L’ « effet Piketty », reflet de la société ?

Les sièges d'un A350. REUTERS/Fabian Bimmer.The Economist consacre cette semaine un court article d’analyse au récent débat sur l’inclinaison des sièges dans les avions, et trace dans le titre de ce dernier, «Piketty Airways», un parallèle avec l’un des livres d’économie les plus discutés de la période récente, Le Capital au XXIe siècle de Thomas Piketty. Pourquoi? Parce que de la même façon que les richesses se sont concentrées, le confort dans les avions aussi:

«Aujourd’hui, ceux qui se trouvent dans la zone la plus économique de l’avion ont à peine la place d’ouvrir leur exemplaire du récent livre de Thomas Piketty déplorant une ère d’inégalités inédites. Et pourtant, les compagnies aériennes pensent qu’il y a encore de la marge pour comprimer davantage de corps en classe éco et que les passagers, malgré leurs protestations, le toléreront en échange de billets moins chers. Pendant ce temps-là, la classe affaires deviendra de plus en plus confortable.»

Ce n’est pas la première fois qu’une telle analogie est tracée par la presse anglo-saxonne. En mai, le magazine de gauche The American Prospect avait ainsi consacré un article à «la guerre contre les 99%» des individus les moins fortunés menée par les compagnies aériennes, en citant là aussi en exemple Piketty et un autre économiste français spécialiste des inégalités, Emmanuel Saez:

«La disposition égalitaire des sièges a disparu depuis longtemps de quasiment toutes les compagnies, [au profit d’un] modèle que nous baptiserons le modèle Piketty-Saez. Bien sûr, les compagnies aériennes ne sont absolument pas responsables de la polarisation actuelle des revenus et des patrimoines. Mais néanmoins, la disposition de leurs sièges la reflète de plus en plus, avec chaque jour davantage de place et de confort accordés aux passagers des classes affaires (dont les dépenses augmentent en proportion) et de moins en moins d’espace et de services –voire plus du tout– pour les passagers des classes économiques.»

Ce constat avait néanmoins été nuancé, à l’époque, par Megan McArdle, de BloombergView, qui avait pointé dans un post de blog qu’on n’était pas en face d’une opposition entre l’élite et les classes populaires (ceux qui souffrent le plus de cette situation, expliquait-elle, sont les membres des classes moyennes qui voyagent régulièrement pour affaires mais à qui leurs employeurs ne peuvent plus payer des billets en classes affaires) et que le fait de faire voyager plus de personnes par avion avait participé de la démocratisation du trafic aérien, autrefois réservé à cette même élite.

Source : SLATE

XL Airways : Lyon – Réunion dès juin 2015

La compagnie aérienne XL Airways a annoncé le lancement l’été prochain d’une nouvelle liaison entre Lyonet La Réunion, sa troisième vers l’île de l’Océan indien qu’elle dessert depuis 2012. Mais elle interrompra dès février celle reliant Marseille à Mayotte.

A partir du 3 juin 2015, la compagnie française proposera un vol direct par semaine entre l’aéroport de Lyon-Saint Exupéry et Saint-Denis de la Réunion, opéré en Airbus A330-200 bi-classe de 364 sièges, dont 15 en classe Galaxie. Sans concurrence, il décollera le mercredi à 23h55 pour arriver le lendemain à 12h55, et repartira de l’île jeudi à 19h00 pour atterrir le lendemain à 4h20. Seul transporteur à proposer toute l’année des vols vers l’océan Indien au départ de province, XL Airways assurera donc à l’été 2015 trois vols par semaine en A330-200 à destination de l’île intense. Tous partiront de Paris-CDG 2A et effectueront une courte escale à Marseille ou à Lyon en fonction du jour d’opération (les passagers en provenance ou à destination de Paris ne descendront pas de l’avion lors de cette escale).

Le programme de vol vers la Réunion sera le suivant :

Marseille – Saint Denis de La Réunion – Marseille : 2 fréquences hebdomadaires sans escale toute l’année.

Lyon – Saint Denis de La Réunion – Lyon : 1 fréquence hebdomadaire sans escale donc.

Paris CDG – Saint Denis de La Réunion – Paris CDG : 2 à 3 fréquences hebdomadaires avec une escale toute l’année.

Par ailleurs, XL Airways renforcera son programme de vol hiver 2014-2015 avec le lancement de cinq rotations supplémentaires entre Paris CDG et La Réunion, à des « dates clés » des vacances scolaires métropolitaines et réunionnaises de fin d’année en décembre 2014 et janvier 2015. Ces vols, effectués en A330-300 mono-classe de 408 sièges, permettront de proposer plus de 4 000 sièges à des tarifs modérés à une période traditionnellement chargée.

En marge de cette augmentation de l’offre vers Saint-Denis de La Réunion, la liaison hebdomadaire Marseille –Dzaoudzi (Mayotte) sera interrompue à compter de février 2015. « Malgré un succès commercial incontestable, les contraintes opérationnelles (piste courte, fermetures fréquentes et difficulté de réacheminement des passagers en cas d’impossibilité d’accès à l’aéroport) ne permettent pas d’assurer une desserte pérenne tant sur le plan économique qu’opérationnel », explique XL Airways dans son communiqué.

SOURCE : Air journal

L’ultra-léger siège Titanium Seat certifié

air-journal-siege-titanium-seat-expliseat

Le Titanium Seat de la société française Expliseat a obtenu sa certification auprès de la FAA qui confirme que le siège le plus léger du monde respecte les normes de sécurité de l’aviation américaine.

A peine 5 mois après sa certification par l’Agence Européenne de Sécurité Aérienne, le Titanium Seat est désormais autorisé à voler à bord de toutes les compagnies aériennes du monde. Pesant à peine 4 kilos, le Titanium Seat est 50% plus léger que les modèles existants qui équipent les cabines économiques. Outre son poids ultra-léger grâce à l’intégration de matériaux composites, le Titanium Seat est facile à produire et à entretenir, avec seulement 30 pièces par siège au lieu de 500 pièces sur un siège classique.

« Cette certification atteste non seulement de la robustesse et de la performance de nos sièges mais confirme qu’innovation technologique et confort des passagers peuvent aller de pair avec exigence de sécurité. Il s’agit du premier siège avec une structure en composite à être certifié », explique Benjamin Saada, Président d’Expliseat.

« Les Amériques et les Etats-Unis constituent un de nos marchés stratégiques dans le cadre de notre expansion à l’international, et la certification du siège par les autorités américaines de l’aviation va nous permettre d’exporter outre-Atlantique ce concentré d’innovations qu’est le Titanium Seat », se félicite Jean-Charles Samuelian, Directeur Général.

 Le siège « ultra-light » constitué de titane et matériaux composites est désormais prêt pour naviguer à bord des compagnies américaines. Sa robustesse (30 pièces au lieu de 300 en moyenne) et son confort (5 cm supplémentaires au niveau des jambes) sont des réponses concrètes apportées aux compagnies aériennes et aux voyageurs.

SOURCE : Air Journal

Prix du meilleur service en classe affaires pour Air Seychelles

Air Seychelles reçoit le prix du meilleur service en classe affaires, pour l’Océan Indien par la World Travel Awards

La compagnie aérienne nationale des Seychelles, Air Seychelles, a reçu le prix du meilleur service en classe affaires, et aussi bien que le niveau de service de son équipage pour l’Océan Indien, par la World Travel Awards.

L’annonce a été faite en fin de semaine lors de la cérémonie, de Gala, du World Travel Awards Afrique et Océan Indien, qui a eu lieu à Abuja, au Nigeria.

Dans un communiqué, Air Seychelles a précise que ce prix renforce encore son statut de leader comme transporteur dans la région de l’Océan Indien et au-delà.

«En classe affaires sur nos deux gros-porteurs Airbus A330-200 nous offrons des sièges inclinables à l’horizontale, un concept à tout moment de dîner, des divertissements personnels à la demande en vol, tout ce que l’on peut attendre d’une compagnie aérienne de premier plan.

De même, nos 140 membres d’équipage incarnent l’essence même du style de Seychelles, le créole, la chaleur et l’hospitalité dont les îles sont synonymes », a déclaré le CEO d’Air Seychelles, Manoj Papa.

«La raison de notre succès, c’est d’être toujours en avance sur ce que nos clients attendent de nous. »

Commentant ce succès, Joël Morgan, le président du conseil d’Air Seychelles, également ministre de l’Intérieur et des Transports des Seychelles, a attribué cette reconnaissance, aux efforts de l’équipe d’Air, les le partenariat stratégique de la compagnie aérienne Etihad Airways, et l’innovante approche adoptée pour être le meilleur.

Etihad, le transporteur des Émirats Arabe Uni, a acheté une participation de 40 pour cent, de la compagnie aérienne nationale des Seychelles en 2012.

Les World Travel Awards, créés en 1993, reconnaissent les organisations des meilleures offres de voyages dans le monde à travers un vote global par les professionnels du voyage de 171 pays.

Les prix sont remis pour l’excellence dans la prestation de services dans les différentes catégories de l’industrie du voyage et du tourisme au monde, y compris les services aériens, les services de location de voiture, des spas, des agences de voyages et tour-opérateurs, des hôtels parmi d’autres.

Les prix sont d’abord donnés sur une base régionale, ensuite les vainqueurs sont qualifiés pour la grande finale.
La grande finale cette année aura lieu en novembre.

«Les World Travel Awards reconnaissent et récompensent les meilleures organisations de voyage et Air Seychelles ne fait pas exception. La croissance et le développement de la compagnie aérienne dans un si court laps de temps n’a rien de moins que spectaculaire », a déclaré Graham Cooke, le président du World Travel Awards.

En matière d’entreprise de transport aérien de la région, Air Mauritius a reçu le prix de la première compagnie aérienne de l’Océan Indien tandis qu’Ibrahim Nasir l’aéroport international des Maldives est le premier aéroport de l’Océan Indien.

SOURCE : Seychelles News Agency