Les Comores ne veulent pas d’Ewa Air

ewa air

Le vol inaugural de la nouvelle compagnie Ewa Air, prévu entre l’aéroport de Dzaoudzi et Moroni, ne peut avoir lieu, les Comores refusant l’atterrissage de l’ATR 72-500 et se voyant en retour interdire tout vol vers le sol français.

La première compagnie mahoraise, fondée par Air Austral, ne s’envolera pas le 30 octobre 2013 comme annoncé : selon Mayotte Hebdo qui cite le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, « les autorités aéronautiques comoriennes n’ont, à ce jour, pas encore donné suite au programme déposé par la compagnie française Ewa Air, désigné pourtant par la France pour exploiter les services agréés entre la France et les Comores sur la route régionale Océan Indien » Avec une mesure de rétorsion immédiate : la France, à son tour, interdit l’atterrissage de tout appareil comoriensur son sol, ce qui selon le journal laisse entre autres les passagers d’Inter-Iles Air incapables de voler entre sa base à Anjouan et Mayotte.

L’ATR 72-500 de 62 sièges devait décoller mercredi à 13h30 de l’aéroport de Dzaoudzi à destination de la capitale des Comores, le code du vol EWR255 remplaçant l’habituel UU255 utilisé par Air Austral sur la première des deux rotations hebdomadaires (la deuxième est prévue le dimanche). Mayotte Hebdo croit voir dan cette interdiction le retour des « vieilles turbulences politiques entre Mayotte et les Comores », et note que les vols d’Air Austral entre la Réunion et Moroni ne sont eux pas perturbés.

Les prochaines destinations d’Ewa Air ne sont pas remises en question : à Madagascar, Nosy Be sera desservie jeudi (départ à 13h20) et samedi, et Majunga (lundi, mercredi et vendredi). Dar es Salaam en Tanzanie figure dans les GDS avec départ de Dzaoudzi le samedi à 15h10 et retour le dimanche à 11h45 à partir du 2 novembre. La desserte de Pemba au Mozambique avec deux rotations hebdomadaires sera lancée en février prochain, le directeur général délégué d’Ewa Air Jean-François Devaux  expliquant que « les négociations étant toujours en cours » avec LAM Mozambique Airlines. Déjà lundi, il expliquait que la liaison vers Anjouanne verra pas le jour avant février, « un certain nombre de questions liées à la sécurité ou à l’approche des avions étant encore à régler ».

[Source: http://www.air-journal.fr ]

« Petits secrets entre compagnies »

secret

Les voyages en avion font l’objet depuis l’apparition des vols commerciaux de nombreux fantasmes et autres légendes urbaines. Il y a par exemple l’idée largement répandue selon laquelle y aurait une place plus sûre que les autres qui augmenterait les chances de survie en cas d’accident. Ou celle des avions qui rejettent les excréments en plein vol.

Mais les avions ont aussi une multitude de petits détails et autres secrets que la grande majorité des passagers ignorent et qui font pourtant partie du quotidien des dizaines de milliers de pilotes, hôtesses et stewards sillonnant la planète tous les jours. Sur le site communautaire américain Reddit, des internautes ont eu l’idée de demander à ceux qui ont travaillé ou travaillent pour des compagnies aériennes de partager ces «secrets» avec le commun des mortels.

Le résultat est une liste d’affirmations étonnantes, et parfois inquiétantes pour ceux qui ne sont pas très à l’aise en avion, que nous avons vérifiées avec un pilote de ligne, membre du Syndicat des pilotes d’Air France (Spaf) avec plus de 20 ans d’expérience et d’un steward de la même compagnie qui sert les passagers depuis 15 ans de les confirmer, ou de les infirmer, pour vous.

Il n’y a que 15 minutes d’oxygène dans les masques qui tombent en cas de dépressurisation de la cabine

VRAI. Ou pour être plus précis, 13 minutes. Cela peut paraître très peu, mais pas de panique, il y a une bonne raison à cela. En cas de dépressurisation de la cabine quand l’avion se trouve à son altitude de croisière (plus de 10.000 mètres pour les long courriers, un peu moins pour les vols courts), la pression atmosphérique descend de manière brutale et l’air se vide de son oxygène, créant des conditions insupportables pour les organismes humains.

Le pilote doit donc faire redescendre au plus vite l’avion à 10.000 pieds d’altitude (environ 3.000 mètres), et il ne lui faut pas plus de 13 minutes pour effectuer cette descente, ce qui explique les 13 minutes d’oxygène des masques.

Le circuit d’oxygène destiné aux passagers en cas de dépressurisation, appelé oxygène de subsistance, n’est pas le seul à bord des avions. Un système de premier secours est également à disposition, qui permet d’assurer un apport d’oxygène à un passager atteint d’un problème cardiaque par exemple pendant toute la durée d’un vol.

Le chiffre de 15 minutes ne sort pas de nulle part: c’est le temps minimum légal que doit durer l’oxygène disponible pour les pilotes, pour qui des précautions particulières sont prises. Ce minimum s’applique à chacun de ceux qui occupent le poste de pilotage, qui peut contenir jusqu’à 4 personnes, dont deux pilotes.

Les pilotes disposent aussi d’appareils de protection respiratoire, avec des masques prenant tout le visage pour permettre de respirer l’oxygène de protection à 100% quand l’air de la cabine est pollué par un incendie ou des composants chimiques et que les pilotes doivent éviter à tout prix de respirer l’air ambiant.

Si on éteint les lumières dans un avion qui atterrit de nuit, c’est pour habituer les yeux des passagers en cas d’évacuation d’urgence.

VRAI. En cas de feu dans un moteur par exemple, il faut couper le courant principal de l’avion à l’atterrissage. L’appareil n’est alors plus éclairé que par un système d’éclairage de secours peu puissant. Etant donné qu’une évacuation doit en théorie s’effectuer en 90 secondes, il n’y a pas de temps à perdre avec l’acclimatation des yeux des passagers à l’obscurité.

Pour ce qui est de l’obligation de relever les volets des hublots lors d’un atterrissage de jour, il s’agit plutôt de permettre au personnel de cabine de voir ce qu’il se passe à l’extérieur en cas de problème. En cas d’atterrissage forcé, un feu peut se déclencher dans une des ailes, où le kérosène est stocké. Le personnel doit pouvoir voir ce qui se passe à l’extérieur pour évacuer du côté opposé à l’incendie.

 

Les pilotes font atterrir les avions de manière plus brutale quand il pleut pour éviter l’aquaplaning

VRAI. Si votre avion se pose un peu brutalement par temps de pluie, ce n’est pas parce que le pilote est mauvais: en cas de pluie, les pilotes recherchent un atterrissage plus ferme pour éviter l’aquaplaning. De manière générale, les pilotes ne sont pas censés chercher à faire l’atterrissage le plus doux, aussi appelé «kiss landing», car celui-ci peut faire augmenter la distance d’atterrissage de l’avion.

Les pilotes tentent avant tout d’atterrir au point de toucher prévu, chose plus facile à faire quand ils arrivent avec plus d’angle. L’avion freinant par ailleurs bien plus vite au sol qu’en l’air, il est plus facile de maîtriser sa distance d’atterrissage en touchant le sol plus tôt.

 

Les téléphones portables allumés ne sont pas dangereux

VRAI ET FAUX. Laisser son téléphone portable allumé lors du décollage et de l’atterrissage ne fera pas s’écraser l’avion. En revanche, cela crée des interférences et perturbe les communications radio des pilotes avec les contrôleurs, qui entendent le même bruit que lorsqu’un téléphone portable posé sur une télévision reçoit un appel.

 

Les deux pilotes ont des plateaux repas différents pour éviter les intoxications alimentaires simultanées

VRAI. C’est une règle d’or. Les repas des deux pilotes doivent être confectionnés sur des chaînes différentes, qu’il s’agisse des repas à bord mais aussi de ceux qui précèdent un vol.

 

Le vol est retardé ou annulé si la machine à café ne fonctionne pas

FAUX. Chez Air France, seuls les vols long-courriers sont équipés de machines à café, qui sont réservées aux passagers des classes les plus chères. S’il arrive que la machine à café ne fonctionne pas, on sert des cafés «américains» aux passagers de ces classes, et aux pilotes.

 

Sur les 747 d’Air France, les sièges fenêtre de la classe éco du pont supérieur ont un peu plus de place (et de place pour ranger des choses, pour les jambes) que les autres. Vous pouvez les avoir si vous faites votre check-in tôt

VRAI. Il y a bien un peu plus de place sur le pont supérieur des 747, où l’empâtement est légèrement supérieur. Il y a aussi un coffre sous le hublot ce qui fait qu’on a plus de place pour ranger ses affaires dans les places côté fenêtre du pont supérieur. Ce gain de place s’est réduit depuis qu’Air France a refait les cabines de ses 747 l’année dernière.

Mais la plus grande différence entre les deux ponts sur ce modèle résidait jusqu’à l’année dernière dans le fait que les sièges du pont supérieur avaient des écrans individuels, alors que ceux d’en bas partageaient des écrans centraux, et ne pouvaient donc pas choisir leur film en plus de moins bien voir. Depuis la rénovation des cabines, tous les sièges ont des écrans individuels.

 

Si vous commandez un repas spécial (casher, diabète, végétarien, etc) vous l’avez avant les autres

VRAI ET FAUX. Sur Air France, les personnes qui commandent un repas spécial (en moyenne entre 10 et 15 sur un vol de 300 passagers, dont la plupart sont des repas enfants), reçoivent bien leur plateau avant les autres, notamment pour que les enfants puissent manger rapidement, ce qui profite aux autres repas spéciaux. En revanche, les plateaux ne contiennent pas les plats chauds, qui arrivent eu même moment pour tout le monde.

 

Les avions peuvent voler avec un seul moteur si besoin

VRAI. Tous les avions modernes sont conçus pour pouvoir voler, et même décoller, avec un moteur en panne. Les pilotess’entraînent régulièrement sur des simulateurs pour voler ou atterrir avec un seul moteur.

 

On peut déverrouiller les toilettes de l’extérieur

VRAI. S’il semble logique que les stewards puissent ouvrir la porte des toilettes de l’extérieur en cas d’urgence ou si quelqu’un est coincé à l’intérieur, peu de passagers savent qu’ils peuvent le faire eux-mêmes. Le système diffère selon le type d’avion..

 

[Source : http://www.slate.fr ]

Classe Eco : Airbus veut 18 pouces sur le long-courrier

18 pouces

Le constructeur européen a proposé l’adoption d’un standard international pour les vols long-courrier en classe Economie, avec une largeur minimale de 18 pouces ou 45,72cm qui entraînera un plus grand confort.

Citant dans son communiqué du 28 octobre 2013 une étude menée par le London Sleep Center, Airbus explique que le sommeil est amélioré de 53% quand on passe d’un siège large de 17 pouces (le standard depuis les années 50) à un de 18 pouces. D’après le Dr Irshaad Ebrahim, « on a noté une différence significative : tous les passagers assis dans des sièges de 18 pouces ont bénéficié d’un sommeil plus profond, moins perturbé, et de nuits de sommeil plus longues. Leurs différentes phases du sommeil se sont déroulées comme elles l’auraient fait dans des circonstances normales. En revanche, dans le siège plus étroit de 17 pouces, les passagers ont été affectés par de nombreux troubles du sommeil et de ce fait, ont rarement dormi d’un sommeil profond et réparateur. Pour tout passager effectuant un vol long-courrier en classe économique, un pouce fait une énorme différence en termes de confort ».

Selon Airbus, le nombre de vols de plus de 13 heures a augmenté de 70% ces cinq dernières années, passant de 27 à 41 par jour. Et le constructeur rappelle qu’en 1998 aucun vol de plus de 7000 milles (12 700 km) n’était opéré – le record ayant depuis été porté à 15 350 kilomètres parcourus en 18 heures. Selon Kevin Keniston, directeur de Confort Passager chez Airbus, « si l’industrie aéronautique ne se bouge pas dès aujourd’hui elle risque de mettre en péril le confort des passagers jusques 2045 et au-delà », condamnant « une autre génération de passagers à des sièges basés sur un standard d’un autre âge ».

Airbus prêche bien sûr pour sa paroisse, affirmant qu’il « a toujours appliqué une largeur standard d’au moins 18 pouces aux sièges de la classe économique de ses long-courriers. Toutefois, d’autres avionneurs revoient à la baisse les normes relatives au confort des passagers en réintroduisant les sièges plus étroits des années 50, dans le seul but de rester compétitifs ». Et d’ajouter que « l’évolution de l’Indice de Masse Corporelle et des perspectives en matière d’espace personnel, a encouragé d’autres industries, par exemple celles des loisirs et de l’automobile, à repenser la largeur des sièges ». Une étude récemment menée auprès des passagers de vols-long-courriers en classe économique dans différents aéroports internationaux (Singapour, Paris – Charles de Gaulle, Francfort et Amsterdam) a démontré que « le confort du siège est aujourd’hui le critère le plus important lors de la réservation d’un vol long-courrier en classe économique, dépassant de loin l’horaire du vol ».

Pour Kevin Keniston, le rôle d’Airbus vise à sensibiliser les passagers « sur la différence apportée par un pouce supplémentaire sur un vol long-courrier en classe économique ».

Données objectives (scientifiques) – Amélioration des variables de la qualité du sommeil de 53% :

•Le temps nécessaire pour s’endormir (également désigné ‘Latence à l’Endormissement’) s’est amélioré de 14,7% (6 minutes) avec le siège de 18 pouces ;

•Le nombre de réveils après induction du sommeil (WASO – ‘Wake After Sleep Onset’), a été réduit en moyenne de 28 minutes avec le siège de 18 pouces ;

•L’indice d’éveil (‘Arousal Index’), la mesure la plus sensible de la Qualité du Sommeil, qui mesure le nombre et la fréquence des perturbations des ondes cérébrales au cours de la nuit, s’est amélioré en moyenne de 53% avec le siège de 18 pouces ;

•Les contractions involontaires des membres ont été réduites de 11% avec le siège de 18 pouces.

Données subjectives (des participants) :

•67% des participants à l’étude ont rapporté une amélioration de la qualité du sommeil, et 86% d’entre eux une augmentation de la quantité de sommeil, avec le siège de 18 pouces.

[Source: http://www.air-journal.fr ]

1,3 milliard de dollars pour renouveler la flotte de SriLankan Airlines

sri lankan

SriLankan Airlines prévoit le renouvellement de sa flotte long-courrier pour un montant estimé à 1,3 milliards de dollars US sur 12 ans. En complément, elle vient de signer un accord avec le groupe International Lease Finance Corporation (ILFC) pour l’obtention de 3 nouveaux airbus A350-900 supplémentaires.

Actuellement constituée de 21 Airbus (dont 6 A340-300, 7 A330-200/243 et 8 A320-200), la compagnie aérienne nationale du Sri Lanka va renouveler sa flotte long-courrier en se dotant à partir d’octobre 2014 de nouveaux avions:
– 6 A330-300 d’une capacité 28 passagers en business et 269 passagers en classe économie, rejoindront la flotte à partir d’octobre 2014
– 3 A350-900 d’une capacité de 350 passagers, sont prévus entre juillet et septembre 2014
– 4 A350-900 d’une capacité de 350 passagers arriveront entre 2019 et 2023

Elle vient donc de signer un contrat de location longue durée avec option d’achat (leasing) avec ILFC afin de se doter de trois nouveaux A350-900 pour compléter la première tranche de renouvellement de la flotte déjà engagée. « C’est une première. Cette entrée des airbus A350 dans notre flotte est symbolique de la montée en puissance de la compagnie. Nous avons d’ores déjà commandé les quatre A350-900s suivants car nous sommes convaincus de la performance et viabilité de cet appareil », s’est félicitée la compagnie dans un communiqué de presse.

Créée en 1979, SriLankan Airlines, la compagnie aérienne nationale du Sri Lanka dont le principal aéroport Bandaranaike est situé à Colombo, dessert 64 destinations dans 34 pays en Europe, au Moyen-Orient, en Asie du Sud et du Sud-Ouest, en Amérique du Nord, en Australie et en Afrique. Tout récemment, elle a lancé une nouvelle classe affaires, ouvert le Silk Route Lounge et rénové le salon Serendib à Colombo. Par ailleurs, elle partage désormais des vols domestiques avec Cinnamon Air.

A signaler également l’augmentation de ses fréquences et l’ouverture de nouvelles lignes :
-Francfort (+1 fréquence/semaine)
-Londres (+5 fréquences/semaine pour la période du 14 décembre au 20 février)
-Lancement de 3 fréquences par semaine non-stop sur Moscou et 2 fréquences par semaine sur les Seychelles en partage de code avec Mihin Air

[Source: http://www.air-journal.fr ]

Réunion – Madagascar by Air Madagascar

air mada

Dès ce mois d’octobre, la liaison entre Saint-Denis de la Réunion et l’île de Saint-Marie devient régulière avant un renforcement progressif de ses fréquences.

Opéré le dimanche via un ATR 42-500 d’une quarantaine de places, la liaison deviendra bi-hebdomadaire à partir du 15 décembre avec un vol supplémentaire le vendredi, a révélé Sandra Rabaritsialonina, la nouvelle déléguée régionale de la compagnie pour la Réunion. Et si la demande s’avère suffisante, Air Madagascar pourrait encore doubler ses fréquences les faisant passer à quatre par semaine, avec des vols qui se situeraient les lundi et mercredi.

Sainte-Marie surnommée aussi l’île-jardin (49 km de long sur 5 km de large) est une destination touristique très prisée en raison de baleines à bosse qui s’y retrouvent au large ou encore une faune et une flore y compris sous-marine luxuriante.

Rappelons qu’Air Madagascar fait partie des 14 compagnies ayant signé l’accord sur l’accès aux îles Vanilles du sud-ouest de l’Océan Indien (Seychelles, Madagascar, Réunion, Maurice). Les autres sont Air France, Air Austral, Air Seychelles, Air Mautitius, British Airways, Comair, Condor, Corsair International, Edelweiss, Emirates Airlines, Meridiana Fly, South African Airways et Transaero.

 

[Source : http://www.air-journal.fr ]

Un Sandwich aux vers de terre chez Air India

vers

Non, ce n’était pas un recrutement pour un Koh Lanta version Bollywood. Et difficile de retrouver son appétit après… La compagnie aérienne nationale indienne a annoncé avoir lancé une enquête après qu’un passager a trouvé des vers de terre dans un sandwich.

L’histoire peu appétissante s’est déroulée le 28 septembre dernier sur un vol entre New York et New Delhi. Le passager a bien évidemment fait remarquer l’existence d’invertébrés dans son en-cas au personnel de cabine qui lui a aussitôt proposé un nouveau sandwich… Mais écoeuré, il a refusé.

Jusqu’ici, rien n’avait filtré à travers les médias, Air India n’ayant pas voulu communiqué – et on le comprend !- sur le sujet. Mais le passager s’étonnant de ne pas recevoir d’excuses, deux semaines après le repas manqué a décidé de le rendre public. Air India a donc du se résoudre à commenter l’affaire en affirmant qu’elle enquêtait sur le fâcheux événement auprès de la société de catering (américaine) qui lui a fourni le fameux sandwich aux lombrics. Son porte-parole a aussi qualifié l’événement de « très rare », soulignant outre mesure qu’elle allait continuer à maintenir un service haut de gamme y compris dans les conditions d’hygiène.

Décidément, rien ne va plus chez Air India, les incidents se suivant les uns et les autres… De quoi faire un petit livret tragi-comique des insolites de l’aérien. Rappelons ainsi qu’en mars dernier, les médias locaux rapportaient qu’elle avait suspendu deux pilotes pour avoir laissé pendant 40 minutes aux commandes de leur avion A321 parti de Bangkok pour New Delhi deux hôtesses de l’air, elles aussi suspendues. Et pendant ce temps, les deux pilotes piquaient un roupillon en classe Affaires…

Et en mai dernier, c’était au tour d’un pilote d’un vol entre Delhi et Bangalore de se retrouver bloqué dans les toilettes, le co-pilote se retrouvant contraint de poser en urgence son avion à Bohpal pour une escale improvisée. Et encore cette année, bien qu’hélas un peu plus commun dans le genre, la compagnie avait suspendu pendant 3 mois un de ses pilotes pour ivresse : il allait décoller depuis Chennai pour Madurai avec un avion rempli de passagers…

[Source: http://www.air-journal.fr ]

Quand des câbles sèment le Chaos dans un aéroport

aeroport

 

Une tentative de vol de câbles électriques a créé le chaos à l’aéroport de Johannesburg, où il a fallu près de dix heures pour voir un retour à la normale après la perturbation de dizaines de vols.

Le vol a eu lieu en début de matinée le 13 octobre 2013 juste à l’extérieur de l’enceinte de l’aéroport O.R. Tambo dans la capitale économique d’Afrique du sud, trois câbles d’alimentation électrique ayant été « gravement endommagés ». Conséquence immédiate : une capacité réduite à ravitailler les avions en carburant, et donc le chaos au niveau des départs sur les lignes intérieures comme internationales. Les compagnies aériennes South African AirwaysSA AirlinkMango,Comair mais aussi Kenya AirwaysEtihad AirwaysQatar Airways ou Emirates Airlines étant entre autres contraintes à retarder leurs vols – les délais atteignant parfois trois heures.

Une solution temporaire a été mise en place vers 16h00, permettant un retour progressif à la normale. Les passagers de l’Airbus A380 d’Air France à destination de Paris – CDG ont par exemple décollé normalement peu après 19h00. La direction de l’aéroport a confirmé que la police avait ouvert une enquête.

 

[Source : http://www.air-journal.fr ]

Corsair International se renforce cet hiver

corsair

La compagnie aérienne française Corsair International passe à l’offensive sur de nombreuses destinations cet hiver avec des capacités en hausse vers les Caraïbes, la Réunion, Sénégal, Côte d’Ivoire et en Amérique du Nord.

Cet hiver, la desserte de Pointe-à-Pitre en Guadeloupe et de Fort-de-France en Martinique (en concurrence avec Air France, Air Caraïbes avec qui elle partage ses codes et XL Airways), va se renforcer avec des vols quotidiens, voire biquotidiens en très haute saison.

Corsair International déploiera de même un B747 quotidien vers Saint-Denis de La Réunion (en concurrence avec Air Austral et Air France) alors que l’île Maurice (en concurrence avec Air Mauritius et Air France)  aura 3 fréquences hebdomadaires pour la saison hivernale. Mayotte et Madagascar seront desservies toute l’année sans interruption avec jusqu’à trois vols hebdomadaires. Corsair va de même se renforcer en Afrique passant de 6 vols par semaine à un vol quotidien en A330-300 vers Dakar au Sénégal (en concurrence avec Air France avec 8 vols par semaine à ce jour), de même qu’Abidjan en Côte d’Ivoire qui aura une fréquence supplémentaire avec  quatre vols par semaine, là encore en concurrence avec Air France (10 vols par semaine à ce jour).

Et encore, à partir du 9 novembre, elle doublera ses fréquences vers Punta Cana en République dominicaine avec deux vols par semaine, les samedi et dimanche (en concurrence avec XL Airways et Air France).

Enfin, Corsair, qui arrête sa liaison vers Montréal depuis Paris le 6 novembre 2013 pour la reprendre mi-avril, devrait en faire une liaison quotidienne opérée en B747-400 à la mi-juin 2014.

Corsair International partage ses codes avec Air Antilles Express qui vole vers Saint Martin, Saint Barthélémy, Sainte Lucie, ou encore Antigua, nouvelle destination de cet hiver, ainsi qu’avec Air Caraïbes et Aigle Azur.

[Source: http://www.air-journal.fr ]

Un réacteur en panne en plein vol Air Mauritius

Air mauritius 2

Comme le raconte le journal L’Express de Madagascar, c’était la panique à bord du vol d’Air Mauritius MK 034 à destination de Paris ce samedi 5 octobre 2013.

Dix minutes seulement après son décollage vers 22h35 de l’aéroport international Sir Seewoosagur Ramgoolam de Plaisance, à l’Ile Maurice, l’Airbus A340-300 d’Air Mauritius « a perdu de l’altitude et de la vitesse« . Selon un passager cité par L’Express de Madagascar, l’un des moteurs de l’avion a cessé de fonctionner parce que « le réacteur a explosé« .  Selon ce témoin, le pilote a annoncé que par mesure de sécurité, il fallait vider tout le kérosène avant de pouvoir atterrir. Du coup l’avion a tournoyé pendant plus d’une heure dans les airs avant de se reposer à Plaisance. Une heure pendant laquelle les passagers ont volé dans l’angoisse d’un crash.

Air Mauritius a reconnu qu’un problème a été rapporté sur l’un des réacteurs durant le vol MK034. L’avion a fait demi-tour et s’est posé en toute sécurité à 00h30 à l’aéroport Sir Seewoosagur Ramgoolam. Des réparations ont été entreprises sur cet avion. Un autre appareil a été affrété pour embarquer les passagers qui sont finalement partis de Plaisance dans la nuit de samedi à dimanche à 02h22.

 

[Source : http://www.air-journal.fr ]

Avis aux futurs mariés!

mariage maurice

 

Bonne nouvelle pour les couples réunionnais souhaitant s’unir sous nos tropiques. En effet, le ministre du Tourisme et des Loisirs Michael Sik Yuen a annoncé hier à la presse réunionnaise, venue pour un séjour découverte, que pour tout mariage comprenant un groupe d’invités d’un minimum de 25 personnes en provenance de La Réunion, l’Office du tourisme (MTPA) offrira gratuitement son séjour au couple incluant l’hébergement, les billets d’avion et une visite en catamaran ou un tour en hélicoptère.
Cette démarche de la MTPA, en partenariat avec les hôteliers mauriciens et Air Mauritius, vise à augmenter le nombre de touristes réunionnais. L’île Maurice veut avant tout se positionner comme la destination idyllique pour la célébration des noces. Les tour-opérateurs ainsi que l’Office du tourisme apporteront un soin tout particulier à cette célébration afin que les couples puissent garder le souvenir d’un moment exceptionnel réussi. Chaque couple réunionnais pourra organiser sa journée unique au gré de ses envies et jouira du même professionnalisme et des mêmes attentions.
Toujours dans l’optique d’attirer plus de touristes régionaux à Maurice, Michael Sik Yuen a annoncé un concert d’Alain Ramanisum à l’hôtel Ambre le samedi 26 octobre. Pour l’occasion, des vols additionnels en provenance de La Réunion seront mis à la disposition des Réunionnais, l’artiste mauricien étant très populaire et apprécié à l’île sœur.
Le ministre du Tourisme a également annoncé qu’il est en pourparlers avec l’Office du tourisme de La Réunion pour une collaboration sur une éventuelle possibilité d’introduire des packages Chine-Maurice-Réunion sur Air Mauritius ainsi que France-Réunion-Maurice sur Air France et Air Austral. Cet apport permettra aux touristes chinois de découvrir La Réunion gratuitement en passant à Maurice et vice-versa pour les Français.
Les journalistes réunionnais ont par ailleurs visité plusieurs sites d’attractions à Maurice et découvert les produits d’intérieur, la gastronomie, la culture, entre autres. Ils travaillent pour TV kreol, Kanal Austral, Journal l’île de la Réunion (JIR), Télémag, 7 Magazine et RunCity.974.
Cette visite a été rendue possible grâce à la collaboration d’Air Mauritius, Veranda Leisure and Hospitality, Heritage Resorts, Attitude, Lux Resorts, Concorde, Mautourco et White Sand Tours.

 

[Source : http://www.lemauricien.com ]

Air Mauritius : panique en plein vol | lexpress.mu

air mauritius

Ces passagers ont eu chaud. Leur avion, en partance pour la France, venait à peine de décoller de Plaisance lorsqu’un réacteur a explosé. Ils racontent que l’appareil a tournoyé plus d’une heure dans les airs avant de pouvoir se poser à l’aéroport SSR, samedi dernier. Air Mauritius indique qu’un problème a été rapporté sur un réacteur durant le vol.

 

Dix minutes seulement après le décollage du vol MK 034 à destination de Paris, samedi dernier, les passagers ont été informés qu’il y avait un problème. L’un d’eux raconte qu’il a constaté qu’un des moteurs de l’avion avait cessé de fonctionner suite à une explosion d’un réacteur. L’appareil a alors perdu de l’altitude et de la vitesse.

 

Selon ce témoin, le pilote leur a indiqué que par mesure de sécurité, il fallait vider tout le kérosène avant de pouvoir atterrir. L’avion a ainsi tournoyé pendant plus d’une heure dans les airs avant de se poser à Plaisance.

 

Contactée, Air Mauritius indique que le vol MK 034 a décollé vers 22 h 50 samedi et qu’un problème a été rapporté sur l’un des réacteurs durant le vol. Le pilote a alors décidé de retourner à Plaisance et a posé l’appareil en toute sécurité à 00 h 30, déclare Fooad Nooraully, porte-parole de la compagnie nationale d’aviation.

 

Des réparations ont été entreprises sur cet avion. Et, un autre appareil a été affrété pour embarquer les passagers qui sont finalement partis de Plaisance à 02 h 22.

 

Du coup, aucun avion n’était disponible pour opérer le vol MK 032 du dimanche 6 octobre qui devait partir à 20 h 45. Il a donc été reprogrammé à 9 h 30 le lundi 7 octobre.

 

[Source : http://www.lexpress.mu ]

Le classement 2013 des meilleures compagnies d’Afrique

Et la gagnante est… http://www.worldairlineawards.com/Awards_2013/africa.htm

Marseille – Réunion : un long périple…

xl

N’ayant pas de moyens importants, ni de préjugés particuliers envers les « low-costs« , mon épouse et moi avons pris sur cette récente compagnie desservant l’ile tous les jeudis un billet A/R Réunion/Marseille/ Réunion dont le retour était prévu le 3 Octobre.

Ayant souffert toute une nuit de sièges particulièrement exigus lors du voyage aller, nous avons sollicité la compagnie pour modifier dans leur intérêt nos billets retour en classe « Galaxie« . Nous avons failli nous étouffer en apprenant qu’il y aurait alors 400€ de supplément …et bien sur nous avons refusé. Pour la petite histoire, il n’ y avait lors de notre voyage aller que 7 sièges occupés en Galaxie sur une quarantaine. On comprend pourquoi !!

Après avoir pris force « Daflon » pour notre circulation sanguine, nous avons dû nous lever comme beaucoup d’autres passagers à 3H 30 (du matin bien sur) pour être à l’aéroport de Marseille vers les 5H, soit près de 3H avant le départ prévu à 7H 50

8H, 9H, 10H approche… Toujours sanglés sur notre siège depuis plus de 2H, nous commençons à désespérer… Pourquoi ne pas nous avoir fait attendre dans de meilleures conditions dans l’aérogare ? Le décollage n’a lieu qu’à 9H 45 précisément.

Bien entendu les esprits s’échauffent, et le personnel nous chante : « Faute de carburant en quantité suffisante pour rejoindre la Réunion, nous allons devoir faire une escale en Egypte
pour nous réapprovisionner…
 » Je pensais pourtant -naîvement sans doute- qu’il y avait depuis quelques années une piste longue permettant aux gros porteurs de ne plus faire d’escale pour se ré-approvisionner en carburant ? Balivernes donc …Le Réunionnais sont sans doute des c….

Le personnel en cabine fait mine de téléphoner… et nous annonce enfin une bonne nouvelle et nous allons pouvoir décoller… Nous sommes déjà fatigués, énervés avant même que les roues de l’avion n’aient crissé sur le tarmac.

On nous sert alors un « petit déj » d’une grande simplicité à 10H 45 du matin (sans doute en remplacement du déjeuner ?). Inquiets de notre heure d’arrivée qui risquait de nous embarquer vers les 22H, (au lieu des 19H prévus) le personnel nous affirme que nous bénéficierions d’un diner… Quelle générosité de nous offrir 2 repas… sur un même vol nous disons-nous !

Arrive l’heure du repas : 12H, 14H et toujours pas de déjeuner. Sollicitant des explications du personnel, on nous explique qu’un seul repas est prévu lors de ce vol et que nous devrons attendre 18H pour déjeuner… En raison de nombreuses protestations (notre petit déj datait de 4H du matin rappelons-le) et n’ayant pas décidé de faire carême, les usagers du vol obtiennent d’avancer -ce qui pouvait sembler logique- le déjeuner-diner à 16H.

En attendant le service payant de sandwichs fait fureur pour les plus aisés ou les plus affamés.. Quelle aubaine pour la compagnie !

Nous demandons quel dédommagement, ils vont concéder pour ces défaillances à répétition : retard de 3H, pas de déjeuner… On nous répond que nous n’avons aucune raison de nous plaindre puisqu’ils nous offraient les écouteurs gratuitement ! ( 3 chaines musicales sur 10 en fonctionnement et 2 films minables étaient prévus)

Pendant ce temps, nous sommes consternés pour nos proches qui vont devoir nous attendre durant 3H à l’aéroport… et pour les touristes qui ne garderont qu’une piètre image des moyens offerts pour accéder sur notre ile idillyque… et qui eux, n’auront plus compte tenu de l’heure tardive de navette et que des taxis à des prix prohibitifs…

Le pilote met le turbo pour tenter d’échapper au dédommagement qui ne manquera pas d’être réclamé par les passagers si le retard atteignait les 3h…

Nous arrivons enfin à  22h15.-au lieu des 20h45 prévus-soit 1h30 de retard et 19h depuis nous être levés,On découvre une Réunionnaise  « tombée dans les pommes« . On n’appelle même pas un médecin au cas où il y en aurait en cabine… On se dépêche d’évacuer les autres passagers

Nous sortons tous écoeurés, bien certains que nous ne voyagerons désormais plus jamais sur cette compagnie low-cost même si les conditions de confort sont à peine  plus viables sur les autres compagnies, à moins de faire chauffer la carte bleue en voyageant en première.

Il parait que cette compagnie propose actuellement des tarifs promotionnels… Ca vous tente vous dans de telles conditions de traitement à l’égard des clients-passagers ?

En attendant, amis Réunionnais, ne manquez pas de réclamer un dédommagement bien mérité à la direction métropolitaine de cette compagnie… même si elle a réussi à rattraper une heure salvatrice lui permettant de nous répondre que rien n’ est prévu dans ce cas… Quand les compagnies aériennes de notre ile se décideront elles à traiter convenablement leurs clients réunionnais et les touristes se rendant sur notre ile ?

Quand la Réunion ne sera t’elle plus -comme la désignait un ex-pilote d’Air France- la « ligne des favellas » ?

 

[Source: http://www.zinfos974.com ]

L’aéroport de Bali quasiment fermé pour 5 jours

bali airport

 

La tenue sur l’île de Bali d’un sommet international a conduit à l’annulation de centaines de vol à l’aéroport de Denpasar, afin d’assurer la sécurité des dirigeants mondiaux.

Barack Obama a annulé son voyage, mais Vladimir Poutine et Xi Jinping font partie de la vingtaine de leaders qui assisteront au Sommet de l’APEC débutant demain 5 octobre 2013, au grand dam des visiteurs et touristes qui ont appris la suppression de plus de 300 vols, sans parler des retards ou reports. Le gestionnaire de l’aéroport PT Angkasa Pura I a confirmé la fermeture des installations aux avions commerciaux à partir de demain, dimanche de 10h00 à 20h00, lundi, mardi de 13h00 à 20h00 et mercredi 9 de 7h00 à 14h00, histoire de ne pas gêner les arrivées et départs des différents dignitaires. Au moins 17 000 passagers seront affectés chaque jour pendant le sommet, une mauvaise nouvelle pour le tourisme balinais qui génère quelques 5 millions de dollars de recettes par jour.

La première compagnie affectée est naturellement Garuda Indonesia, dont au moins 140 vols sont annulés pendant la semaine, ceux des low cost Lion Air et AirAsia se comptant par dizaines. Singapore Airlines, qui opère quatre rotations quotidiennes en gros porteur vers Bali, a expliqué au Jakarta Globe comment elle essayait de tenir ses passagers au courant malgré les mises à jour constantes des horaires d’ouverture de l’aéroport.

Le sommet se tient alors que l’aéroport vient de lancer les essais grandeur nature du nouveau terminal, qui portera la capacité de Ngurah Rai à 17 millions de voyageurs par an en 2025, et à 25 dix ans plus tard, soit le double de sa capacité actuelle.

 

[Source: http://www.air-journal.fr ]

Quelle compagnie aérienne française gagnera de l’argent en 2013 ?

argent

 

Le pavillon français va très mal. Les compagnies aériennes françaises seront pour la plupart dans le rouge en 2013. La Tribune a interrogé la quasi-totalité des dirigeants des transporteurs français. Tour d’horizon.

Pour la sa sixième année de pertes consécutives, Air France sera une nouvelle fois dans le rouge. Prévu cette année initialement, le retour à l’équilibre a en effet été repoussé à 2014. Si le long-courrier est rentable, les activités moyen-courrier et cargo souffrent énormément. La direction va détailler ce jeudi les mesures de restructuration supplémentaires qui vont entraîner un sureffectif de 2800 personnes, lequel sera réglé par un plan de départs volontaires. Hop, la nouvelle compagnie du groupe qui regroupe les filiales régionales Régional, Britair et Airlinair, table sur une perte d’exploitation de 30 millions d’euros en 2013 a indiqué récemment à l’AFP son PDG Lionel Guérin. Il prévoit ensuite de « diviser par deux cette perte en 2014 pour un retour à l’équilibre en 2015. Quant à Transavia, la filiale à bas coûts d’Air France, elle n’a pas souhaité donner d’indications sur ses résultats. Légèrement bénéficiaire en 2012, la compagnie rappelle que la communication financière se fait au niveau d’Air France-KLM. Rendez-vous donc en fin d’année pour mesurer la performance de cette compagnie amenée à jouer un rôle majeur dans la stratégie du groupe.

 Corsair : réduction des pertes

Accusant des lourdes pertes depuis des années Corsair a été une nouvelle fois dans le rouge à l’issue de son exercice fiscal 2012-2013 qui s’est achevé le 30 septembre. « Le niveau de pertes a fortement diminué. Nous avons fait une très bonne année », explique à La Tribune le PDG de la compagnie Pascal de Izaguirre. Et d’ajouter : «L’année a été excellente sur le plan commercial et nos coûts ont baissé. Nous sommes en ligne pour un retour à l’équilibre l’an prochain ». Le transporteur réalise cette performance avec un chiffre d’affaires en stagnation (autour de 500 millions d’euros), en raison d’une baisse de capacité. Cette contraction de l’offre a permis d’augmenter à la fois le remplissage des avions et le prix moyen des billets. « Le coefficient d’occupation a augmenté de 11 points par rapport à l’année précédente pour atteindre le niveau record de 85% », explique Pascal de Izaguirre. Pour ce dernier, le défi de l’année 2014 sera de continuer à maîtriser les coûts, tout en continuant à augmenter le prix moyen coupon et le taux de remplissage.

 Air Med sauvée par sa filiale grecque

La compagnie qui s’était retrouvée sous les feux des projecteurs il y a deux ans en créant une filiale grecque, Hermes, recommence à dégager des bénéfices grâce justement à sa compagnie grecque. Celle-ci est « très largement bénéficiaire », explique le PDG d’Air Méditerranée Antoine Ferretti quand Air Med est, elle, « légèrement déficitaire ». « Au cumul, les résultats devraient être positifs », estime Antoine Ferretti pour qui « Hermes a sauvé Air Med ». La compagnie grecque, deuxième opérateur grec derrière Aegean, compte 6 avions, quasiment deux fois plus qu’Air Med (5 avions). Une compagnie du Moyen-Orient a même proposé de racheter Hermes.

 Air Caraïbes, vers des profits record

Il semble loin le trou d’air traversé en 2011, quand la compagnie du groupe Dubreuil avait plongé dans le rouge. Après un retour aux bénéfices en 2012-2013 (avec un résultat net de 7,9 millions d’euros), Air Caraïbes, dont l’exercice fiscal 2013-2014 s’achèvera le 31 mars prochain, nourrit l’objectif  d’améliorer ses résultats cette année a indiqué à La Tribune, Marc Rochet, le président du directoire de la compagnie. Air Caraïbes est la grande gagnante du durcissement de la concurrence entre la métropole et les Antilles françaises.

 Air Austral remonte la pente

La compagnie de la Réunion remonte la pente. Après avoir essuyé une perte nette de 86 millions d’euros en 2011-2012, la compagnie est en train de récolter les fruits de sa restructuration (laquelle s’était accompagnée d’une recapitalisation) : fermetures des lignes déficitaires, cessions d’actifs pour désendetter l’entreprise, restructuration de la dette, du réseau (fermeture des vols au départ de la province). «Nous maintenons notre objectif d’un retour à l’équilibre à l’issue de notre exercice fiscal 2013-2014, qui s’achèvera fin mars », indique à La Tribune Marie-Joseph Malé, le président du directoire d’Air Austral. Ce dernier prépare le coup d’après, celui du développement. Marie-Joseph Malé le voit vers l’Inde, le Moyen-Orient et l’Afrique, notamment dans toute la zone de l’Océan Indien. Air Austral vient d’ailleurs de créer une filiale à Mayotte (EWA Air) en partenariat avec la CCI et des capitaux locaux. Celle-ci débutera ses opérations en novembre.

 Europe Airpost, des bénéfices non sans mal

L’ex Aerospostale résiste et devrait parvenir à rester une nouvelle fois bénéficiaire cette année. Toujours en charge du transport du courrier, transportant par ailleurs du cargo et des passagers via son activité charter, Europe Airpost pense « être dans le vert cette année », déclare son PDG Jean-François Dominiak.  Ce ne sera pas sans difficulté. La compagnie est parvenue à stabiliser le trou d’air enregistré l’an dernier dans l’activité passagers  où le nombre d’heures de vols s’était effondré passant de 23.000 heures en 2011 à 16.000 heures en 2012. Dans le même temps, l’activité fret stagne. « Nous sommes fortement concurrencés par les compagnies des pays étrangères. Les prix unitaires s’écroulent, y compris dans le cargo. En deux ans, le prix à l’heure de vols à chuté de 20% », explique Jean-François Dominiak. Au final l’activité moindre et la pression sur les prix font reculer légèrement le chiffre d’affaires « et baisser la marge de moitié ». Du coup, la baisse des coûts sera au cœur du plan stratégique pour les trois prochaines années, en cours de finalisation.

 XL Airways discret, Aigle Azur muet

Faisant partie des rares compagnies bénéficiaires ces dernières années, XL Airways entretient un flou sur les résultats. Interrogé lors du salon du tourisme IFTM Top Résa, Laurent Magnin, le PDG de la compagnie aérienne a simplement déclaré : «nos comptes seront en ligne avec nos prévisions », a-t-il simplement répondu en rappelant qu’XL Airways avait ouvert six nouvelles lignes en 2013. Sauf cas extraordinaire, les ouvertures de ligne, en particulier sur les vols long-courriers, ont du mal à atteindre la rentabilité la première année, quelle que soit la compagnie. Contactée, Aigle Azur n’a pas souhaité faire de commentaires.

Demande d’un gel des redevances aéroportuaires

 Face à autant de difficultés, les compagnies aériennes dénoncent non seulement la concurrence de compagnies étrangères présentes sur le sol français, qui disposent d’un coût du travail inférieur à celui en vigueur en France, mais aussi le poids des taxes et des redevances aéroportuaires. Celles d’Aéroports de Paris en particulier. Récemment, le Scara, un syndicat professionnel de compagnies aériennes françaises (Air France n’en fait pas partie) a déploré la hausse des redevances du gestionnaire des aéroports parisiens. « Les résultats financiers d’Aéroports de Paris, obtenus grâce à une augmentation continue des redevances aéroportuaires, confirment une politique actionnariale de l’Etat, menée aux dépens des compagnies aériennes », a déclaré le Scara dans un communiqué.  Et d’ajouter : cette « politique met en péril les emplois des compagnies françaises ». Le Scara demande un gel des redevances. 

 

[Sources: http://www.latribune.fr ]

Demi-tour pour Air Mauritius (encore!)

mauritius

 

Chennai (Inde) – Un avion de la compagnie aérienne mauricienne Air Mauritius a été contraint de faire demi-tour et de revenir aux parkings de l’aéroport international de Chennai (Inde) suite à des problèmes techniques qui ne lui permettaient pas de prendre l’air en toute sécurité.

L’avion, un Airbus A340-300, vol MK747, qui devait effectuer la liaison entre l’aéroport international de Chennai et l’aéroport international Sir Seewoosagur Ramgoolam de Plaisance (Ile Maurice) avec 200 passagers à bord, était au roulage, vers 8h30, heure locale, lorsque les pilotes ont été alertés d’un problème technique dont la nature exact n’a pas été indiquée mais qui ne leur permettait pas de prendre l’air en toute sécurité. Ils ont alors fait demi-tour afin de revenir aux parkings.

Une fois arrivés aux parkings, les passagers ont été débarqués et vont être transférés dans des hôtels de la ville afin d’y attendre le lendemain. Après inspection par les équipes techniques, le vol a été annulé. La compagnie aérienne n’a pas indiqué la nature exacte du problème technique.

 

[Source: http://www.crash-aerien.aero ]