LE pass îles Vanille

La compagnie aérienne Air Austral a lancé le Pass « Iles Vanille », un nouveau produit pour faciliter vers et depuis son hub de la Réunion les déplacements entre huit îlesde l’Océan Indien.

Destiné aux passagers déjà en possession d’un billet entre les aéroports de Paris et Saint-Denis, le Pass « îles Vanille » permet l’organisation de séjours combinés en bénéficiant de tarifs attractifs sur un large choix de destinations, à partir de 90 euros l’aller-retour. Il concerne depuis l’île de la Réunion les liaisons d’Air Austral vers l’île Maurice, les SeychellesMadagascar(Antananarivo, Tamatave, Nosy be), les Comores (Moroni) ou encore Mayotte. Au minimum quatre parcours devront être achetés simultanément, chaque destination ne pouvant être visitée qu’une seule fois.

Mayotte > Moroni 45€

St Denis Reunion > Maurice 45€

St Denis Reunion > Mayotte 90€

St Denis Reunion > Moroni 90€

St Denis Reunion > Antananarivo 90€

St Denis Reunion > Tamatave 90€

St Denis Reunion > Nosy Be 90€

St Denis Reunion > Seychelles 90€

St Pierre Reunion > Maurice 45€

« Air Austral applique historiquement des tarifs spécifiques TO au départ de l’Europe. Avec le Pass « îles Vanille », la compagnie étend sa gamme de produit, ouvre une porte à toute une clientèle internationale et encourage à tarifs compétitifs la création de combinés inter-îles sur le réseau régional. A travers cette démarche et en s’associant au concept des îles Vanille, Air Austral participe au développement touristique de sa région. Nous sommes convaincus, que ce produit donnera l’opportunité à la clientèle touristique se rendant à la Réunion de visiter les îles sœurs de l’Océan Indien », a déclaré Jean-Marc Grazzini, Directeur Général Adjoint Marketing & Commercial d’Air Austral

La compagnie réunionnaise souligne aussi qu’avec ce nouveau produit, elle contribue au développement touristique de la zone Océan Indien et « montre la voie d’une collaboration profitable à tous. Cet esprit prôné par les Iles Vanille prend ici tout son sens », a déclaré Pascal Viroleau Directeur Exécutif des îles Vanilles.

Rappelons qu’Air Austral reprendra le chemin des Seychelles le 23 juin après un an d’absence : deux vols par semaine sont programmés entre l’aéroport de Saint-Denis et Mahé, à bord de Boeing 737-800 pouvant accueillir 18 passagers en classe Premium Confort et 144 en Economie Loisirs, le lundi et le jeudi à 19h20 pour arriver à 22h00, les vols retour quittant les Seychelles mardi et vendredi à 9h55 pour atterrir à 12h30. Un partage de codes avec Air Seychelles doit être mis en place prochainement.

Les deux compagnies font partie des quatorze ayant signé un accord pour une meilleure accessibilité des îles Vanille dans le sud-ouest de l’Océan Indien, aux côtés d’Air France, Air Madagascar, British Airways, Comair, Condor, Corsair InternationalEdelweissEmirates AirlinesMeridiana Fly, South African Airwayset Transaero.

Premiers chiffres du bilan d’Air Austral 2014

 

Les résultats définitifs ne seront connus qu’en juin prochain mais dès hier, Marie-Joseph Malé, PDG d’Air Austral, a annoncé au conseil de surveillance que la compagnie avait retrouvé son équilibre financier. Le résultat d’exploitation se situera dans une fourchette de 5 à 8 millions d’euros. L’an dernier, Air Austral perdait encore 27,6 millions d’euros.

Moins 50,8 millions d’euros de résultat d’exploitation au 31 mars 2012, -27,6 millions d’euros au 31 mars 2013, +5 à +8 millions d’euros au 31 mars 2014, en deux ans d’exercice, Air Austral est sortie du rouge améliorant sa performance économique de 35 millions d’euros. Marie-Joseph Malé, PDG de la compagnie, l’a confirmé hier lors d’une réunion du conseil de surveillance.

Certes Air Austral a bénéficié de la faiblesse du dollar et d’un coût du kérosène à la baisse mais ce contexte favorable n’explique pas tout. Dans le même contexte avantageux, d’autres compagnies ne sont pas parvenues à rétablir leurs comptes. Par ailleurs, Air Austral comme les autres transporteurs n’a pas été épargnée par les effets négatifs avec une baisse de ses recettes de 9 à 15 %.

Le régime minceur appliqué depuis bientôt deux ans a porté ses fruits. Les coûts ont été apurés, les contrats renégociés, Air Austral a organisé sa couverture carburant à hauteur de 50 à 70 % dans les trois mois et de 30 à 50 % pour le reste de la durée. Le business plan avait établi un plan d’économie à deux ans à hauteur de 15 millions d’euros. À la fin de l’exercice précédent, 7,5 millions d’euros avaient déjà été réalisés et le plan d’économie est désormais bouclé.

« Nous sortons la tête de l’eau, » a indiqué Marie-Joseph Malé. « Il est important de souligner que ces bons résultats n’ont pas été engrangés sur le dos de nos clients. Nous avons maintenu voire rétabli notre qualité de service et notre politique tarifaire a vu la mise en place des « prix plume » et des tarifs Gadiamb. L’objectif est maintenant de durer. L’exercice qui s’annonce sera celui de la consolidation. Nous n’ouvrirons pas de nouvelles destinations mais nous devons réfléchir au futur de la compagnie. »

L’avenir à court terme, c’est la nouvelle image de la compagnie qui sera dévoilée avant la fin de l’année. À l’horizon 2017, ce sera la mise en ligne d’un troisième moyen-courrier de type Boeing 737 800. « Nous avons besoin de machines, a indiqué Marie-Joseph Malé. Notre flotte de B.737 fonctionne en flux tendu. »

La recherche d’un nouvel actionnaire est toujours d’actualité. « Mais, nous avons le temps de la réflexion, a indiqué Marie-Joseph Malé. C’est quand une compagnie va mal qu’elle peut être la proie d’investisseurs. Aujourd’hui, le rapport de force est différent. Nous avons les moyens de choisir ». Président du conseil de surveillance, Didier Robert verrait bien lui une ouverture du capital aux Réunionnais afin d’asseoir l’assise «pays» de la compagnie.

ARTICLE SOURCE