Les négociations continuent entre Airbus et Air Austral

Air Austral a annulé la commande ferme de deux Airbus A380 densifiés de 800 passagers. Les discussions continuent au sujet des sommes déjà versées par Air Austral. Dans moins de 10 ans, toute la flotte long et moyen-courrier devra être renouvelée…

Marie-Joseph Malé, directeur d’Air Austral, a expliqué que pour le choix des deux nouveaux appareils, le choix de Boeing (787) s’imposait compte-tenu de la petite taille de la compagnie aérienne.

Cela ne remet pas en cause les discussions avec Airbus au sujet de l’avenir de l’acompte versé par Air Austral pour acquérir les deux Airbus A380 densifiés de 800 passagers. Air Austral avait signé deux commandes fermes et deux options. L’arrivée de Didier Robert à la présidence d’Air Austral avait tout remis en cause, et la nouvelle direction avait décidé d’annuler les commandes.

Mais il reste un acompte versé, et des obligations contractuelles et juridiques qu’Air Austral compte bien remplir. Marie-Joseph Malé a précisé que « toutes les options restent ouvertes et que les choses se font ». Les discussions se poursuivent avec Airbus et la porte n’est pas fermée à l’avionneur européen dans les futurs achats d’Air Austral.

En effet, en 2022-2023, la compagnie aérienne devra renouveler ses longs courriers Boeing. Autrement dit, Air Austral entrera alors « dans un processus de choix » avec la possibilité de faire jouer la concurrence entre Airbus et Boeing.

SOURCE : Témoignages.re

Air Austral commande deux Boeing B787

En mai 2016, Air Austral sera la première compagnie française à exploiter le Boeing B787. Un deuxième appareil lui sera livré au mois d’octobre suivant. Le conseil de surveillance de la compagnie de La Réunion va officialiser demain matin cette commande, qui passe par l’intermédiaire d’une société de location d’avions. Le groupe Air France-KLM a également commandé le dernier-né de la gamme Boeing mais c’est KLM qui sera livrée d’abord, à l’automne prochain.

Air Austral a choisi le B787-800, avion de catégorie intermédiaire, affichant une capacité de 242 sièges et seront équipés en bi-classes parfaitement adapté aux besoins de la compagnie. Ces Dreamliner complèteront la flotte existante et permettront à Air Austral d’améliorer sa desserte régionale, notamment entre la Réunion et Mayotte, d’apporter un complément à la desserte de La Réunion depuis Paris, mais aussi de rétablir la liaison directe Réunion – Bangkok. La compagnie proposera par ailleurs dès le mois de mai 2016 une nouvelle liaison directe entre Paris et Mayotte à raison de 2 voire 3 rotations par semaine. Une liaison importante et attendue qui vient contribuer au désenclavement nécessaire de Mayotte.

Cet appareil permettra aussi de rallier sans escale la métropole à Mayotte, une ligne actuellement assurée via La Réunion. Les deux B787 pourront aussi desservir Paris, les jours de faible trafic, quand les Boeing B777-300ER de 442 sièges ne sont pas remplis.

Cet élargissement de la flotte d’Air Austral s’inscrit aussi dans le contexte actuel de consolidation du pavillon français. L’intégration de Corsair dans le même groupe qu’Air Caraïbes aura également des conséquences sur la desserte de l’océan Indien (Réunion, Maurice, Madagascar, Mayotte).

Les deux Boeing B787-800 seront livrés relativement rapidement à Air Austral car il s’agit d’appareils remanufacturés, et à moitié prix. Ils avaient été construits à Seattle au début du lancement d’un programme qui présentait beaucoup de défauts. Stockés sur les parkings de l’usine, ils ont été ensuite réintroduits sur la chaîne d’assemblage pour être remis aux normes après débogage.

Selon certains sites et blogs, nommés les « terrible teen* », il s’agirait des appareils identifiés msn 34510 – LN 22 (livré en premier) et msn 34491 – LN 15 (livré en second), équipés tous deux de la motorisation Trent 1000.

*explications dans cet autre article

-All-Nippon-Airways-Boeing-787-8-Dreamliner_PlanespottersNet_52420711204863_10153283525737838_7738076063977267854_n

8027732468_8b9b4eb3a9_z11206015_10153283524852838_619837758915931984_n

SOURCES : Air JournalTour Hebdo, Tourmag, flyingphotosmagazinenews,

Corsair appelle à la grève

Le rachat de la compagnie aérienne Corsair par le groupe vendéen Dubreuil inquiète les syndicats malgré les assurances de la direction qu’il n’y aura pas de plan social.

Les syndicats de Corsair appellent à 72 heures de grève, de vendredi à dimanche, pour réclamer « des garanties » en matière d’emploi, jugeant « inacceptable en l’état » le projet de rachat de la compagnie présenté par le groupe Dubreuil.

Le préavis de grève déposé par les organisations syndicales court de vendredi 00H01 à dimanche 23h59, précisent dans un communiqué l’Unac, la CFE-CGC, SUD-aérien, la CFDT et la CGT.

Il concerne toutes les catégories de personnels, a précisé  Anne-Véronique Rosello (CFTC), qui prédit « une mobilisation forte parce que personne ne peut accepter ces conditions-là  » de reprise.

Les salariés du secteur doivent se déclarer grévistes au plus tard 48 heures avant. L’ampleur de la mobilisation attendue ne sera donc connue que mercredi matin.

Le groupe familial vendéen Dubreuil, déjà propriétaire d’Air Caraïbes, a annoncé vendredi son intention d’acheter au groupe TUI France la compagnie Corsair International, 3e opérateur entre la métropole et les Antilles.

Malgré les assurances qu’ « il n’y aura(it) pas de plan social » apportées vendredi par Marc Rochet, président du directoire d’Air Caraïbes et futur président du directoire de Corsair, les syndicats redoutent le pire.

« Nous exigeons des garanties quant à la pérennité de nos emplois et de nos rémunérations, ce projet n’est pour l’instant que la destruction de nos acquis « , écrivent-ils.

Compte-tenu des « doublons » existant avec Air Caraïbes, « c’est mathématiquement impossible qu’il n’y ait pas de plan de licenciements » pour les 1 150 employés de Corsair, estime Mme Rosello.

Dans leur communiqué, les syndicats prédisent « un avenir sombre et ambigu » pour Corsair, en « 3 phases: absorption-destruction-disparition ». Ils redoutent notamment que la création annoncée pour fin 2016 d’une troisième entité pour opérer une nouvelle flotte de 11 Airbus A350 ne dégarnisse la compagnie. « Cette troisième entité leur permettra de mettre uniquement ceux qu’ils veulent et de se débarrasser des autres personnels », affirme Mme Rosello.

Les syndicats exigent l’ « intégration sans sélection » des personnels volontaires dans cette entité. Cette entité, qui n’est pas une compagnie, aura pour mission d’optimiser la gestion de la flotte et des personnels navigants, selon le groupe Dubreuil.

En cas de plan social, les syndicats revendiquent également « un plan de départs volontaires sur 24 mois » aux mêmes conditions que celui de 2012.

Ensemble, Corsair et Air Caraïbes (850 salariés) détiennent plus de 50% de parts de marché sur le trafic entre la métropole et les Antilles.

SOURCE : Ouest.france

Air Austral s’envolera vers Rodrigues en mai prochain

La desserte avait été annoncée en décembre 2014, lors de la présentation du plan de relance de l’aéroport de Pierrefonds. Le SMP (Syndicat mixte de Pierrefonds), présidé par Patrick Malet, avait alors évoqué le mois de juillet 2015 pour le démarrage de cette liaison directe au départ de Saint-Pierre.

Le ministre des Finances mauricien a annoncé qu’Air Austral relierait d’ici trois mois l’île Maurice et Rodrigues, la plus petite des trois îles de l’archipel des Mascareignes dans l’Océan indien.

La liaison de plus de 500 km entre les deux îles serait opérée en ATR 72 à partir de mai 2015, affirme le journal local Le Matinal. Le ministre des Finances mauricien a aussi annoncé un budget de 3 milliards de roupies pour développer les infrastructures de l’aéroport de Rodrigues, avec l’extension de la piste d’atterrissage de Rodrigues d’ici deux ans, et une aire de stationnement pour les jets privés. Des pourparlers sont aussi en cours avec Air Mauritius pour la desserte en fret de Rodrigues.

Cette nouvelle route n’a pas été confirmée par la direction d’Air Austral. Sur cette prochaine liaison directe Réunion/Rodrigues, L’Express.mu reste plus prudent et utilise le conditionnel : « Air Austral devrait bientôt proposer des vols directs entre La Réunion et Rodrigues » écrit notre confrère, sans plus de précisions.

SOURCE : Air Journal, Reunion 1ère

Le nouveau réseau « Air Caraïbes-Corsair »

Désormais premier pôle aérien français 100 % familial et privé, le nouvel ensemble disposera d’une flotte de 15 appareils long et court-courrier couvrant un réseau de 15 destinations, dont notamment les Antilles où il détrône Air France de sa position de leader. Nouvelles fréquences, nouvelles destinations… les ambitions sont clairement affichées… mais (pas encore) pas dévoilées.

Des flashes d’appareils photo qui crépitent dans tous les sens, des caméras TV disposées un peu partout dans une salle bondée, il y avait la foule des grands jours vendredi matin dans le salon Mozart de l’hôtel Intercontinental (Grand Hôtel place de l’opéra) à Paris pour couvrir la conférence de presse conjointe Air Caraïbes/TUI.

Premier à prendre la parole, Pascal de Izaguirre (photo ci-contre), Président de TUI France et PDG de Corsair International, s’est expliqué sur les raisons de la cession de la compagnie maison. « Le business model de Corsair est aujourd’hui complètement différent de celui des autres compagnies du 1er groupe touristique mondial. Devenue compagnie régulière depuis quatre ans alors que toutes les autres sont 100 % charter, Corsair n’est plus au cœur de métier de TUI ».

Résultat chiffré, TUI France qui pesait 40 % du chiffre d’affaires de la compagnie en 2010, n’en représentait plus qu’un petit 5 % quatre ans plus tard. Les accords avec TUI seront conservés mais les futurs rapports commerciaux seront régis comme avec n’importe quel autre fournisseur du TO (on peut émettre quelques réserves légitimes quand on sait que Pascal de Izaguirre siègera au conseil de surveillance de la future entité dont le nom n’a pas encore été décidé – réflexion personnelle de l’auteur).

Pour Jean Paul Dubreuil (photo ci-contre), Président du groupe éponyme propriétaire d’Air Caraïbes, le rachat de Corsair était une évidence. « Les deux compagnies sont complémentaires. Air Caraïbes et Corsair avaient déjà un accord de code share depuis mars 2002. C’est pour cette raison que nous avons fait une offre de rachat à 100 % de la compagnie mais dont je ne dévoilerai pas le montant ».

L’arrivée de Corsair dans le giron du Groupe Dubreuil lui offrira également l’ouverture sur de nouvelles destinations (voir infographie 1) où la compagnie aérienne bénéficie de parts de marché (PDM) non négligeables.

Outre les Antilles, où l’entité dépasse désormais les 50 % de PDM (contre 40 % pour Air France), Corsair apportera dans l’escarcelle ses dessertes de l’Océan Indien (Maurice, Réunion, Madagascar, Mayotte), de l’Afrique de l’Ouest (Dakar – Sénégal – et Abidjan – Côte d’Ivoire) mais aussi du Canada (Montréal). Le rachat sera effectif après recapitalisation de Corsair (acté par TUI France mais dont le montant n’a pas été non plus dévoilé), l’avis du Comité d’Entreprise de la compagnie et bien sûr, l’approbation des autorités de la concurrence française.

« La marque Corsair, tout comme son entité juridique, seront conservées et la compagnie deviendra une compagnie sœur d’Air Caraïbes. La gouvernance sera assurée par un Conseil de Surveillance dont j’assurerai la présidence, et où siègera Pascal de Izaguirre. Quand à la présidence du directoire, elle sera assurée par Marc Rochet (photo ci-contre), Président d’Air Caraïbes International », précise Jean-Paul Dubreuil.

Air Caraïbes et Corsair conserveront leurs réseaux spécifiques, leurs personnels et leurs compétences (voir infographie 2), même si des synergies sont forcément prévisibles. « Il n’y aura plan social, nous garderons tous les emplois chez Corsair. Et nous comptons bien faire des profits dès la première année d’exploitation » tient à préciser le président du Groupe Dubreuil.

Aujourd’hui, avec quinze appareils disponibles (voir infographie 2), Jean-Paul Dubreuil annonce également une refonte totale de sa flotte. Après s’être engagé dans la location de trois Airbus A350-900 supplémentaires (réception entre 2017 et 2019), la structure disposera d’une option supplémentaire de deux A350-1000 (photo ci-contre) en pleine propriété (réception entre 2023 et 2024).

La nouvelle flotte, composée principalement d’Airbus A350 : six A350-900 (dont les deux premiers appareils entreront en service fin 2016, soit deux ans avant les premiers A350 pour Air France – ndlr) et de cinq A350-1000 (arrivée prévue entre 2020-2024), comportera, à l’horizon 2024, onze Airbus de dernière génération.

Dans les projets de la future structure, de nouvelles fréquences et de nouvelles destinations sont au menu… mais on n’en saura pas plus, tout juste que le Canada (destination estivale pour le marché français et européen) est dans le collimateur pour faire le pendant à Maurice (destination hivernale pour ce même marché).

Aux vues de tous ces projets, c’est la compagnie Air France, engagée dans un nouveau plan d’économies, qui a du souci à se faire…

AIR CARAIBES CORSAIR

SOURCE : Pagtour

Le plan de renouvellement de la flotte d’Air Madagascar

Un accord a été signé le 4 février 2015 avec l’avionneur européen ATR Aircraft à Paris pour introduire deux nouveaux appareils ATR72-600 de dernière génération.

Le premier sera livré le 15 mars 2015 et le second le 15 avril 2015, ce qui portera à cinq le nombre d’avions ATR exploités par la compagnie.

Cet accord prévoit également la formation du personnel technique, notamment le Personnel Navigant Technique et les mécaniciens et techniciens de maintenance.

Un inspecteur de l’Aviation Civile de Madagascar bénéficiera en outre d’une formation afin qu’Air Madagascar puisse acquérir une autonomie opérationnelle dès la livraison des appareils.

De plus, en remplacement des deux Boeing 737-300, sortis de la flotte en décembre 2014, un B737-700 complétera la flotte régionale. La flotte comprendra ainsi deux appareils B737.

Le Conseil d’Administration a par ailleurs adopté la formation d’une vingtaine d’équipages pour l’exploitation du réseau long-courrier avec ses deux Airbus A340, formation qui viendra donc renforcer le Personnel Naviguant qualifié pour ce type d’avion.

Le renouvellement de la flotte d’Air Madagascar permet notamment à la compagnie d’étendre son programme de vols pour la saison été 2015.

Ainsi, à partir du 15 mai 2015, Air Madagascar passera de 3 à 5 fréquences hebdomadaires entre Paris et Antananarivo, dont deux via Marseille.

De plus, à partir du 1er avril 2015, la compagnie proposera sur son réseau domestique une « augmentation des fréquences avec au moins un vol journalier pour les treize destinations desservies à Madagascar, passant à deux ou trois vols quotidiens le week-end et en haute-saison », une « uniformisation des horaires de départ », une « application de nouvelles offres tarifaires et politiques commerciales », ainsi que la « création de nouvelles lignes transversales ».

Les clients pourront réserver ces nouveaux vols dès le 9 mars prochain.

Enfin, à compter du 15 septembre, l’Asie sera desservie par trois à quatre fréquences par semaine, dont deux fréquences hebdomadaires sur Bangkok et Guangzhou (Chine) via La Réunion grâce au partage de codes avec Air Austral, indique la compagnie dans un communiqué.

SOURCE : Tourmag

Emirates recrute massivement

La compagnie de Dubai a annoncé 11.000 nouvelles embauches dans les 12 prochains mois dont la moitié pour assurer le service à bord de ses avions.

Alors même qu’Air France cherche toujours à compresser davantage sa masse salariale pour réduire ses coûts d’exploitation, le plus redoutable de ses concurrents invite les professionnels du secteur à rejoindre ses rangs.

Emirates a annoncé ce jeudi 19 février son intention d’embaucher 11.000 personnes d’ici mars 2016. Cet ambitieux programme d’embauches équivaut à 6% de ses effectifs actuels. Dans son communiqué, le groupe de Dubai précise que près de « la moitié de ces nouveaux recrutements seront affectés au personnel de bord » d’Emirates. La compagnie se prépare à accueillir 20 nouveaux avions dans sa flotte. A titre de comparaison, Air France employait fin 2013 un peu moins de 14.000 hôtesses et stewards.

Une multitude de candidatures issues de 227 pays!

Le groupe de Dubai, qui emploie au total 75.000 salariés, ne devrait pas avoir trop de difficultés à recruter de nouveaux venus. En 2014, pour les 2.000 postes à pouvoir au sein du groupe, la direction des ressources humaines assure avoir reçu 500.000 candidatures en provenance de 227 pays.

Une grande partie des demandes ont été enregistrées sur son site en ligne. Sur ses comptes Twitter et Facebook, elle traite, en moyenne, 1.500 demandes par mois en relation avec les emplois qu’elle est susceptible de proposer.

SOURCE : BFMTV

Air Caraïbes bientôt devant Air France

Après deux ans de fiançailles, Air Caraïbes va finalement mener Corsair à l’autel. Son principal actionnaire, le groupe Dubreuil, a décidé de se porter acquéreur de Corsair. La date des noces sera connue le 19 février, à l’issue du CCE de Corsair. Si tout se passe bien, leur union donnera naissance au nouveau numéro 2 du ciel français, derrière Air France et ses filiales Hop et Transavia, avec un trafic total d’environ 2,4 millions de passagers et plus de 800 millions d’euros de chiffres d’affaires. Mais en devenant numéro 1 sur cet axe, ce sera surtout la première fois qu’une compagnie française dépassera Air France sur l’une de ses principales liaisons.

Sur le papier, les futurs mariés Corsair et Air Caraïbes ont de nombreux points communs : de taille relativement proche – 350 millions d’euros de chiffres d’affaires et 1,23 million de passagers pour Air Caraïbes contre 483 millions et 1,23 millions de passagers pour Corsair – les deux compagnies se connaissent bien. Depuis 2012, elles commercialisent conjointement leurs vols au départ d’Orly sur les Antilles et La Réunion. Ensemble, elles représentent 52 % de parts de marché sur l’axe métropole/Antilles, contre 43 % pour Air France et 5% pour XL Airways. Elles exploitent également le même type d’appareil – l’Airbus A330 – et puisent toute deux la majeure part de leur clientèle sur le marché antillais, principalement.

Cependant, en dépit de ces similitudes, leurs situations sont très différentes. Si Air Caraïbes est la plus rentable des compagnies françaises, n’ayant connu qu’une seule année de pertes en dix ans, Corsair n’a pas fait de bénéfices depuis 2009, malgré les plans d’économies successifs. Si la part de marché d’Air Caraïbes sur l’axe transatlantique n’a cessé de croître, celle de Corsair, naguère principal concurrent d’Air France, n’a cessé de décliner. Alors qu’en 2014, Marc Rochet, le PDG d’Air Caraïbes, annonçait triomphalement lune commande de six Airbus A350 pour préparer l’avenir, Corsair était toujours incapable de se prononcer sur le remplacement de ses Boeing 747, censés quitter la flotte en 2017.

L’union d’Air Caraïbes et de Corsair ne sera donc nullement un mariage entre égaux, mais plutôt la reprise d’un perdant par un vainqueur. Avec les conséquences que cela implique pour Corsair. Même si les intentions du repreneur sont les meilleures, le regroupement des deux compagnies produira inévitablement des doublons. Compte tenu de la faiblesse actuelle du trafic sur les Antilles, en baisse de 0,6 % en 2014, ce rachat devrait également s’accompagner d’une réduction de l’offre commune, avec la sortie des Boeing 747. Enfin, il n’est pas sûr que les lignes de Corsair sur l’Afrique et Montréal intéressent Air Caraïbes. Jusqu’à présent, Air Caraïbes n’avait pas jugé bon d’étendre l’accord commercial à ces destinations hors DOM. Au contraire, son PDG, Marc Rochet, s’est toujours montré prudent concernant les projets de développement d’Air Caraïbes hors de sa zone d’influence. « Je préfère investir dans notre flotte plutôt que dans des stratégies aventureuses », expliquait-il. Autant d’interrogations qui font planer de lourdes menaces sur les effectifs de Corsair, au sortir d’un plan social. In fine, Air Caraïbes se retrouverait ainsi en quasi-duopole sur les Antilles et en position de force face à Air France, avec des coûts de fonctionnement très inférieurs et dans trois ans, des A350 offrant un gain de consommation de 25 % sur les Boeing 777 d’Air France.

Nous ne manquerons pas de vous tenir informés du voyage de noces!

SOURCE : les échos

Air France fête ses 70 ans à La Réunion

Air France célèbre cette année le 70eme anniversaire du lancement de sa liaison entre Paris et Saint-Denis de La Réunion, et plus largement de présence dans l’Océan indien.

En 1945, la compagnie nationale française inaugurait sa première liaison commerciale entre la métropole et l’île à raison d’un vol hebdomadaire en Lockheed 60. Le voyage Paris – Saint Denis de La Réunion durait alors près de 5 jours et comptait 14 escales!

Autres faits marquants de cette route soulignés par Air France, l’entrée en scène en 1972 du Boeing 747 (-100, 300, et 400), puis en 2007 du Boeing 777-300ER qui permet de se rendre à l’aéroport de Roland-Garros en seulement 10h45. Sans oublier les mythiques DC3, DC4, Constellation, Super Constellation et B707!

Présent dans l’île de La Réunion pour marquer l’évènement, le PDG de la compagnie de l’alliance SkyTeam Frédéric Gagey a déclaré : « célébrer aujourd’hui cette liaison historique entre la Réunion et Paris est l’occasion pour moi de réaffirmer l’attachement d’Air France et ses liens privilégiés avec l’Ile intense ».

Elle est en concurrence sur cet axe avec Air Austral (avec qui elle dispose d’accords), Corsair International et XL Airways (1,2 millions de passagers par an au total). Rappelons qu’un nouvel arrivant, Newco, se prépare à lancer des vols avec escale entre Pierrefonds et la métropole.

Voir la vidéo rétrospective d’Air France.

SOURCE : Air Journal

Nouveaux menus chez Air Austral

Les passagers Loisirs qui relient Paris et La Réunion avec Air Austral peuvent désormais choisir entre 6 menus différents avant même le décollage : 

– le «Créole» se positionne en véritable ambassadeur des saveurs de l’île de la Réunion. Il propose un Ti ‘Punch et un petit rougail réunionnais

 – le «Burger», véritable hamburger qui séduira les « ados » avec son véritable hamburger

– le «Light» dans lequel s’invite la légèreté pour garder la ligne. Avec ce choix de menu, le passager bénéficiera aussi d’un petit déjeuner «Light»

– le «Fraîcheur», un plat végétarien

– le «Marin», où toutes les saveurs de la mer se retrouvent dans un menu subtil

– enfin, le «Gastronomique» ravira les papilles des plus gourmets (photo ci-dessus).

Ces 6 propositions sont dès à présent disponibles à la commande pour tout voyage effectué à partir du 19 février 2015. La réservation se fait en ligne sur le site internet de la compagnie entre 30 jours et 96 heures avant le départ. Le prix varie entre 15 et 24€ selon les plateaux choisis.

En outre, la clientèle de la classe Confort peut faire le choix de son plat préféré grâce à la pré-réservation en ligne jusqu’à 96 heures avant le départ et ce parmi une offre élargie.  En plus des 2 choix de plats chauds actuellement proposés à bord, elle pourra apprécier trois nouvelles recettes aux saveurs traditionnelles, de l’Océan Indien ou de la Métropole.
En Club Austral, les voyageurs apprécieront une offre élargie à 5 repas dont 2 nouveautés également disponibles à la pré-réservation en ligne. Les clients peuvent, entre autres, savourer un «filet de Légine» au départ de la Réunion et «une blanquette de veau» au départ de Paris-CDG.

Extra Repas Marin

Extra Repas Marin

Extra Repas creole

Extra Repas creole

Extra Repas Ado

Extra Repas Ado

Extra Repas light

Extra Repas light

Extra Repas Vegetarien

Extra Repas Vegetarien

SOURCES : Deplacements professionnels, Air Journal, Air info

 

Air Madagascar choisit le Boeing 737-700

Le voile est levé. Après des mois de négociations, le choix de la partie malgache est tombé sur la marque Boeing. Airbus a perdu la bataille.

Deux Boeing partent, un arrive. Après un long sus­pense sur la marque des nouveaux avions qui composeront la nouvelle flotte de la compagnie Air Madagascar, après le départ des deux Boeing 737 dont les contrats ont expiré en décembre, leurs identités sont dévoilées officiellement. Le président du conseil d’administration de la compagnie, Henri Rabary- Njaka a annoncé, hier, au cours d’une conférence de presse, que deux ATR 72 600 vont arriver les 15 mars et 15 avril. L’arrivée de ces deux ATR portera à cinq le nombre d’avions de type ATR exploités par la compagnie. Le Boeing 737-700 qui va assurer la desserte sur les lignes régionales est attendu quelques mois après. La flotte comprendra ainsi deux Boeing de ce type. « L’objectif est que ce nouvel appareil soit disponible avant le début de la haute saison touristique », poursuit le PCA.
Outre l’acquisition de ces nouveaux avions, un nouveau programme de vol a été également adopté. Ces initiatives entrent dans le cadre de la restructuration et la réorientation stratégique de la compagnie aérienne nationale qui épouse le plan national de relance du tourisme.
À partir du 1er avril, Air Madagascar proposera sur son réseau domestique des vols qui répondront aux attentes du marché et des différents opérateurs. Plus précisément, il s’agit d’une augmentation des fréquences avec au moins un vol journalier pour les treize destinations desservies à Mada­gascar, passant à deux ou trois vols quotidiens le weekend et à la haute saison.

SOURCE : L’express de Madagascar

XL Airways embarque des tablettes pour divertir ses passagers

 

Depuis quelques semaines, XL Airways a mis la tablette à l’honneur pour divertir ses passagers. Les terminaux mobiles diffusés sont conçus comme des systèmes prêts à emploi qui embarquent une offre de films récents, de dessins animés, de jeux ou de magazines numériques. Un choix plus économique pour elle que les coûteux systèmes de divertissement intégrés au siège (IFE).

« Les voyageurs d’aujourd’hui sont des nomades ultraconnectés. Ils veulent profiter de leur vol pour regarder le film encore à l’affiche ou divertir leur enfant » explique Laurent Magnin, PDG de la compagnie aérienne.

Le service est offert aux passagers de la classe haut de gamme (Galaxie) de la compagnie. Il est proposé à la location, à 10€ en classe économique. Ces tablettes Samsung (Galaxy Tab Pro) ont été personnalisées par un prestataire (Interactive Mobility).

Pour la compagnie aérienne low cost, ce choix est clairement économique. Elle ne souhaitait pas opter pour les systèmes de divertissement intégrés dans les sièges. De son point de vue,  « ceux-ci sont des sources de coûts considérables pour les compagnies, que ce soit pour l’installation, la maintenance ou tout simplement le transport de ce matériel qui leste sensiblement les avions ».

Plus gênant, selon elle, « ces systèmes ne sont pas évolutifs et doivent donc être remplacés régulièrement au cours de la vie d’un avion de ligne. »

Une pierre directe dans le jardin de Panasonic Avionics et de Thalès qui a racheté LiveTV. Ils comptent parmi les principaux fabricants de systèmes de divertissement embarqué qui équipent les avions des grandes compagnies traditionnelles. Pour certains spécialistes, ils représenteraient un investissement de quelques dizaines de milliers de dollars par siège.

XL Airways n’est pas la première à lancer un service de prêt de tablettes. Air Canada Rouge (la filiale low cost de la compagnie canadienne) propose, sur certains vols long-courrier, des locations d’Ipad. Certaines autres proposent même ce service sur des vols court-courrier, comme la compagnie australienne Qantas, qui prête des iPAd sur sa flotte régionale de Boeing 717.

D’autres compagnies aériennes tablent aussi sur le fait que les voyageurs amènent leur propre tablette à bord. British Airways met ainsi à disposition de ses passagers un système de fixation,  à bord de sa nouvelle cabine Euro-Traveller.

SOURCE : BFMTV

Codeshare signé entre Air Seychelles et Air Madagascar

La compagnie aérienne Air Seychelles entre dans une nouvelle aire de la coopération régionale avec Madagascar.

En effet, air Seychelles et Air Madagascar ont signé, un accord de partage de code.

Selon l’accord, Air Madagascar placera son code de vol MD sur les deux vols par semaine d’Air Seychelles entre Antananarivo et Mahé et, sous réserve des approbations gouvernementales, sur les vols au départ de Mahé à Abu Dhabi et Mumbai.

Depuis le mois de décembre la compagnie seychelloise  Air Seychelles effectue deux vols par semaine, les mercredis et samedis sur la capitale de Madagascar, Antananarivo.

Le directeur général d’Air Seychelles Manoj Papa a déclaré :

« Les nouveaux vols d’Air Seychelles à destination de Madagascar ont considérablement renforcé les liens commerciaux et touristiques entre nos îles sœurs, et notre objectif est de continuer à les développer davantage. Les voyageurs en provenance de Madagascar sont maintenant à une courte distance des Seychelles, qui offrent des correspondances vers des destinations attrayantes à travers l’expansion du réseau international d’Air Seychelles.Forger de tels partenariats est au cœur de notre modèle de développement et nous sommes ravis de travailler en étroite collaboration avec Air Madagascar pour améliorer la connectivité aérienne dans l’Océan Indien au profit des deux régions. Nous nous réjouissons qu’au cours des prochains mois que notre collaboration offre à nos passagers plus de voyages combinés ».

Les deux compagnies ont signé un protocole d’accord en août 2014, traçant la voie de la coopération commerciale.

Haja Raelison, chef de la direction d’Air Madagascar, a déclaré :

« Nous sommes ravis de voir cet accord de partage de code si tôt après le lancement de vols directs à Madagascar. Le sous-continent indien et le Moyen-Orient sont des marchés importants pour Air Madagascar et il y a une grande demande parmi nos clients pour voyager au-delà des Seychelles vers ces régions, que cet accord de partage de code permet. Nous sommes impatients de développer notre partenariat avec un nombre encore plus grand de clients voyageant pour les affaires et les loisirs entre Madagascar et les Seychelles », a déclaré M. Raelison.

SOURCE : Seychelles News Agency

Premier vol direct Chengdu-Maurice par Air Mauritius

Le premier vol direct d’Air Mauritius en provenance de la ville de Chengdu en Chine a atterri à l’aéroport international de Maurice jeudi avec 298 passagers à son bord, marquant une percée du transporteur national de Maurice dans cette ville centrale de la partie ouest de la Chine, dans le sillage du nouvel an chinois (Golden Week).

« L’année 2015 est placée sous un nouveau dynamisme du marché chinois. Il convient de renforcer les actions de Maurice sur la Chine avec, notamment, des délégations des hautes autorités chinoises, des ateliers de travail, des voyages de presse et, surtout, de belles campagnes d’image », a déclaré Karl Mootoosamy, directeur de l’Office du Tourisme de Maurice à l’arrivée de l’ avion jeudi.

L’objectif de cette liaison est de familiariser davantage les Chinois avec la destination et de leur faire découvrir les atouts, les qualités et l’attractivité de l’île Maurice.

Le directeur de l’Office du Tourisme a indiqué que tout un calendrier de visite de célébrités chinoises est déjà établi pour l’année 2015 afin que ces célébrités deviennent des ambassadeurs de la destination en Chine tout en mettant l’accent sur la qualité de la destination.

Le vol d’Air Mauritius est le premier vol direct qui dessert la ville de Chengdu en direction de l’Afrique. « En plus du secteur touristique, nous voulons promouvoir davantage de coopération dans divers domaines tels que l’économie et le commerce, entre autres, entre Chengdu et l’ile Maurice. Nous sommes très optimiste sur l’ avenir de cette coopération qui devra être faite de manière très pratique », explique Chen Zhong Wei, directeur du Chengdu Logistics Office, ajoutant que beaucoup de vols directs desservent la ville de Chengdu en direction des Etats-Unis, d’Europe et des pays asiatiques.

Chengdu est la plus forte économie du Sud-Ouest de la Chine. Le début des opérations de Chengdu confirme la stratégie de la société d’aviation nationale mauricienne de développer davantage le marché chinois qui est considéré comme le plus rapide en termes de croissance dans le monde.

Air Mauritius a commencé ses opérations en Chine à Shanghai en juillet 2011. Après trois ans et demi, Air Mauritius opère désormais trois vols vers Shanghai et deux vols vers Beijing par semaine. Il faut aussi ajouter deux vols qu’elle assure vers Hong Kong. F

SOURCE : China.org

Air France multiplie les options payantes sur les sièges éco

Rangées de sièges dans un Boeing 777 d'Air France © (D.R)

20 euros de plus pour avoir un siège à l’avant de l’avion, 30 pour réserver à l’arrière. Depuis le 23 janvier, Air France propose deux nouvelles options payantes pour bénéficier d’un petit peu de confort supplémentaire. Aucune amélioration n’est en revanche proposée sur les sièges sans supplément…

Sur les 422 places éco du Boeing 777-300, 50 sièges sont à option. Une nouveauté qui permet à la compagnie aérienne de faire rentrer de nouveaux revenus sans dépenser puisque les sièges classiques en classe économique ne bénéficient eux d’aucune amélioration particulière.
Cette pratique commerciale venue du modèle low cost a encore de beaux jours devant elle. A compter du 1er Avril, d’autres sièges sont annoncés comme payants par Air France.

SOURCE : Réunion 1ère

Corsair sur le point d’être vendue

L’investisseur serait européen et selon PNC contact, il s’agirait soit d’IAG (dont Qatar Airways vient de racheter 10 % du capital et qui possède déjà British Airways et la compagnie espagnole Iberia), pour fusionner l’entité avec OpenSky, soit d’Air Contractor, société irlandaise propriétaire de Aer Lingus.

Selon La Tribune, aucune de ces pistes n’est pas la bonne. Le repreneur serait en fait Air Caraïbes.

En septembre 2013, des informations de presse avaient fait état de discussion entre les deux compagnies, partenaires commerciaux depuis 2012 entre Paris et les Antilles et la Réunion. « Le rachat de Corsair par Air Caraïbes, qui affiche une très bonne santé financière, permettrait de rationnaliser l’offre sur la Réunion et les Antilles, deux axes qui souffrent de surcapacités avec la présence de deux autres acteurs, Air France et XL Airways » selon nos confrères.

Reste à confirmer la reprise par AC et à estimer le coût social de l’opération. Aujourd’hui, Corsair compte près de 1250 salariés après plusieurs restructurations ces dernières années.

SOURCE : Réunion Première