Air France parie sur une nouvelle classe affaires

Chaque siège coûte 55.000 euros pièce. Si l'on y ajoute les «accessoires», le coût des études et de l'immobilisation des appareils pour qu'on les équipe, l'addition s'élève à 100.000 euros par siège.

Il ne s’agit là que d’un siège d’avion en classe affaires. Mais celui qu’Air France présente ce mardi et que Le Figarodévoile en avant-première a réclamé quatre ans de réflexion. C’est l’arme pour reconquérir les clients envolés chez les concurrents. Un soin tout particulier qui doit marquer le grand retour d’Air France dans la compétition des business class sur les vols long-courriers. Dans cette course, les compagnies asiatiques et moyen-orientales ont détrôné leurs concurrentes européennes. Lufthansa a lancé un chantier identique qui durera deux ans. KLM, compagnie sœur d’Air France, a déployé le sien l’été dernier tout comme Singapore Airlines… Une bataille sans fin dont l’enjeu est stratégique.

La clientèle des classes «avant» (les premières et la classe affaires) pèse lourd pour Air France: 4 milliards d’euros par an, soit la moitié du chiffre d’affaires de l’activité long-courrier, la plus rentable de la compagnie. Pourtant sur les 15  millions de passagers d’Air France sur ces vols long-courriers, seulement 1,6 million d’entre eux ont voyagé en classe affaires en 2013. On ­comprend pourquoi Air France a décidé d’investir près de 200 millions d’euros pour la seule clientèle affaires – sur les 500 millions consacrés à la montée en gamme de la compagnie alors qu’elle est engagée dans un plan d’économies.
Le meuble qui enserre le siège compte un coffre de rangement qui se ferme, un casque audio vraiment antibruit, une tablette assez grande.

Les millions sont vite dépensés dans un projet comme celui-ci: chaque siège – fabriqué par l’équipementier français Zodiac – coûte 55.000 euros pièce! Si l’on y ajoute les «accessoires» (le meuble qui l’enserre, le programme de divertissement à bord), le coût des études et de l’immobilisation des appareils pour qu’on les équipe, l’addition s’élève à 100.000 euros par siège.

Moduler les cabines

Comme les autres compagnies, Air France applique à son nouveau siège la règle des «3F» – full flat, full privacy et full access – soit: lit plat, intimité totale, libre accès à l’allée. Sur chaque rangée, quatre sièges seulement seront disposés de face dans la cabine, contre sept sièges auparavant. Les places seront moins nombreuses dans cette catégorie.

Comme c’est déjà le cas dans de nombreuses compagnies, les passagers pourront s’isoler de leur voisin grâce à une petite cloison mobile. Le siège transformé en lit est – enfin – totalement plat. Pour faire vraiment la différence avec ses concurrentes réputées pour la qualité de leur classe affaires (Emirates, ­Cathay…), Air France a veillé à de nombreuses attentions: un coffre de rangement qui se ferme, un casque audio vraiment antibruit, une tablette assez grande, un oreiller moelleux, une couette… Au total, la conception du siège a été retouchée six ou sept fois, à la suite des remarques de passagers «cobayes». Du jamais-vu et… six mois de retard. Air France a prévu d’équiper 44 Boeing 777 dès le mois de mai. Le premier devrait arborer sa nouvelle cabine blanc et bleu en juin pour New York.

Le siège transformé en lit est totalement plat.
 

Priorité sera donnée aux appareils équipés de la plus ancienne version du siège business, celui qui faisait glisser le passager vers le bas. Le déploiement devrait être achevé mi-2016. Ce nouveau siège démontable permettra de moduler les cabines selon les saisons. Dès l’été 2015, il sera possible de réduire le nombre de rangées en classe affaires pour accroître celles de la classe économie. C’est une option déjà expérimentée chez Lufthansa.

[ Source : http://www.figaro.fr ]