Bataille entre Air Mauritius et Air Asia

C’est le 4 octobre prochain qu’Air Asia effectuera son vol inaugural entre Maurice et la Malaisie. Déjà, cette compagnie d’aviation mène une campagne de marketing agressive, même si les billets pour ce premier vol sont tous vendus. Compagnie low-cost, Air … Lire la suite

Air France valide son plan B

Le conseil d’administration du groupe Air France-KLM a mandaté hier la Direction d’Air France pour mettre en place un plan de restructuration alternatif afin d’accélérer le redressement dans le cadre de Perform 2020, qui devrait permettre de dégager 740 millions d’euros de résultat d’exploitation d’ici à … Lire la suite

Air Seychelles va recevoir un financement de plusieurs millions de dollars de son partenaire stratégique Etihad Airways

La compagnie aérienne nationale de l’archipel des Seychelles va recevoir une partie des 700 millions de dollars US qui ont été levés la semaine dernière sur les marchés internationaux dans le cadre d’une « plate-forme d’opération de financement » pour … Lire la suite

Licenciements en vue chez Air Mauritius?

Air Mauritius passera-telle bientôt  par un exercice de dégraissage ? Si la possibilité existe et même si rien n’est confirmé pour l’heure, le consultant britannique nommé par le conseil d’adminis­tration livrera son rapport d’audit sur le personnel. Le consultant Aon Hewitt remettra … Lire la suite

La performance des PNC d’Air France face à leurs homologues étrangers

L’Accent PNC d’Air France, dispositif éditorial interne à la compagnie aérienne française, a publié un benchmark, qu’a repris le site spécialisé PNC-Contact, comparant notamment les jours de repos ou temps de présence en vol d’hôtesses de l’air et stewards, de plusieurs compagnies … Lire la suite

2014, l’année la plus sûre de l’histoire de l’aviation civile

Malgré la disparition toujours inexpliquée du vol MH370 dans l’océan Indien et de la destruction en vol du vol MH17 au dessus de l’Ukraine, l’aviation civile a connu en 2014, l’année la plus sûre de son histoire selon l’IATA.

La disparition du vol MH370, puis la destruction du vol MH17 ont marqué les esprits. Et pourtant, prendre l’avion n’a jamais été aussi sûr… IATA, l’Association Internationale du Transport Aérien, vient de publier ses chiffres pour l’année 2014. Le taux mondial d’accidents d’avion à réaction a été le plus faible de l’histoire de l’aviation commerciale.

Au total, l’an dernier, le transport aérien a enregistré 12 accidents mortels qui ont entraîné 641 décès. Cela représente 4 accidents de moins qu’en 2013. En revanche, le bilan humain est plus lourd, avec 124 morts de plus par rapport à 2013.

Pour mieux comprendre ce chiffre étonnant à première vue, il faut savoir que le vol MH17 et ses 298 passagers et membres d’équipage décédés sont exclus des statistiques de IATA. Pour l’association en effet, il ne s’agit pas d’un accident lié à la sécurité aérienne, mais bien d’un « acte de guerre ».

Au total, en 2014, plus de 3,3 milliards de personnes ont voyagé en avion en toute sécurité. Il y a donc eu un accident pour 4,4 millions de vols.

SOURCE : Réunion 1ère

Le nouveau réseau « Air Caraïbes-Corsair »

Désormais premier pôle aérien français 100 % familial et privé, le nouvel ensemble disposera d’une flotte de 15 appareils long et court-courrier couvrant un réseau de 15 destinations, dont notamment les Antilles où il détrône Air France de sa position de leader. Nouvelles fréquences, nouvelles destinations… les ambitions sont clairement affichées… mais (pas encore) pas dévoilées.

Des flashes d’appareils photo qui crépitent dans tous les sens, des caméras TV disposées un peu partout dans une salle bondée, il y avait la foule des grands jours vendredi matin dans le salon Mozart de l’hôtel Intercontinental (Grand Hôtel place de l’opéra) à Paris pour couvrir la conférence de presse conjointe Air Caraïbes/TUI.

Premier à prendre la parole, Pascal de Izaguirre (photo ci-contre), Président de TUI France et PDG de Corsair International, s’est expliqué sur les raisons de la cession de la compagnie maison. « Le business model de Corsair est aujourd’hui complètement différent de celui des autres compagnies du 1er groupe touristique mondial. Devenue compagnie régulière depuis quatre ans alors que toutes les autres sont 100 % charter, Corsair n’est plus au cœur de métier de TUI ».

Résultat chiffré, TUI France qui pesait 40 % du chiffre d’affaires de la compagnie en 2010, n’en représentait plus qu’un petit 5 % quatre ans plus tard. Les accords avec TUI seront conservés mais les futurs rapports commerciaux seront régis comme avec n’importe quel autre fournisseur du TO (on peut émettre quelques réserves légitimes quand on sait que Pascal de Izaguirre siègera au conseil de surveillance de la future entité dont le nom n’a pas encore été décidé – réflexion personnelle de l’auteur).

Pour Jean Paul Dubreuil (photo ci-contre), Président du groupe éponyme propriétaire d’Air Caraïbes, le rachat de Corsair était une évidence. « Les deux compagnies sont complémentaires. Air Caraïbes et Corsair avaient déjà un accord de code share depuis mars 2002. C’est pour cette raison que nous avons fait une offre de rachat à 100 % de la compagnie mais dont je ne dévoilerai pas le montant ».

L’arrivée de Corsair dans le giron du Groupe Dubreuil lui offrira également l’ouverture sur de nouvelles destinations (voir infographie 1) où la compagnie aérienne bénéficie de parts de marché (PDM) non négligeables.

Outre les Antilles, où l’entité dépasse désormais les 50 % de PDM (contre 40 % pour Air France), Corsair apportera dans l’escarcelle ses dessertes de l’Océan Indien (Maurice, Réunion, Madagascar, Mayotte), de l’Afrique de l’Ouest (Dakar – Sénégal – et Abidjan – Côte d’Ivoire) mais aussi du Canada (Montréal). Le rachat sera effectif après recapitalisation de Corsair (acté par TUI France mais dont le montant n’a pas été non plus dévoilé), l’avis du Comité d’Entreprise de la compagnie et bien sûr, l’approbation des autorités de la concurrence française.

« La marque Corsair, tout comme son entité juridique, seront conservées et la compagnie deviendra une compagnie sœur d’Air Caraïbes. La gouvernance sera assurée par un Conseil de Surveillance dont j’assurerai la présidence, et où siègera Pascal de Izaguirre. Quand à la présidence du directoire, elle sera assurée par Marc Rochet (photo ci-contre), Président d’Air Caraïbes International », précise Jean-Paul Dubreuil.

Air Caraïbes et Corsair conserveront leurs réseaux spécifiques, leurs personnels et leurs compétences (voir infographie 2), même si des synergies sont forcément prévisibles. « Il n’y aura plan social, nous garderons tous les emplois chez Corsair. Et nous comptons bien faire des profits dès la première année d’exploitation » tient à préciser le président du Groupe Dubreuil.

Aujourd’hui, avec quinze appareils disponibles (voir infographie 2), Jean-Paul Dubreuil annonce également une refonte totale de sa flotte. Après s’être engagé dans la location de trois Airbus A350-900 supplémentaires (réception entre 2017 et 2019), la structure disposera d’une option supplémentaire de deux A350-1000 (photo ci-contre) en pleine propriété (réception entre 2023 et 2024).

La nouvelle flotte, composée principalement d’Airbus A350 : six A350-900 (dont les deux premiers appareils entreront en service fin 2016, soit deux ans avant les premiers A350 pour Air France – ndlr) et de cinq A350-1000 (arrivée prévue entre 2020-2024), comportera, à l’horizon 2024, onze Airbus de dernière génération.

Dans les projets de la future structure, de nouvelles fréquences et de nouvelles destinations sont au menu… mais on n’en saura pas plus, tout juste que le Canada (destination estivale pour le marché français et européen) est dans le collimateur pour faire le pendant à Maurice (destination hivernale pour ce même marché).

Aux vues de tous ces projets, c’est la compagnie Air France, engagée dans un nouveau plan d’économies, qui a du souci à se faire…

AIR CARAIBES CORSAIR

SOURCE : Pagtour

Emirates recrute massivement

La compagnie de Dubai a annoncé 11.000 nouvelles embauches dans les 12 prochains mois dont la moitié pour assurer le service à bord de ses avions.

Alors même qu’Air France cherche toujours à compresser davantage sa masse salariale pour réduire ses coûts d’exploitation, le plus redoutable de ses concurrents invite les professionnels du secteur à rejoindre ses rangs.

Emirates a annoncé ce jeudi 19 février son intention d’embaucher 11.000 personnes d’ici mars 2016. Cet ambitieux programme d’embauches équivaut à 6% de ses effectifs actuels. Dans son communiqué, le groupe de Dubai précise que près de « la moitié de ces nouveaux recrutements seront affectés au personnel de bord » d’Emirates. La compagnie se prépare à accueillir 20 nouveaux avions dans sa flotte. A titre de comparaison, Air France employait fin 2013 un peu moins de 14.000 hôtesses et stewards.

Une multitude de candidatures issues de 227 pays!

Le groupe de Dubai, qui emploie au total 75.000 salariés, ne devrait pas avoir trop de difficultés à recruter de nouveaux venus. En 2014, pour les 2.000 postes à pouvoir au sein du groupe, la direction des ressources humaines assure avoir reçu 500.000 candidatures en provenance de 227 pays.

Une grande partie des demandes ont été enregistrées sur son site en ligne. Sur ses comptes Twitter et Facebook, elle traite, en moyenne, 1.500 demandes par mois en relation avec les emplois qu’elle est susceptible de proposer.

SOURCE : BFMTV

Air Caraïbes bientôt devant Air France

Après deux ans de fiançailles, Air Caraïbes va finalement mener Corsair à l’autel. Son principal actionnaire, le groupe Dubreuil, a décidé de se porter acquéreur de Corsair. La date des noces sera connue le 19 février, à l’issue du CCE de Corsair. Si tout se passe bien, leur union donnera naissance au nouveau numéro 2 du ciel français, derrière Air France et ses filiales Hop et Transavia, avec un trafic total d’environ 2,4 millions de passagers et plus de 800 millions d’euros de chiffres d’affaires. Mais en devenant numéro 1 sur cet axe, ce sera surtout la première fois qu’une compagnie française dépassera Air France sur l’une de ses principales liaisons.

Sur le papier, les futurs mariés Corsair et Air Caraïbes ont de nombreux points communs : de taille relativement proche – 350 millions d’euros de chiffres d’affaires et 1,23 million de passagers pour Air Caraïbes contre 483 millions et 1,23 millions de passagers pour Corsair – les deux compagnies se connaissent bien. Depuis 2012, elles commercialisent conjointement leurs vols au départ d’Orly sur les Antilles et La Réunion. Ensemble, elles représentent 52 % de parts de marché sur l’axe métropole/Antilles, contre 43 % pour Air France et 5% pour XL Airways. Elles exploitent également le même type d’appareil – l’Airbus A330 – et puisent toute deux la majeure part de leur clientèle sur le marché antillais, principalement.

Cependant, en dépit de ces similitudes, leurs situations sont très différentes. Si Air Caraïbes est la plus rentable des compagnies françaises, n’ayant connu qu’une seule année de pertes en dix ans, Corsair n’a pas fait de bénéfices depuis 2009, malgré les plans d’économies successifs. Si la part de marché d’Air Caraïbes sur l’axe transatlantique n’a cessé de croître, celle de Corsair, naguère principal concurrent d’Air France, n’a cessé de décliner. Alors qu’en 2014, Marc Rochet, le PDG d’Air Caraïbes, annonçait triomphalement lune commande de six Airbus A350 pour préparer l’avenir, Corsair était toujours incapable de se prononcer sur le remplacement de ses Boeing 747, censés quitter la flotte en 2017.

L’union d’Air Caraïbes et de Corsair ne sera donc nullement un mariage entre égaux, mais plutôt la reprise d’un perdant par un vainqueur. Avec les conséquences que cela implique pour Corsair. Même si les intentions du repreneur sont les meilleures, le regroupement des deux compagnies produira inévitablement des doublons. Compte tenu de la faiblesse actuelle du trafic sur les Antilles, en baisse de 0,6 % en 2014, ce rachat devrait également s’accompagner d’une réduction de l’offre commune, avec la sortie des Boeing 747. Enfin, il n’est pas sûr que les lignes de Corsair sur l’Afrique et Montréal intéressent Air Caraïbes. Jusqu’à présent, Air Caraïbes n’avait pas jugé bon d’étendre l’accord commercial à ces destinations hors DOM. Au contraire, son PDG, Marc Rochet, s’est toujours montré prudent concernant les projets de développement d’Air Caraïbes hors de sa zone d’influence. « Je préfère investir dans notre flotte plutôt que dans des stratégies aventureuses », expliquait-il. Autant d’interrogations qui font planer de lourdes menaces sur les effectifs de Corsair, au sortir d’un plan social. In fine, Air Caraïbes se retrouverait ainsi en quasi-duopole sur les Antilles et en position de force face à Air France, avec des coûts de fonctionnement très inférieurs et dans trois ans, des A350 offrant un gain de consommation de 25 % sur les Boeing 777 d’Air France.

Nous ne manquerons pas de vous tenir informés du voyage de noces!

SOURCE : les échos

Air France fête ses 70 ans à La Réunion

Air France célèbre cette année le 70eme anniversaire du lancement de sa liaison entre Paris et Saint-Denis de La Réunion, et plus largement de présence dans l’Océan indien.

En 1945, la compagnie nationale française inaugurait sa première liaison commerciale entre la métropole et l’île à raison d’un vol hebdomadaire en Lockheed 60. Le voyage Paris – Saint Denis de La Réunion durait alors près de 5 jours et comptait 14 escales!

Autres faits marquants de cette route soulignés par Air France, l’entrée en scène en 1972 du Boeing 747 (-100, 300, et 400), puis en 2007 du Boeing 777-300ER qui permet de se rendre à l’aéroport de Roland-Garros en seulement 10h45. Sans oublier les mythiques DC3, DC4, Constellation, Super Constellation et B707!

Présent dans l’île de La Réunion pour marquer l’évènement, le PDG de la compagnie de l’alliance SkyTeam Frédéric Gagey a déclaré : « célébrer aujourd’hui cette liaison historique entre la Réunion et Paris est l’occasion pour moi de réaffirmer l’attachement d’Air France et ses liens privilégiés avec l’Ile intense ».

Elle est en concurrence sur cet axe avec Air Austral (avec qui elle dispose d’accords), Corsair International et XL Airways (1,2 millions de passagers par an au total). Rappelons qu’un nouvel arrivant, Newco, se prépare à lancer des vols avec escale entre Pierrefonds et la métropole.

Voir la vidéo rétrospective d’Air France.

SOURCE : Air Journal

Paris pour 199 euros sur XL Airways

Des Réunionnais s’envolent aujourd’hui pour Paris pour seulement 199€…

C’est la compagnie XL Airways qui a proposé cette offre coup de poing pour un vol qui quitte Gillot ce mercredi et revient le 16 février.

378 sièges ont été vendus, un « véritable succès » selon la compagnie aérienne qui affirme que « l’engouement a été très fort ».

Pour fêter cette offre, une tombola sera organisée à bord.

SOURCE : Zinfos974

Le ministre examinera l’achat d’appareils Airbus par Air Mauritius

Air Mauritius a décidé de renouveler sa flotte et d’acquérir des Airbus.

Le dossier entourant l’acquisition de six Airbus par Air Mauritius sera examiné par le ministre de la Bonne gouvernance Roshi Bhadain. Il lui a été soumis par le Xavier-Luc Duval il y a peu.

Le dossier entourant l’acquisition de six Airbus par Air Mauritius sera examiné par le ministre de la Bonne gouvernance Roshi Bhadain. Il lui a été soumis par le Deputy Prime Minister Xavier-Luc Duval il y a peu.

Le gouvernement n’a pas encore divulgué le montant de la transaction. Il estime toutefois que c’est un «bon deal» qui a été conclu avec l’avionneur de Toulouse.

Pourtant, en juillet, le Mouvement socialiste militant était monté sur ses grands chevaux, estimant que l’achat de ces avions totalisait plus de Rs 75 milliards. Son leader, Pravind Jugnauth, avait fait ressortir que Maurice ne pouvait se permettre d’alourdir sa dette publique.

SOURCE : lexpress.mu

Air Austral en première position sur la ligne Paris-Réunion

 

air-journal logo air_austral_2

Entre septembre 2013 et septembre 2014, Air Austral a transporté sur ses vols entre Paris et La Réunion 458 534 passagers, ce qui représente 36,88% du trafic passager sur cette liaison.

Air Austral a fait mieux qu’Air France qui a transporté sur cette même période 440 447 passagers, soit 35,43% des parts de marché. La compagnie Corsair se place à la 3ème position avec 23,21%, et XL Airways arrive loin derrière avec 4,47%.

Au total 1.243.121 de voyageurs ont volé sur les compagnies Air Austral, Air France, Corsair, XL Airways de septembre 2013 à septembre 2014 entre la Métropole et La Réunion. La grève des pilotes d’Air France a contribué à une baisse du trafic en septembre dernier : « Alors que depuis plusieurs mois, le trafic aérien connaît une évolution positive comparé à la même période 2013, l’aéroport de la Réunion Roland-Garros affiche au mois de septembre un nombre total de passagers en baisse de 1,7%« , indique la chambre de commerce et d’industrie de la Réunion dans un communiqué.

SOURCE : Air-journal

Prix du meilleur service en classe affaires pour Air Seychelles

Air Seychelles reçoit le prix du meilleur service en classe affaires, pour l’Océan Indien par la World Travel Awards

La compagnie aérienne nationale des Seychelles, Air Seychelles, a reçu le prix du meilleur service en classe affaires, et aussi bien que le niveau de service de son équipage pour l’Océan Indien, par la World Travel Awards.

L’annonce a été faite en fin de semaine lors de la cérémonie, de Gala, du World Travel Awards Afrique et Océan Indien, qui a eu lieu à Abuja, au Nigeria.

Dans un communiqué, Air Seychelles a précise que ce prix renforce encore son statut de leader comme transporteur dans la région de l’Océan Indien et au-delà.

«En classe affaires sur nos deux gros-porteurs Airbus A330-200 nous offrons des sièges inclinables à l’horizontale, un concept à tout moment de dîner, des divertissements personnels à la demande en vol, tout ce que l’on peut attendre d’une compagnie aérienne de premier plan.

De même, nos 140 membres d’équipage incarnent l’essence même du style de Seychelles, le créole, la chaleur et l’hospitalité dont les îles sont synonymes », a déclaré le CEO d’Air Seychelles, Manoj Papa.

«La raison de notre succès, c’est d’être toujours en avance sur ce que nos clients attendent de nous. »

Commentant ce succès, Joël Morgan, le président du conseil d’Air Seychelles, également ministre de l’Intérieur et des Transports des Seychelles, a attribué cette reconnaissance, aux efforts de l’équipe d’Air, les le partenariat stratégique de la compagnie aérienne Etihad Airways, et l’innovante approche adoptée pour être le meilleur.

Etihad, le transporteur des Émirats Arabe Uni, a acheté une participation de 40 pour cent, de la compagnie aérienne nationale des Seychelles en 2012.

Les World Travel Awards, créés en 1993, reconnaissent les organisations des meilleures offres de voyages dans le monde à travers un vote global par les professionnels du voyage de 171 pays.

Les prix sont remis pour l’excellence dans la prestation de services dans les différentes catégories de l’industrie du voyage et du tourisme au monde, y compris les services aériens, les services de location de voiture, des spas, des agences de voyages et tour-opérateurs, des hôtels parmi d’autres.

Les prix sont d’abord donnés sur une base régionale, ensuite les vainqueurs sont qualifiés pour la grande finale.
La grande finale cette année aura lieu en novembre.

«Les World Travel Awards reconnaissent et récompensent les meilleures organisations de voyage et Air Seychelles ne fait pas exception. La croissance et le développement de la compagnie aérienne dans un si court laps de temps n’a rien de moins que spectaculaire », a déclaré Graham Cooke, le président du World Travel Awards.

En matière d’entreprise de transport aérien de la région, Air Mauritius a reçu le prix de la première compagnie aérienne de l’Océan Indien tandis qu’Ibrahim Nasir l’aéroport international des Maldives est le premier aéroport de l’Océan Indien.

SOURCE : Seychelles News Agency

Air Mauritius sort du rouge

Air_Mauritius_Airbus_A330-200_PER_Koch-1

 

Décidément les compagnies de la zone océan Indien voient la vie en vert.

Après Air Austral et Air Seychelles, c’est Air Mauritius qui annonce à son tour des résultats positifs.Depuis deux ans, la compagnie nationale mauricienne était dans le rouge.

Elle a annoncé jeudi dernier des bénéfices nets de 7,3 millions deuros sur lexercice financier 2013-2014 avril à mars, pour un chiffre daffaires de 459 millions deuros, en hausse de 2% par rapport à lexercice précédent.Air Mauritius voit ainsi validé son programme de transformation « 7-Step Plan », lancé en février 2012.

Toujours en cours, il touche au réseau, à la stratégie commerciale, à loptimisation des ressources, des actifs et des coûts, à la qualité du service et à la flotte.

Le rééquilibrage des dessertes, amorcé pendant lexercice financier 2012-2013, sest accentué. Le réseau a été réorganisé autour d’un hub principal à Plaisance et des hubs secondaires à Paris, Kuala-Lumpur, Johannesburg, Nairobi et Perth, desservis par des vols directs. Cette stratégie hub a permis de rationaliser les opérations de la compagnie tout en élargissant loffre et en pénétrant de nouveaux marchés pour le tourisme mauricien.

La compagnie a transporté 2,6% de passagers de plus par rapport à lexercice financier précédent 1 330 003 passagers sur lexercice 2013-2014. Loffre en nombre de sièges est restée comparable avec1 869 736 sièges. 593 498 passagers ont voyagé sur les axes Maurice-Asie ou Maurice-Afrique, ce qui représente une hausse de 23% par rapport à lexercice 2011- 2012.

L’Europe, le principal marché du tourisme mauricien, a quant à lui encore enregistré une baisse, maintenant ainsi la pression sur le secteur touristique mauricien.Dans ce contexte, Air Mauritius prépare le renouvellement de sa flotte avec des avions de nouvelle génération. Des propositions en ce sens ont été reçues des principaux avionneurs et sont en cours dévaluation avec une première livraison prévue pour 2017-2018. La compagnie nationale mauricienne exploite actuellement une flotte d’avions européens Airbus, A319, A330 et A340 et ATR72.

SOURCE : Clicanoo.re

Air Austral retrouve la rentabilité

fs92010011318324762

 

La compagnie réunionnaise Air Austral a présenté ce matin le bilan de l’exercice 2013-2014 en conseil de surveillance. La mise en place du business plan, coïncidant avec l’arrivée du nouveau directeur général de la compagnie, Marie-Joseph Malé, a permis à Air Austral de réaliser un résultat qualifié « d’historique » par le directoire.

Avec le redimensionnement de son offre – fermeture des lignes déficitaires comme l’Australie et la Province (respectivement -15 et -17 millions d’euros) – et le contrôle strict des charges d’exploitation, Air Austral a dégagé pour cet exercice un résultat d’exploitation positif de 8,4 millions d’euros pour un résultat net de 4,7 millions d’euros, après impôts. Le business plan de la compagnie a permis de « sauver Air Austral », explique Marie-Joseph Malé. La compagnie a bénéficié d’un bon taux de remplissage de ses appareils pour atteindre 83%, soit une hausse de 8 points par rapport au précédent exercice.

« C’est un moment important, de grande satisfaction, avec des résultats cohérents. C’est un retour à la rentabilité. C’est important pour nous après quatre à cinq ans de période difficile. Cela a été plus qu’une traversée du désert », poursuit le directeur général d’Air Austral, avant de saluer le travail de l’ensemble des équipes de la compagnie.

La dette de la compagnie a baissé de 100 millions d’euros

A son arrivée, la compagnie Air Austral était au bord du « dépôt de bilan ». « Il y a deux ans, nous étions dans une situation de faillite, de liquidation. On se demandait comment faire au mois de mai (2012 ndlr) pour payer les salaires », souligne-t-il.

La compagnie Air Austral n’avait pas connu un tel résultat depuis l’exercice 2008-2009. Pour rappel, à l’arrivée de la nouvelle direction, le résultat d’exploitation était de -27 millions d’euros (exercice 2012-2013) et de -50,8 millions d’euros (2011-2012).

« Nous avons sorti la tête de l’eau une fois, maintenant reste à savoir si on peut le faire sur la durée. Pour l’exercice 2014-2015, on espère poursuivre. Mais il y a des éléments externes auxquels nous sommes confrontés », précise Marie-Joseph Malé. Il faut savoir que la compagnie Air Austral a toujours une dette estimée à 76 millions d’euros, liée intégralement à un actif aéronautique (le Boeing 777-200LR). Une dette qui a baissé de 100 millions d’euros entre l’exercice précédent et celui de 2013/2014.

Marie-Joseph Malé et le directoire d’Air Austral ont encore du travail pour stabiliser la compagnie sur le long terme. Même si certaine rumeur le donnerait partant après avoir redressé Air Austral, Marie-Joseph Malé assure que sa « mission continue ». « Il reste le défi de la durabilité. On a seulement fait une première partie du travail », conclut-il.

 

SOURCE : zinfos974.com

Air Seychelles cartonne

Air Seychelles cartonne au premier trimestre

Air-journal_air seychelles
La compagnie aérienne Air Seychelles a enregistré de fortes performances pendant le premier trimestre 2014, avec une augmentation de +38,2 % du nombre de passagers et de +66% de ses revenus.

La compagnie nationale de la République des Seychelles a transporté 95 372 passagers, contre 69 009 sur la même période en 2013. Le nombre de voyageurs sur le réseau international d’Air Seychelles a augmenté de 77,3 % à 58 971, résultant d’une augmentation du trafic entre l’aéroport de Mahé, Abu Dhabi, Maurice, Johannesburg et Hong Kong. Une augmentation de 66 % des revenus est attribuable à l’amélioration de la connectivité avec le réseau global d’Etihad Airways, actionnaire à 40% et partenaire en partage de codes, et à l’amélioration de ses services cargo. Le tonnage de fret pour cette période a augmenté de 126,8 % à 1602 tonnes, résultant d’une forte demande de Paris, Hong Kong et Johannesburg, des améliorations de manutention cargo au sol d’Air Seychelles à Mahé, et du lancement de services de fret domestique aux Seychelles.

Le CEO d’Air Seychelles Manoj Papa, a déclaré : « Notre résultat passager et cargo pour le premier trimestre indique que nous respectons notre mandat pour soutenir l’économie des Seychelles à la fois à travers le tourisme et le commerce. Nous restons engagés à atteindre ces objectifs dans les mois et années à venir, par la construction de notre réseau, organiquement et par le biais de partenariats, par la prise de livraison denouveaux appareils, par l’embauche de plus de Seychellois, et pour amener plus de clients et de commerce aux Seychelles. Air Seychelles va continuer à se concentrer sur l’efficacité opérationnelle, tout en maintenant un engagement envers nos clients à leur offrir valeur, commodité et confort, et être leur compagnie aérienne de choix dans la région de l’océan Indien. »

A la fin du 1er trimestre 2014, le réseau de passagers et de fret combiné d’Air Seychelles comptait cinq destinations aux Seychelles, en Afrique, en Europe et en Asie. La compagnie aérienne a également des partenariats en partage de code avec Air Berlin, Cathay Pacific et South African Airways, étendant son réseau à 39 villes à travers le monde.

SOURCE : air-journal.fr

Premiers chiffres du bilan d’Air Austral 2014

 

Les résultats définitifs ne seront connus qu’en juin prochain mais dès hier, Marie-Joseph Malé, PDG d’Air Austral, a annoncé au conseil de surveillance que la compagnie avait retrouvé son équilibre financier. Le résultat d’exploitation se situera dans une fourchette de 5 à 8 millions d’euros. L’an dernier, Air Austral perdait encore 27,6 millions d’euros.

Moins 50,8 millions d’euros de résultat d’exploitation au 31 mars 2012, -27,6 millions d’euros au 31 mars 2013, +5 à +8 millions d’euros au 31 mars 2014, en deux ans d’exercice, Air Austral est sortie du rouge améliorant sa performance économique de 35 millions d’euros. Marie-Joseph Malé, PDG de la compagnie, l’a confirmé hier lors d’une réunion du conseil de surveillance.

Certes Air Austral a bénéficié de la faiblesse du dollar et d’un coût du kérosène à la baisse mais ce contexte favorable n’explique pas tout. Dans le même contexte avantageux, d’autres compagnies ne sont pas parvenues à rétablir leurs comptes. Par ailleurs, Air Austral comme les autres transporteurs n’a pas été épargnée par les effets négatifs avec une baisse de ses recettes de 9 à 15 %.

Le régime minceur appliqué depuis bientôt deux ans a porté ses fruits. Les coûts ont été apurés, les contrats renégociés, Air Austral a organisé sa couverture carburant à hauteur de 50 à 70 % dans les trois mois et de 30 à 50 % pour le reste de la durée. Le business plan avait établi un plan d’économie à deux ans à hauteur de 15 millions d’euros. À la fin de l’exercice précédent, 7,5 millions d’euros avaient déjà été réalisés et le plan d’économie est désormais bouclé.

« Nous sortons la tête de l’eau, » a indiqué Marie-Joseph Malé. « Il est important de souligner que ces bons résultats n’ont pas été engrangés sur le dos de nos clients. Nous avons maintenu voire rétabli notre qualité de service et notre politique tarifaire a vu la mise en place des « prix plume » et des tarifs Gadiamb. L’objectif est maintenant de durer. L’exercice qui s’annonce sera celui de la consolidation. Nous n’ouvrirons pas de nouvelles destinations mais nous devons réfléchir au futur de la compagnie. »

L’avenir à court terme, c’est la nouvelle image de la compagnie qui sera dévoilée avant la fin de l’année. À l’horizon 2017, ce sera la mise en ligne d’un troisième moyen-courrier de type Boeing 737 800. « Nous avons besoin de machines, a indiqué Marie-Joseph Malé. Notre flotte de B.737 fonctionne en flux tendu. »

La recherche d’un nouvel actionnaire est toujours d’actualité. « Mais, nous avons le temps de la réflexion, a indiqué Marie-Joseph Malé. C’est quand une compagnie va mal qu’elle peut être la proie d’investisseurs. Aujourd’hui, le rapport de force est différent. Nous avons les moyens de choisir ». Président du conseil de surveillance, Didier Robert verrait bien lui une ouverture du capital aux Réunionnais afin d’asseoir l’assise «pays» de la compagnie.

ARTICLE SOURCE

Aéroport Roland Garros: Reprise du trafic plus nette en octobre

gillot

 

« Le trafic global a progressé de 1% en octobre à l’Aéroport de La Réunion Roland Garros, cette hausse atteignant 4% pour le nombre de passagers locaux (commençant ou
terminant leur voyage à La Réunion). La reprise, plus nette que celle des mois précédents (+0,5% en août et +0,9% en septembre), est particulièrement prononcée sur l’axe
métropole-Réunion (+6,6%) ainsi que sur les lignes entre La Réunion et Maurice (+9,3%), tout comme sur la ligne Saint-Denis–Dzaoudzi.
Par rapport à octobre 2012, le trafic recule en revanche de 24,9% sur les lignes Réunion-Madagascar et de 27,4% sur Saint-Denis–Bangkok. Des croissances fortes sont
enregistrées sur les autres axes régionaux : +46,1% sur l’Afrique du Sud et +13% sur les Comores. Localement, la désaffection de la liaison Saint-Denis–Pierrefonds (–22,3%) se confirme.
La baisse du nombre de passagers en transit a atteint 67,7% en octobre et s’établit à –68,4% depuis le début de l’année. Sur les dix premiers mois de 2013, le trafic global reste de ce fait orienté à la baisse (–4,3%), même si ce recul est plus limité (–1,8%) pour les seuls passagers locaux. Sur dix mois, le nombre de voyageurs a légèrement diminué sur les lignes métropole-Réunion (–0,3%), alors qu’il a progressé sur Réunion-Maurice (+4,7%) et Réunion-Mayotte (+11,2%). Des reculs sont également enregistrés sur les liaisons avec Madagascar (–20,2%) et sur la ligne Saint-Denis–Bangkok (–23,8%). 1 441 passagers ont d’autre part été enregistrés entre La Réunion et Chennai (Inde) depuis février, date de l’ouverture de cette escale par Air Austral.
Sur les autres lignes régionales, la fréquentation progresse de 9% sur les Comores et de 18% sur l’Afrique du Sud, alors que la ligne directe Saint-Denis–Seychelles a été fermée en mai. Enfin, le trafic recule de 16,5% sur la ligne domestique Saint-Denis–Pierrefonds.
Le tonnage de fret reste orienté à la baisse : –2,9% en octobre, –4,9% depuis janvier, avec une diminution plus significative sur le tonnage fret embarqué (–10,1%) que sur le
tonnage débarqué (–3,2%).
Les fermetures de lignes et les réorganisations de programme de plusieurs compagnies ont abouti à une diminution de 8,8% du nombre de mouvements d’avions depuis le
début de l’année, plus marquée pour les appareils moyens-porteurs (–32,2%). »

 

Thai Lion Air prévu pour le 4 décembre 2014

lion air

 

La filiale thaïlandaise de la compagnie aérienne low cost indonésienne Lion Air lancera ses opérations le 4 décembre 2014, avec trois routes reliant Bangkok à Chiang MaiJakarta et Kuala Lumpur.

Les trois routes prévues sont désormais disponibles à la réservation, et seront opérées sous code SL en Boeing 737-900ER de 215 places, depuis la base de Thai Lion Air à l’aéroport de Bangkok – Don Mueang. Deux rotations quotidiennes vers Chiang Mai décolleront de la capitale à 11h20 et 15h40 (arrivées 12h35 et 16h55), et repartiront du nord de la Thaïlande à 13h20 et 17h35 (arrivées 14h35 et 18h50). Elle sera en concurrence avec les multiples vols quotidiens de Bangkok AirwaysThai AirwaysThai Smile et des low cost Thai AirAsia et Nok Air.

La route de Jakarta offrira elle aussi deux vols par jour, avec départs à 10h20 et 19h35 (arrivées 13h15 et 23h10), avec retours d’Indonésie à 6h25 et 14h40 (arrivées à Bangkok à 10h00 et 18h15). Thai Lion Air fait cette fois face à Thai Airways, Garuda Indonesia et les low cost Indonesia AirAsia et Tigerair Mandala.

Enfin le Don Mueang – Kuala Lumpur sera quotidien, avec décollage à 19h50 (arrivée 23h00) et retour le lendemain matin à 7h55 (arrivée 9h05), en concurrence avec Bangkok Airways, Malaysia Airlines, Thai Airways plus AirAsia et Thai AirAsia (sans compter les Egyptair, Ethiopian Airlines, Lufthansa ou Royal Jordanian).

Thai Lion Air emploie environ 380 personnes dont 22 pilotes, 60 hôtesses de l’air (pas de stewards) et 28 techniciens selon le Bangkok Post, selon qui les billets d’avions pourront être achetés en ligne mais aussi dans 3 bureaux de vente en ville (deux grands magasins et la station du métro aérien BTS Nana).

L’année 2014 devrait la voir lancer des liaisons vers Singapour, Guangzhou, Hong Kong, Shenzhen, Delhi et Mumbai (les permis d’opérer en Chine et en Inde sont en cours), et sur le plan intérieur Phuket et Hat Yai. Elle recevra en mars prochain son troisième 737-900ER, mais vise une flotte de 50 avions d’ici 2019. Avec pour objectif de relier les opérations de TLA à celles de Lion Air et Wings Air en Indonésie, mais aussi Malindo Airen Malaisie, afin de rendre plus facile « les connexions vers la Thaïlande des voyageurs partis d’Indonésie ou de Malaisie ». Des discussions sont toujours en cours avec la maison-mère afin que Thai Lion Air puisse disposer dès 2016 deux des Boeing 787-8 Dreamliner commandés (cinq au total plus cinq en option). Ils seront alors déployés vers la Corée du Sud ou le Japon, dans une configuration full service (comme Malindo Air).

 

[Source: http://www.air-journal.fr ]

Ca grimpe pour Air Mauritius !

air mauritius grimpe

La compagnie aérienne Air Mauritius a engrangé unbénéfice net de 4,9 millions d’euros au deuxième trimestre 2013-2014, un résultat confortant la tendance au redressement des comptes.

Entre juillet et septembre de cette année, la compagnie mauricienne a vu ses profits s’améliorer de 3,7 millions d’euros par rapport au 2ème trimestre de l’exercice 2012-2013. Dans son communiqué du 7 novembre, Air Mauritius explique que ce résultat « conforte la tendance au redressement des comptes » de la compagnie, qui voit d’autre part le déficit pour le semestre (avril-septembre 2013) passer à 3,3 millions d’euros contre 9,2 millions sur la période correspondante de l’année dernière.

Air Mauritius y voit aussi une confirmation de la « pertinence des choix stratégiques de révision des dessertes » : toutes destinations confondues, elle a transporté 339 688 passagers entre avril et septembre, soit 21 611 de plus qu’à la même période en 2012. Cette amélioration « résulte de la stratégie d’Air Mauritius d’exploiter les opportunités ouvertes par les marchés émergeants, qui viennent compenser la morosité des marchés traditionnels ». Elle a ainsi offert 48 378 sièges supplémentaires sur les liaisons en Afrique et en Asie pendant ce trimestre par rapport au même trimestre de l’exercice précédent, y transportant 38 222 passagers de plus.

Grâce « aux mesures prises pour stimuler la demande et une gestion judicieuse de la capacité », la croissance du trafic passager est supérieure à l’augmentation du nombre de sièges. Le yield est resté stable à 277 EUR contre 276 EUR pendant le deuxième trimestre 2012-2013. Les revenus de la compagnie ont augmenté de 5%, pour s’établir à 118 millions d’euros.

Air Mauritius estime que sa stratégie « porte ses fruits malgré un contexte toujours incertain ». Elle explique que le taux de change euro/dollar a certes connu une amélioration (de 1,25 à 1,32 au cours du trimestre), mais les taux moins favorables de la roupie indienne, du rand sud-africain, du dollar australien et de la livre sterling britannique face à l’euro « n’ont pas permis de tirer pleinement profit des revenus obtenus sur les marchés correspondants ». Le résultat trimestriel a encore été affecté par le prix du carburant (40% des dépenses d’Air Mauritius), découlant du prix élevé du baril de pétrole à 110 USD en moyenne pendant ce trimestre.

Air Mauritius compte « maintenir le cap en vue de préparer l’avenir », poursuivant la réalisation de ses projets de partenariat et de renouvellement de la flotte. Des accords commerciaux seront « renforcés ou réalisés » avec plusieurs compagnies aériennes, tandis que les discussions sur l’acquisition de nouveaux avions moyen et long-courrier « progressent selon le calendrier souhaité ».

Air Mauritius propose désormais 21 destinations dont l’île de la Réunion et Madagascar, Londres, Perth, quatre aéroports en Inde, trois en Chine, Kuala Lumpur ou Le Cap. Elle ait partie des quatorze compagnies ayant signé un accord pour une meilleure accessibilité des îles Vanille dans le sud-ouest de l’Océan Indien, aux côtés d’Air FranceAir Austral, Air Madagascar, Air Seychelles, British Airways, Comair, Condor, Corsair InternationalEdelweissEmirates AirlinesMeridiana Fly, South African Airways et Transaero.

[Source : http://www.air-journal.fr ]

Trafic en hausse pour Air Seychelles

air seychelles

La compagnie aérienne Air Seychelles a vu son trafic international progresser de 91% au troisième trimestre, plus du double de sa croissance totale, ce qui laisse entrevoir une deuxième année consécutive bénéficiaire.

Avec 55 238 passagers internationaux transportés au 3etrimestre 2013 contre 28 847 à la même époque l’année dernière, la compagnie nationale seychelloise récolte les fruits de l’expansion de sa flotte et de ses capacités au trimestre précédent. En ajoutant les passagers des lignes intérieures, Air Seychelles a accueilli 99 946 voyageurs entre juillet et septembre (70 193 en 2012, +42,4%), ce qui fait dire à son PDG Cramer Ball qu’une deuxième année de rentabilité consécutive est envisageable. « La croissance est forte sur tous nos marchés clés », explique-t-il, « avec une participation tout aussi forte et grandissante de nos partenaires de partage de codes ». Parmi lesquelles Etihad Airways, qui avait pris 40% du capital d’Air Seychelles en février 2012.

Dans le détail, la route vers l’île Maurice a connu au troisième trimestre sa meilleure performance en trois ans avec 9041 passagers (+38,5%), le trafic bénéficiant de vols supplémentaires mis en place au mois d’août pour répondre à la demande. Un Airbus A320 prêté par Etihad et pouvant accueillir 16 passagers en classe Affaires et 120 en Economie, est déployé sur cette route. Le trafic sur la liaison entre l’aéroport de Mahé et Abou Dhabi a plus que doublé par rapport à l’année dernière à 22 694 passagers, le coefficient d’occupation bondissant de 13,3 points à 63,7% malgré la hausse des ASK. La ligne vers Hong Kong est en hausse de 21,6%, et celle de Johannesburg de 11,8% (la contribution aux revenus par South African Airways s’envole de 342%).

Les lignes intérieures d’Air Seychelles progressent moins vite à +19,3%, celle vers Praslin affichant +6,9% (3893 passagers au troisième trimestre). Même le fret se porte bien, en hausse de 190% par rapport au troisième trimestre 2012.

[Source: http://www.air-journal.fr ]

Le classement 2013 des meilleures compagnies d’Afrique

Et la gagnante est… http://www.worldairlineawards.com/Awards_2013/africa.htm

Quelle compagnie aérienne française gagnera de l’argent en 2013 ?

argent

 

Le pavillon français va très mal. Les compagnies aériennes françaises seront pour la plupart dans le rouge en 2013. La Tribune a interrogé la quasi-totalité des dirigeants des transporteurs français. Tour d’horizon.

Pour la sa sixième année de pertes consécutives, Air France sera une nouvelle fois dans le rouge. Prévu cette année initialement, le retour à l’équilibre a en effet été repoussé à 2014. Si le long-courrier est rentable, les activités moyen-courrier et cargo souffrent énormément. La direction va détailler ce jeudi les mesures de restructuration supplémentaires qui vont entraîner un sureffectif de 2800 personnes, lequel sera réglé par un plan de départs volontaires. Hop, la nouvelle compagnie du groupe qui regroupe les filiales régionales Régional, Britair et Airlinair, table sur une perte d’exploitation de 30 millions d’euros en 2013 a indiqué récemment à l’AFP son PDG Lionel Guérin. Il prévoit ensuite de « diviser par deux cette perte en 2014 pour un retour à l’équilibre en 2015. Quant à Transavia, la filiale à bas coûts d’Air France, elle n’a pas souhaité donner d’indications sur ses résultats. Légèrement bénéficiaire en 2012, la compagnie rappelle que la communication financière se fait au niveau d’Air France-KLM. Rendez-vous donc en fin d’année pour mesurer la performance de cette compagnie amenée à jouer un rôle majeur dans la stratégie du groupe.

 Corsair : réduction des pertes

Accusant des lourdes pertes depuis des années Corsair a été une nouvelle fois dans le rouge à l’issue de son exercice fiscal 2012-2013 qui s’est achevé le 30 septembre. « Le niveau de pertes a fortement diminué. Nous avons fait une très bonne année », explique à La Tribune le PDG de la compagnie Pascal de Izaguirre. Et d’ajouter : «L’année a été excellente sur le plan commercial et nos coûts ont baissé. Nous sommes en ligne pour un retour à l’équilibre l’an prochain ». Le transporteur réalise cette performance avec un chiffre d’affaires en stagnation (autour de 500 millions d’euros), en raison d’une baisse de capacité. Cette contraction de l’offre a permis d’augmenter à la fois le remplissage des avions et le prix moyen des billets. « Le coefficient d’occupation a augmenté de 11 points par rapport à l’année précédente pour atteindre le niveau record de 85% », explique Pascal de Izaguirre. Pour ce dernier, le défi de l’année 2014 sera de continuer à maîtriser les coûts, tout en continuant à augmenter le prix moyen coupon et le taux de remplissage.

 Air Med sauvée par sa filiale grecque

La compagnie qui s’était retrouvée sous les feux des projecteurs il y a deux ans en créant une filiale grecque, Hermes, recommence à dégager des bénéfices grâce justement à sa compagnie grecque. Celle-ci est « très largement bénéficiaire », explique le PDG d’Air Méditerranée Antoine Ferretti quand Air Med est, elle, « légèrement déficitaire ». « Au cumul, les résultats devraient être positifs », estime Antoine Ferretti pour qui « Hermes a sauvé Air Med ». La compagnie grecque, deuxième opérateur grec derrière Aegean, compte 6 avions, quasiment deux fois plus qu’Air Med (5 avions). Une compagnie du Moyen-Orient a même proposé de racheter Hermes.

 Air Caraïbes, vers des profits record

Il semble loin le trou d’air traversé en 2011, quand la compagnie du groupe Dubreuil avait plongé dans le rouge. Après un retour aux bénéfices en 2012-2013 (avec un résultat net de 7,9 millions d’euros), Air Caraïbes, dont l’exercice fiscal 2013-2014 s’achèvera le 31 mars prochain, nourrit l’objectif  d’améliorer ses résultats cette année a indiqué à La Tribune, Marc Rochet, le président du directoire de la compagnie. Air Caraïbes est la grande gagnante du durcissement de la concurrence entre la métropole et les Antilles françaises.

 Air Austral remonte la pente

La compagnie de la Réunion remonte la pente. Après avoir essuyé une perte nette de 86 millions d’euros en 2011-2012, la compagnie est en train de récolter les fruits de sa restructuration (laquelle s’était accompagnée d’une recapitalisation) : fermetures des lignes déficitaires, cessions d’actifs pour désendetter l’entreprise, restructuration de la dette, du réseau (fermeture des vols au départ de la province). «Nous maintenons notre objectif d’un retour à l’équilibre à l’issue de notre exercice fiscal 2013-2014, qui s’achèvera fin mars », indique à La Tribune Marie-Joseph Malé, le président du directoire d’Air Austral. Ce dernier prépare le coup d’après, celui du développement. Marie-Joseph Malé le voit vers l’Inde, le Moyen-Orient et l’Afrique, notamment dans toute la zone de l’Océan Indien. Air Austral vient d’ailleurs de créer une filiale à Mayotte (EWA Air) en partenariat avec la CCI et des capitaux locaux. Celle-ci débutera ses opérations en novembre.

 Europe Airpost, des bénéfices non sans mal

L’ex Aerospostale résiste et devrait parvenir à rester une nouvelle fois bénéficiaire cette année. Toujours en charge du transport du courrier, transportant par ailleurs du cargo et des passagers via son activité charter, Europe Airpost pense « être dans le vert cette année », déclare son PDG Jean-François Dominiak.  Ce ne sera pas sans difficulté. La compagnie est parvenue à stabiliser le trou d’air enregistré l’an dernier dans l’activité passagers  où le nombre d’heures de vols s’était effondré passant de 23.000 heures en 2011 à 16.000 heures en 2012. Dans le même temps, l’activité fret stagne. « Nous sommes fortement concurrencés par les compagnies des pays étrangères. Les prix unitaires s’écroulent, y compris dans le cargo. En deux ans, le prix à l’heure de vols à chuté de 20% », explique Jean-François Dominiak. Au final l’activité moindre et la pression sur les prix font reculer légèrement le chiffre d’affaires « et baisser la marge de moitié ». Du coup, la baisse des coûts sera au cœur du plan stratégique pour les trois prochaines années, en cours de finalisation.

 XL Airways discret, Aigle Azur muet

Faisant partie des rares compagnies bénéficiaires ces dernières années, XL Airways entretient un flou sur les résultats. Interrogé lors du salon du tourisme IFTM Top Résa, Laurent Magnin, le PDG de la compagnie aérienne a simplement déclaré : «nos comptes seront en ligne avec nos prévisions », a-t-il simplement répondu en rappelant qu’XL Airways avait ouvert six nouvelles lignes en 2013. Sauf cas extraordinaire, les ouvertures de ligne, en particulier sur les vols long-courriers, ont du mal à atteindre la rentabilité la première année, quelle que soit la compagnie. Contactée, Aigle Azur n’a pas souhaité faire de commentaires.

Demande d’un gel des redevances aéroportuaires

 Face à autant de difficultés, les compagnies aériennes dénoncent non seulement la concurrence de compagnies étrangères présentes sur le sol français, qui disposent d’un coût du travail inférieur à celui en vigueur en France, mais aussi le poids des taxes et des redevances aéroportuaires. Celles d’Aéroports de Paris en particulier. Récemment, le Scara, un syndicat professionnel de compagnies aériennes françaises (Air France n’en fait pas partie) a déploré la hausse des redevances du gestionnaire des aéroports parisiens. « Les résultats financiers d’Aéroports de Paris, obtenus grâce à une augmentation continue des redevances aéroportuaires, confirment une politique actionnariale de l’Etat, menée aux dépens des compagnies aériennes », a déclaré le Scara dans un communiqué.  Et d’ajouter : cette « politique met en péril les emplois des compagnies françaises ». Le Scara demande un gel des redevances. 

 

[Sources: http://www.latribune.fr ]