès à l’allée. Sur chaque rangée, quatre sièges seulement seront disposés de face dans la cabine, contre sept sièges auparavant. Les places seront moins nombreuses dans cette catégorie.

Comme c’est déjà le cas dans de nombreuses compagnies, les passagers pourront s’isoler de leur voisin grâce à une petite cloison mobile. Le siège transformé en lit est – enfin – totalement plat. Pour faire vraiment la différence avec ses concurrentes réputées pour la qualité de leur classe affaires (Emirates, ­Cathay…), Air France a veillé à de nombreuses attentions: un coffre de rangement qui se ferme, un casque audio vraiment antibruit, une tablette assez grande, un oreiller moelleux, une couette… Au total, la conception du siège a été retouchée six ou sept fois, à la suite des remarques de passagers «cobayes». Du jamais-vu et… six mois de retard. Air France a prévu d’équiper 44 Boeing 777 dès le mois de mai. Le premier devrait arborer sa nouvelle cabine blanc et bleu en juin pour New York.

Le siège transformé en lit est totalement plat.
 

Priorité sera donnée aux appareils équipés de la plus ancienne version du siège business, celui qui faisait glisser le passager vers le bas. Le déploiement devrait être achevé mi-2016. Ce nouveau siège démontable permettra de moduler les cabines selon les saisons. Dès l’été 2015, il sera possible de réduire le nombre de rangées en classe affaires pour accroître celles de la classe économie. C’est une option déjà expérimentée chez Lufthansa.

[ Source : http://www.figaro.fr ]

Un siège modulable selon la taille du passager !

morph

Le cabinet de design britannique Seymour Powell a développé un concept de siège d’avion modulable en fonction de la taille des passagers, rapporte un article paru dans l’Usine Nouvelle.

Un enfant n’a pas besoin d’un siège XXL tandis qu’un passager en surpoids nécessite plus d’espace, raisonne Seymour Powell. Pour mettre en œuvre ce principe, le cabinet de design a imaginé un système de banquette modulable en largeur baptisé « Morph » qui permet d’adapter la taille de chaque siège au gabarit du passager assis. Démonstration du concept « Morph » en vidéo (en anglais).

« VIDÉO ICI »

[Source: http://www.air-journal.fr ]

L’électronique enfin autorisé pendant tout le vol ?

xperia

L’Agence européenne pour la sécurité aérienne (AESA) publiera d’ici la fin du mois une directive autorisant l’usage d’appareils électroniques pendant toute la durée du vol.

A l’instar de la FAA aux Etats-Unis, les autorités européennes de l’aviation ont décidé le 13 novembre 2013 d’assouplir les conditions d’utilisation des smartphones, tablettes et autres liseuses durant toute la durée du vol, y compris lors du décollage et de l’atterrissage ou pendant le roulage au sol – trois phases dont seront exclus les ordinateurs portables pour cause de poids et encombrement excessifs. Le directeur de l’agence Pattrick Ky explique dans un communiqué qu’il s’agit « d’un pas important dans le processus d’extension de la liberté d’utilisation des appareils électroniques à bord des avions sans compromettre la sécurité ».

Applicable dès la fin du mois par toutes les compagnies aériennes européennes, la directive obligera sans surprise tous les gadgets communiquant de passer en « mode avion » pendant le vol. Les transporteurs garderont toutefois le droit de décider de la date et du champ d’application de cette nouvelle donne, les passagers devant probablement attendre encore un peu avant d’utiliser librement leur gadget.

A plus long terme, l’AESA veut trouver « de nouvelles pistes pour certifier l’émission ou la réception d’appels téléphoniques pendant les vols », reconnaissant la prolifération des appareils individuels et la volonté des passagers de les utiliser partout et tout le temps. Si son objectif est d’harmoniser leur utilisation en toute sécurité à travers l’Europe, elle rappelle une évidence de sécurité : tout passager se doit de lever le nez pour prêter attention aux consignes de sécurité…

 

[Source: http://www.air-journal.fr ]

« Petits secrets entre compagnies »

secret

Les voyages en avion font l’objet depuis l’apparition des vols commerciaux de nombreux fantasmes et autres légendes urbaines. Il y a par exemple l’idée largement répandue selon laquelle y aurait une place plus sûre que les autres qui augmenterait les chances de survie en cas d’accident. Ou celle des avions qui rejettent les excréments en plein vol.

Mais les avions ont aussi une multitude de petits détails et autres secrets que la grande majorité des passagers ignorent et qui font pourtant partie du quotidien des dizaines de milliers de pilotes, hôtesses et stewards sillonnant la planète tous les jours. Sur le site communautaire américain Reddit, des internautes ont eu l’idée de demander à ceux qui ont travaillé ou travaillent pour des compagnies aériennes de partager ces «secrets» avec le commun des mortels.

Le résultat est une liste d’affirmations étonnantes, et parfois inquiétantes pour ceux qui ne sont pas très à l’aise en avion, que nous avons vérifiées avec un pilote de ligne, membre du Syndicat des pilotes d’Air France (Spaf) avec plus de 20 ans d’expérience et d’un steward de la même compagnie qui sert les passagers depuis 15 ans de les confirmer, ou de les infirmer, pour vous.

Il n’y a que 15 minutes d’oxygène dans les masques qui tombent en cas de dépressurisation de la cabine

VRAI. Ou pour être plus précis, 13 minutes. Cela peut paraître très peu, mais pas de panique, il y a une bonne raison à cela. En cas de dépressurisation de la cabine quand l’avion se trouve à son altitude de croisière (plus de 10.000 mètres pour les long courriers, un peu moins pour les vols courts), la pression atmosphérique descend de manière brutale et l’air se vide de son oxygène, créant des conditions insupportables pour les organismes humains.

Le pilote doit donc faire redescendre au plus vite l’avion à 10.000 pieds d’altitude (environ 3.000 mètres), et il ne lui faut pas plus de 13 minutes pour effectuer cette descente, ce qui explique les 13 minutes d’oxygène des masques.

Le circuit d’oxygène destiné aux passagers en cas de dépressurisation, appelé oxygène de subsistance, n’est pas le seul à bord des avions. Un système de premier secours est également à disposition, qui permet d’assurer un apport d’oxygène à un passager atteint d’un problème cardiaque par exemple pendant toute la durée d’un vol.

Le chiffre de 15 minutes ne sort pas de nulle part: c’est le temps minimum légal que doit durer l’oxygène disponible pour les pilotes, pour qui des précautions particulières sont prises. Ce minimum s’applique à chacun de ceux qui occupent le poste de pilotage, qui peut contenir jusqu’à 4 personnes, dont deux pilotes.

Les pilotes disposent aussi d’appareils de protection respiratoire, avec des masques prenant tout le visage pour permettre de respirer l’oxygène de protection à 100% quand l’air de la cabine est pollué par un incendie ou des composants chimiques et que les pilotes doivent éviter à tout prix de respirer l’air ambiant.

Si on éteint les lumières dans un avion qui atterrit de nuit, c’est pour habituer les yeux des passagers en cas d’évacuation d’urgence.

VRAI. En cas de feu dans un moteur par exemple, il faut couper le courant principal de l’avion à l’atterrissage. L’appareil n’est alors plus éclairé que par un système d’éclairage de secours peu puissant. Etant donné qu’une évacuation doit en théorie s’effectuer en 90 secondes, il n’y a pas de temps à perdre avec l’acclimatation des yeux des passagers à l’obscurité.

Pour ce qui est de l’obligation de relever les volets des hublots lors d’un atterrissage de jour, il s’agit plutôt de permettre au personnel de cabine de voir ce qu’il se passe à l’extérieur en cas de problème. En cas d’atterrissage forcé, un feu peut se déclencher dans une des ailes, où le kérosène est stocké. Le personnel doit pouvoir voir ce qui se passe à l’extérieur pour évacuer du côté opposé à l’incendie.

 

Les pilotes font atterrir les avions de manière plus brutale quand il pleut pour éviter l’aquaplaning

VRAI. Si votre avion se pose un peu brutalement par temps de pluie, ce n’est pas parce que le pilote est mauvais: en cas de pluie, les pilotes recherchent un atterrissage plus ferme pour éviter l’aquaplaning. De manière générale, les pilotes ne sont pas censés chercher à faire l’atterrissage le plus doux, aussi appelé «kiss landing», car celui-ci peut faire augmenter la distance d’atterrissage de l’avion.

Les pilotes tentent avant tout d’atterrir au point de toucher prévu, chose plus facile à faire quand ils arrivent avec plus d’angle. L’avion freinant par ailleurs bien plus vite au sol qu’en l’air, il est plus facile de maîtriser sa distance d’atterrissage en touchant le sol plus tôt.

 

Les téléphones portables allumés ne sont pas dangereux

VRAI ET FAUX. Laisser son téléphone portable allumé lors du décollage et de l’atterrissage ne fera pas s’écraser l’avion. En revanche, cela crée des interférences et perturbe les communications radio des pilotes avec les contrôleurs, qui entendent le même bruit que lorsqu’un téléphone portable posé sur une télévision reçoit un appel.

 

Les deux pilotes ont des plateaux repas différents pour éviter les intoxications alimentaires simultanées

VRAI. C’est une règle d’or. Les repas des deux pilotes doivent être confectionnés sur des chaînes différentes, qu’il s’agisse des repas à bord mais aussi de ceux qui précèdent un vol.

 

Le vol est retardé ou annulé si la machine à café ne fonctionne pas

FAUX. Chez Air France, seuls les vols long-courriers sont équipés de machines à café, qui sont réservées aux passagers des classes les plus chères. S’il arrive que la machine à café ne fonctionne pas, on sert des cafés «américains» aux passagers de ces classes, et aux pilotes.

 

Sur les 747 d’Air France, les sièges fenêtre de la classe éco du pont supérieur ont un peu plus de place (et de place pour ranger des choses, pour les jambes) que les autres. Vous pouvez les avoir si vous faites votre check-in tôt

VRAI. Il y a bien un peu plus de place sur le pont supérieur des 747, où l’empâtement est légèrement supérieur. Il y a aussi un coffre sous le hublot ce qui fait qu’on a plus de place pour ranger ses affaires dans les places côté fenêtre du pont supérieur. Ce gain de place s’est réduit depuis qu’Air France a refait les cabines de ses 747 l’année dernière.

Mais la plus grande différence entre les deux ponts sur ce modèle résidait jusqu’à l’année dernière dans le fait que les sièges du pont supérieur avaient des écrans individuels, alors que ceux d’en bas partageaient des écrans centraux, et ne pouvaient donc pas choisir leur film en plus de moins bien voir. Depuis la rénovation des cabines, tous les sièges ont des écrans individuels.

 

Si vous commandez un repas spécial (casher, diabète, végétarien, etc) vous l’avez avant les autres

VRAI ET FAUX. Sur Air France, les personnes qui commandent un repas spécial (en moyenne entre 10 et 15 sur un vol de 300 passagers, dont la plupart sont des repas enfants), reçoivent bien leur plateau avant les autres, notamment pour que les enfants puissent manger rapidement, ce qui profite aux autres repas spéciaux. En revanche, les plateaux ne contiennent pas les plats chauds, qui arrivent eu même moment pour tout le monde.

 

Les avions peuvent voler avec un seul moteur si besoin

VRAI. Tous les avions modernes sont conçus pour pouvoir voler, et même décoller, avec un moteur en panne. Les pilotess’entraînent régulièrement sur des simulateurs pour voler ou atterrir avec un seul moteur.

 

On peut déverrouiller les toilettes de l’extérieur

VRAI. S’il semble logique que les stewards puissent ouvrir la porte des toilettes de l’extérieur en cas d’urgence ou si quelqu’un est coincé à l’intérieur, peu de passagers savent qu’ils peuvent le faire eux-mêmes. Le système diffère selon le type d’avion..

 

[Source : http://www.slate.fr ]

Classe Eco : Airbus veut 18 pouces sur le long-courrier

18 pouces

Le constructeur européen a proposé l’adoption d’un standard international pour les vols long-courrier en classe Economie, avec une largeur minimale de 18 pouces ou 45,72cm qui entraînera un plus grand confort.

Citant dans son communiqué du 28 octobre 2013 une étude menée par le London Sleep Center, Airbus explique que le sommeil est amélioré de 53% quand on passe d’un siège large de 17 pouces (le standard depuis les années 50) à un de 18 pouces. D’après le Dr Irshaad Ebrahim, « on a noté une différence significative : tous les passagers assis dans des sièges de 18 pouces ont bénéficié d’un sommeil plus profond, moins perturbé, et de nuits de sommeil plus longues. Leurs différentes phases du sommeil se sont déroulées comme elles l’auraient fait dans des circonstances normales. En revanche, dans le siège plus étroit de 17 pouces, les passagers ont été affectés par de nombreux troubles du sommeil et de ce fait, ont rarement dormi d’un sommeil profond et réparateur. Pour tout passager effectuant un vol long-courrier en classe économique, un pouce fait une énorme différence en termes de confort ».

Selon Airbus, le nombre de vols de plus de 13 heures a augmenté de 70% ces cinq dernières années, passant de 27 à 41 par jour. Et le constructeur rappelle qu’en 1998 aucun vol de plus de 7000 milles (12 700 km) n’était opéré – le record ayant depuis été porté à 15 350 kilomètres parcourus en 18 heures. Selon Kevin Keniston, directeur de Confort Passager chez Airbus, « si l’industrie aéronautique ne se bouge pas dès aujourd’hui elle risque de mettre en péril le confort des passagers jusques 2045 et au-delà », condamnant « une autre génération de passagers à des sièges basés sur un standard d’un autre âge ».

Airbus prêche bien sûr pour sa paroisse, affirmant qu’il « a toujours appliqué une largeur standard d’au moins 18 pouces aux sièges de la classe économique de ses long-courriers. Toutefois, d’autres avionneurs revoient à la baisse les normes relatives au confort des passagers en réintroduisant les sièges plus étroits des années 50, dans le seul but de rester compétitifs ». Et d’ajouter que « l’évolution de l’Indice de Masse Corporelle et des perspectives en matière d’espace personnel, a encouragé d’autres industries, par exemple celles des loisirs et de l’automobile, à repenser la largeur des sièges ». Une étude récemment menée auprès des passagers de vols-long-courriers en classe économique dans différents aéroports internationaux (Singapour, Paris – Charles de Gaulle, Francfort et Amsterdam) a démontré que « le confort du siège est aujourd’hui le critère le plus important lors de la réservation d’un vol long-courrier en classe économique, dépassant de loin l’horaire du vol ».

Pour Kevin Keniston, le rôle d’Airbus vise à sensibiliser les passagers « sur la différence apportée par un pouce supplémentaire sur un vol long-courrier en classe économique ».

Données objectives (scientifiques) – Amélioration des variables de la qualité du sommeil de 53% :

•Le temps nécessaire pour s’endormir (également désigné ‘Latence à l’Endormissement’) s’est amélioré de 14,7% (6 minutes) avec le siège de 18 pouces ;

•Le nombre de réveils après induction du sommeil (WASO – ‘Wake After Sleep Onset’), a été réduit en moyenne de 28 minutes avec le siège de 18 pouces ;

•L’indice d’éveil (‘Arousal Index’), la mesure la plus sensible de la Qualité du Sommeil, qui mesure le nombre et la fréquence des perturbations des ondes cérébrales au cours de la nuit, s’est amélioré en moyenne de 53% avec le siège de 18 pouces ;

•Les contractions involontaires des membres ont été réduites de 11% avec le siège de 18 pouces.

Données subjectives (des participants) :

•67% des participants à l’étude ont rapporté une amélioration de la qualité du sommeil, et 86% d’entre eux une augmentation de la quantité de sommeil, avec le siège de 18 pouces.

[Source: http://www.air-journal.fr ]

Un Sandwich aux vers de terre chez Air India

vers

Non, ce n’était pas un recrutement pour un Koh Lanta version Bollywood. Et difficile de retrouver son appétit après… La compagnie aérienne nationale indienne a annoncé avoir lancé une enquête après qu’un passager a trouvé des vers de terre dans un sandwich.

L’histoire peu appétissante s’est déroulée le 28 septembre dernier sur un vol entre New York et New Delhi. Le passager a bien évidemment fait remarquer l’existence d’invertébrés dans son en-cas au personnel de cabine qui lui a aussitôt proposé un nouveau sandwich… Mais écoeuré, il a refusé.

Jusqu’ici, rien n’avait filtré à travers les médias, Air India n’ayant pas voulu communiqué – et on le comprend !- sur le sujet. Mais le passager s’étonnant de ne pas recevoir d’excuses, deux semaines après le repas manqué a décidé de le rendre public. Air India a donc du se résoudre à commenter l’affaire en affirmant qu’elle enquêtait sur le fâcheux événement auprès de la société de catering (américaine) qui lui a fourni le fameux sandwich aux lombrics. Son porte-parole a aussi qualifié l’événement de « très rare », soulignant outre mesure qu’elle allait continuer à maintenir un service haut de gamme y compris dans les conditions d’hygiène.

Décidément, rien ne va plus chez Air India, les incidents se suivant les uns et les autres… De quoi faire un petit livret tragi-comique des insolites de l’aérien. Rappelons ainsi qu’en mars dernier, les médias locaux rapportaient qu’elle avait suspendu deux pilotes pour avoir laissé pendant 40 minutes aux commandes de leur avion A321 parti de Bangkok pour New Delhi deux hôtesses de l’air, elles aussi suspendues. Et pendant ce temps, les deux pilotes piquaient un roupillon en classe Affaires…

Et en mai dernier, c’était au tour d’un pilote d’un vol entre Delhi et Bangalore de se retrouver bloqué dans les toilettes, le co-pilote se retrouvant contraint de poser en urgence son avion à Bohpal pour une escale improvisée. Et encore cette année, bien qu’hélas un peu plus commun dans le genre, la compagnie avait suspendu pendant 3 mois un de ses pilotes pour ivresse : il allait décoller depuis Chennai pour Madurai avec un avion rempli de passagers…

[Source: http://www.air-journal.fr ]